Contre la répartition des migrants, un maire rural organise la fronde

Bernard Carayon, maire de Lavaur
Bernard Carayon, maire de Lavaur

J-185. Dans un peu plus de six mois, Paris s’apprête à accueillir les Jeux olympiques. Au total, seize millions de visiteurs sont attendus dans la capitale pour soutenir et célébrer leurs champions. Et pour les recevoir, l’exécutif promet une ville belle, propre et sûre. Alors, après le plan « Zéro délinquance » lancé avec beaucoup d’espoir par le ministère de l’Intérieur, c’est au tour des sans-abri, et notamment des migrants, de quitter les lieux. Mais qu’ils se rassurent : loin de les expulser, le gouvernement propose de les répartir en zone rurale, dans des régions jusque-là épargnées par l’immigration de masse.

Cette politique de répartition des immigrés à la campagne n’a rien de nouveau. Déjà, en 2015, sous François Hollande, après le démantèlement de la « Jungle de Calais », de nombreux migrants avaient été envoyés aux quatre coins du pays. Digne successeur du Président socialiste, Emmanuel Macron avait à son tour projeté, en 2022, de déplacer les migrants en zone rurale dans le but, disait-il, de revitaliser ces régions. « Un argument scandaleux », fustige un élu LR. Depuis, l’exécutif a produit de nombreux plans et guides visant à institutionnaliser ce désengorgement de l’Île-de-France vers les campagnes. L’arrivée prochaine des Jeux olympiques semble donner un coup d’accélérateur à cette opération de « nettoyage » de la capitale.

La résistance des élus locaux

Face à cette politique qui vise à infliger aux campagnes, déjà en grande souffrance, les problèmes des banlieues, le maire de Lavaur, commune de 11.000 habitants dans le Tarn, a décidé d’organiser la fronde. Dans un courrier adressé aux maires de France, Bernard Carayon, élu des Républicains, invite ses collègues à « faire part de leur refus d’accueillir des immigrés » dans leur village. Contacté par BV, il s'explique : « Je vois que personne ne réagit. Il faut pourtant bien que les maires, qui sont les victimes expiatoires de l’échec de la politique migratoire d'Emmanuel Macron, engagent un processus de résistance. » D'autre part, pour l’édile, le projet de répartition des migrants lancé par Emmanuel Macron a pour seul objectif, non pas de dynamiser les campagnes, mais de « rendre Paris plus présentable ». Auprès de BV, il précise : « Vouloir transporter les migrants de Paris en zone rurale, c’est indigne. Ce ne sont pas des meubles que l’on déménage. Tout ça pour rendre la ville plus propre et les étrangers moins visibles : c’est révoltant. »

Il encourage donc ses collègues à se battre contre l’État et sa politique de répartition, menée bien souvent à leur insu. La victoire est possible, promet-il. Il en veut pour preuve son combat contre l’installation d’un centre d’accueil de migrants à Réalmont, commune voisine de Lavaur. « Sans que la population ait été consultée, cinquante migrants devaient être installés l’an dernier à Réalmont, une petite cité du Tarn de 3.500 habitants, dans des logements vacants, bien sûr remis à neuf », raconte-t-il. Et de poursuivre : « Cette décision a suscité inquiétude et colère. J’ai exigé l’arrêt de ce projet, signant l’impuissance du gouvernement en matière migratoire. Le préfet a dû reculer. » Le centre n’a jamais vu le jour. Et aux plus dubitatifs, Bernard Carayon leur adresse une mise en garde : « Si, dans votre commune, s'observe une montée des actes de délinquance ou des réactions, hélas, épidermiques de rejet des migrants [après leur installation], c'est vous et non l'État que vos concitoyens rendront responsables de cette situation. »

Rapidement après sa publication, le maire LR a reçu le soutien de nombreux de ses collègues. « Je reçois beaucoup de messages qui viennent de partout. J'ai un peu réveillé l'âme française », nous confie-t-il, « un peu débordé par la situation ». Ainsi, comme le rapporte Le Figaro, Nicolas Daragon, lui aussi membre des Républicains, partage l’analyse de son collègue : « Les maires ne sont pas les variables d’ajustement des politiques aléatoires, insuffisantes et, pour tout dire, aberrantes de l’État en matière d’immigration. Nous ne serons pas, une fois de plus, les boucs émissaires d’un État incapable d’agir efficacement. » D’autres élus ruraux soulignent les problèmes des campagnes auxquels il leur semble inutile d’ajouter d’autres difficultés.

Face à une répartition menée souvent dans le secret des préfectures, tous ces élus réclament de la transparence et de la concertation. Une demande partagée par une grande partie de la population rurale qui, dans de nombreuses communes confrontées à l’arrivée prochaine de migrants, promet déjà de ne pas se laisser faire. En réalité, plutôt que de songer à éparpiller les problèmes liés à l’immigration sur le territoire national et à répartir les migrants, le gouvernement devrait d’abord réfléchir à les faire partir…

Clémence de Longraye
Clémence de Longraye
Journaliste à BV

Vos commentaires

72 commentaires

  1. Et ce maire a bien raison ! Parce que c’est une question d’unité et de concorde sociale et amicales ! Dans le milieux rurale et dans les petits villages comme Néoules, tout le monde ! Et il ne faut surtout casser ce lien et cette concorde ! Amitiés à tous Hervé de Néoules !

