C’est un nouveau Gérald Darmanin qui surgit dans le paysage politique français depuis quelques semaines. Un Darmanin tout neuf qui ressemble beaucoup à un certain… Nicolas Sarkozy. Plus précisément au Sarkozy ministre de l’Intérieur de Chirac, celui qui s'agitait et saturait l’espace médiatique. Pour Darmanin comme pour Nicolas Sarkozy à l’époque, le sujet reste la lutte contre l’immigration et son cortège d’insécurité, d’islamisme, de délinquance et de banlieues en feu. Le ministre de l'Intérieur est partout. Au Figaro, ce jeudi matin, il annonce « une lutte intraitable contre les délinquants étrangers » et un grand débat ! Il vient de signer une lettre aux préfets pour les inciter à serrer la vis aux immigrés clandestins délinquants. Il met la pression sur le maire de Lyon pour régler les problèmes du quartier de la Guillotière. Il revendique d’avoir signé lui-même l’arrêté d’expulsion de l’imam Hassan Iquioussen. Il parle, il tweete, il intervient à l’Assemblée, il donne des interviews. Le Darmanin qui n’avait vu que des Anglais malotrus au Stade de semble prendre soudain la mesure du désastre.

Que s’est-il passé ? Trois mouches ont piqué le ministre de l’Intérieur. La première, c’est celle de la multiplication des violences et des exactions contre les personnes et contre les policiers. Deux chiffres : 350 gendarmes blessés chaque mois avant 2010, 450 ces dernières années, selon la direction générale de la police nationale. Ce climat, les Français le refusent. Il y a un danger de réaction populaire forte. Darmanin sait qu'il doit agir pour l’éviter.

Deuxième raison de cette suractivité subite, la poussée du Rassemblement national qui gagne du terrain dans les sondages et dans les esprits et menace les prochains scrutins. Un Rassemblement national qui ne ratera pas une occasion de le remettre face à son bilan. « Plus les chiffres se dégradent, plus il crie, attaque le porte-parole et député du RN Laurent Jacobelli joint par Boulevard Voltaire. Il va beaucoup s’agiter, aller sur les lieux, faire semblant de régler les problèmes et chercher des boucs émissaires comme le maire de Lyon. S’il fait autant de publicité sur l’expulsion d’un imam, qui devrait être naturelle dès lors qu’il ne respecte pas la loi, c’est que Darmanin n’a pas grand-chose à mettre en avant. »

Enfin, troisième raison du déploiement du ministre, son sort personnel. Ses chiffres ne sont pas bons. Sur les reconduites à la frontière par exemple, les OQTF (obligations de quitter le territoire français), la France touche un point historiquement bas avec seulement une décision sur dix effectivement exécutée.

Si on ajoute au tableau un islamisme galopant et conquérant - on l’a vu avec les piscines de Grenoble et de Rennes, une insécurité croissante dans la rue et le constat fait par de nombreux Français que l’immigration légale et illégale est hors de contrôle -, il semble clair que ce cocktail menace le ministre.

Résultat : Gérald Darmanin est lancé dans une course de vitesse à haut risque. Il doit montrer de manière spectaculaire qu’il agit sur tous les fronts car, il le sait, les résultats tarderont à venir si jamais ils viennent. Or, dans cette entreprise, Darmanin n’est soutenu jusqu’ici médiatiquement que du bout des lèvres par le Président Macron, par Matignon et par le garde des Sceaux Dupond-Moretti. La preuve : son projet de loi immigration est repoussé à la demande de Matignon, une mauvaise nouvelle pour Darmanin.

Seule issue envisagée, donc, revêtir ce costume de super ministre, omniprésent, exigeant, communiquant, le costume qui avait emmené Sarkozy jusqu’à l’Élysée. Il y a pourtant une autre voie, celle de l’honnêteté : régler peu à peu concrètement le terrible drame de l’immigration, comme l’ont fait bien des pays avant nous et comme le demandent les Français. Pour cela, il faudrait que tout l’exécutif soit mobilisé. Que le président de la République n’évite pas ce thème majeur dans ses campagnes présidentielles, comme son Borne, que Dupond-Moretti ne se contente pas de voter NUPES... Ce gouvernement est bien plus à l’aise dans les réunions transnationales où l’on défait tranquillement la France qu’auprès des Français impuissants et désespérés. Précisément ce qui a fini par achever prématurément la carrière politique de Sarkozy.

2716 vues

4 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

10 commentaires

  1. Moralité : ne plus voter LR par défaut. Exit les Chirac, les Sarko, les Pécresse etc….

  2. Darmanin, Sarko, Macron et toute la bande, des fois j’ai honte d’etre Francais.

  3. Ministre de l’intérieur depuis 2 ans passés, qu’à t’il fait à part gesticuler, pérorer. Rien, c’est un tartuffe, c’est un rien qui emmerde les français, comme son patron. Mais ces français les ont voulu, ils les ont eu, qu’ils assument

  4. Sarkozy avait trop parlé et peu travaillé réellement au vrai sujet, Attention Monsieur Darmanin de ne pas faire la même erreur sinon même sanction politique, vous disparaîtrez à jamais……

  5. votre dernière phrase :  » ce qui a achevé prématurément la carrière de Sarkozy  » !! je pensais que les français avaient compris ! ce n’est pas le cas de Macron, qui lui, a été réélu ! comment peut on expliquer une telle décision, un tel vote, d’une personne qui n’a jamais prononcé le mot : insécurité ?

  6. Excellent article qui décrit fidèlement la trahison du peuple de France depuis Sarkozy jusqu’à Macron ( Darmanin n’est qu’un pion) .
    La volonté de l’oligarchie politico mondialiste c’est l’immigration quoi qu’il en coûte.
    C’est son intérêt. Un immigré est avant tout un consommateur.
    Et puis une nation détruite est plus facile à piloter de l’étranger par l’apparence de l’intermédiaire d’élus non représentatifs ou pire, de commissaires européens illégitimes !

    1. Les Français ont compris : entre l’abstention et le vote protestataire, vous avez la tendance.

  7. Sarkozy, le premier de la dynastie des présidents indignes.
    Pauvre Darmanin, malgré ses gesticulations et son évidente inefficacité, mérite-t-il vraiment d’être rabaissé jusqu’à être comparé à ce gredin de Sarkozy ?

    1. Si on « remonte » l’histoire de la 5ème République, c’est bien dès Pompidou que la « vente de la Nation Française aux plus offrants » avait commencé … Mitterand a « mis le vers dans le fruit » en plus de la déchéance des secteurs régaliens de cette nation française et macron est tout comme le virus de la covid: » un accélérateur des dysfonctionnements du système »
      Allez lire les « motivations » de l’affaire de l’expulsion de l’imam qui défraie la chronique actuellement … Ca en dit long sur les idéologies des uns et des autres ! … Il n’y arien à attendre de ces « éoliennes politiques » de tous bords et de tous lieux ( France vs Com Européenne par exemple )
      Toutes leurs idéologies ont la même sincérité qu’a la corde qui dit à son « pendu »: Je suis ton seul soutien !!! … »

  8. Paroles, paroles… attendons les actes pour voir si notre ministre de l’Intérieur a vraiment pris le taureau par les cornes car il y a loin de la coupe aux lèvres. . Mais donnons-lui le bénéfice du doute … tout espoir ne semble pas encore tout à fait perdu.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter