Le nouveau puritanisme hollywoodien a des problèmes. Par centaines. Effarouché par Les Aristochats, Le Livre de la jungle, Peter Pan et leurs stéréotypes de ceci et cela qui justifiaient d’avertir le spectateur sur la dangerosité de l’œuvre, il est désormais terrorisé par le personnage de dessin animé Pépé le Putois. Hollywood, usine à problèmes. Le rêve a fait son temps.

Le dragueur lourdingue à l’accent français, perpétuel éconduit par la gent féminine à cause de son odeur insoutenable, a été coupé au montage de la prochaine superproduction Space Jam 2. The « new problem » est de taille : Pépé le Putois normalise la du viol. Créé en 1945, l’animal a, depuis cette date, sournoisement incité les garçons à embrasser les filles en se passant de leur consentement. Les gardiens de la pensée correcte ont mis un terme à ce scandale.

Ridicule à souhait, repoussé permanent, il va sans dire que, loin de normaliser une quelconque attitude d’agression, le héros met au contraire en évidence l’imbécillité de ce comportement. D’où le comique de ses agissements. Analyse trop ardue pour le cerveau du Bisounours progressiste. La version 2021 qui voyait le putois se faire corriger sévèrement par l’héroïne n’a pas convaincu non plus les décideurs. Butés, bornés, arc-boutés sur leurs propres a priori. Un besoin d’inquisition les tenaille.

Sur la base de leur raisonnement grossier, Louis de Funès normalise l’avarice, l’arrivisme, l’autoritarisme, le machiavélisme et autres « ismes » insupportables. Charlie Chaplin la marginalité, Pierre Richard la maladresse… Tous à proscrire ! Et ce Roméo qui empêche Juliette de dormir en jouant de la mandoline sous son balcon… Quand va-t-on, enfin, prévenir le spectateur qu’il y a harcèlement musical ?

Malgré son hypersensibilité aux idées reçues, le pleurnicheur hollywoodien ne semble pas avoir décelé de stéréotype francophobe au travers de Pépé le Putois offrant l’image du Français, dragueur maladif à l’hygiène déplorable. Speedy Gonzales, en revanche, fut accusé de caricaturer l’accent mexicain. La pensée est complexe. Un labyrinthe d’interdits aux antipodes du divertissement. Hollywood empeste le .

16 mars 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

L’élu EELV s’insurge contre la pollution des bateaux à voile

Dans la tête de ce conseiller municipal, des yachts imposants sillonnent les petits lacs d…