  2. Ces bonnes résolutions résisteront elles aux sirènes de la corruption, celles qui promettent aux décideurs petits et grands un coup de pouce dans leur carrière politique en échange de comportements  » arrangeants »?
    Ou bien, une  » petite enveloppe  » bien garnie tout droit venue du moyen Orient pour arranger leurs fins de mois?
    J’ai longtemps cherché pourquoi tant de personnes politiques trahissaient les Français, je crois avoir trouvé..

    • Eh oui ! Vous avez raison. Vous avez certainement levé le lièvre, sachant que les pays musulmans ont, tous en chœur, l’objectif d’agir par tous les moyens possibles pour islamiser le monde entier.

  3. ……. l’exécutif promet une ville belle, propre et sûre pour les JO. L’exécutif va donc disperser les migrants dans la cambrousse alors que la solution logique « quoiqu’il en coûte », serait de les EXPULSER dans leur propre pays pour que chez nous ça reste également PROPRE et SÛRE !

  4. Il y aurait de quoi rire à voir le comportement des maires « LR » face » au problème de la macronie qui fracasse la FRANCE si « ça » ne nous concernait pas … ou que nous étions dans un autre pays que la France ! … Qui a fait le « regroupement familial », qui a « rejeté » les résultats du référendum de Mastrich ? … Et en même temps qui s’est fourvoyé dans des idéologies sociétales totalement « déconstruites » et/ou wokistes ? … Depuis pompidou, tous ces « partis » républicains de gouvernance ont pondu des coucous poli-tocards venimeux à qui mieux-mieux pour se gaver et vendre au plus offrant tous les pans de la FRANCE ! …

    A l’image de ce qui s’est passé à Agen ce mercredi 24 janvier 2024, il faut que les français se réveillent et aillent jusqu’au bout: détrôner tous ces coucous et les faire traduire devant un tribunal populaire … Les « bobos-écolos-vert-pastèques » vont devoir aussi « comprendre » ce qu’est un plouc quand on le fait « trop chier » ! … Ce ne sont plus les coqs qui vont les déranger ces « déconstruits » ! …

  5. Cela fait longtemps que les métropoles ventilent et dispersent leurs banlieues aux quatre coins du pays .
    Il suffit de regarder l’évolution de la population et de la criminalité dans les préfectures et les sous-préfectures et même en zone rurale .
    La baignoire déborde , mais on ne coupe pas l’arrivée d’eau , on ouvre toutes les portes de l’appartement pour répartir l’inondation dans toutes les pièces .
    Des milliers de migrants arrivent chez nous , pays le plus accueillant de l’UE , voir la situation des iles Canaries actuellement .

  6. Pourquoi ce gouvernement aime-t-il détruire la France à ce point ?
    Ces gens là seront OQTF un jour prochain .

  7. En vérité nos dirigeants ont peur du peuple, même s’ils prétendent le contraire. Pour jouer sur cette carte, il suffit de s’opposer fermement à leurs plans, quitte à les menacer d’une nouvelle « gilet jaunisation » et leurs funestes projets ne verront pas le jour. Ce maire a bien raison, il s’oppose. Espérons que les autres LR, bien connus pour leur manque de courage, ne cèderont pas aux pressions ou aux menaces. Mais sans accords des responsables locaux, ils sont bloqués et impuissants.

  8. Oui !.. Il est bien mignon ce maire L.R qui joue les « Grands Résistants » … Mais qu’a donc fait son parti si ce n’est – en alternance avec la gauche – de faire en sorte de participer très très largement à l’envahissement … et au remplacement de notre population, et ce depuis 50 ans ?..
    Tous ces lascars là sont haïssables au plus haut point, et les électeurs ne s’y trompent pas puisque comme par hasard, la gauche et le L.R sont au fond des « guogues » pour le premier … et en train de glisser inexorablement sur le rebord de la lunette pour le second !..

    • réponse a Olisbos: que faire alors? laisser faire ? rien dire et mettre la tête sous le sable ? c’est pas parce-que les LR et compagnie ont laissé faire, qu’il ne faut rien faire, moi je dis BRAVO a cet élu, et espérons qu’il sera suivi par beaucoup d’autres

  9. « le gouvernement devrait d’abord réfléchir à les faire partir » … Non, avant tout, il devrait réfléchir à ne pas les laisser arriver, et surtout à ne pas financer leur arrivée. Vu un reportage de ‘Livre Noir’ à bord d’un ferry au large des Canaries et voguant vers l’Europe avec 250 migrants à bord, tous avec le même uniforme, et visiblement coaché par une ONG qui ne se cachait même pas !!… Ils allaient donc débarquer tout à fait légalement en Europe. Voilà la réalité, ils sont en train de passer à la vitesse supérieure …

  10. L’initiative de ce Maire traduit la révolte implicite de tous les citoyens opposés à la politique migratoire d’un gouvernement qui sacrifie le pays aux lubies de l’U.E. Résistons avec lui pour que la France reste la France.

  11. Merci de vous opposer à la répartition des migrants dans nos campagnes. Je connais au moins un territoire français vierge que nous pourrions proposer aux migrants de mettre en valeur ; il s’agit des iles Kerguelen. Bien entendu, nous laisserions le choix aux OQTF entre rentrer dans leur pays ou rester en France, choisiraient aux iles Kerguelen. Ce serait intéressant de savoir leur choix.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois