Dur métier. Franchement, impossible de conseiller, même à son pire ennemi, de devenir patron de chaîne télé en France. Regardez plutôt le rapport de l’Arcom, l’ex-Conseil supérieur de l’audiovisuel, publié hier 19 juillet, et consacré tout entier à « la représentation de la société française dans les médias audiovisuels ». Vous n’aurez plus que compassion et indulgence vis-à-vis de nos télévisions.

Les petites mains de l’Arcom se sont échinées à « rendre compte au Parlement des actions des éditeurs de services de télévision et de radio en matière de promotion de la diversité sociale et de lutte contre les discriminations ainsi que des actions qu’elle a menées ». Un sacré boulot !

On apprend ainsi, dans cette intéressante somme de 140 pages, qu'« en 2021, 28 dossiers relatifs à des propos tenus à l’antenne susceptibles d‘être discriminatoires ont été examinés par le collège plénier de l’institution. Garant de la liberté d’expression, le Conseil n’est intervenu qu’à deux reprises, sous la forme d’une lettre de rappel à la réglementation et d’une sanction pécuniaire ». Ouille, il y a des patrons de chaînes qui ont dû s’éponger le front. Et la canicule n’y est pour rien !

Même la très très consensuelle 5 n’est pas à l’abri, figurez-vous. « Le CSA a été alerté concernant une séquence de l’émission "C dans l’air" diffusée sur 5 le 12 février 2021, jugée discriminatoire, dans laquelle était abordée la gestion de la crise sanitaire en Israël. » 5 s’est fait tirer les oreilles dans une lettre. Ça aurait pu être pire. CNews, par exemple, s’est fait gronder très fort. « Le Conseil a décidé lors de sa réunion du 17 mars 2021, après avoir auditionné les représentants de la chaîne, de prononcer une sanction pécuniaire […] du fait de la diffusion de propos relatifs aux mineurs étrangers isolés de France tenus par M. Éric Zemmour dans l’émission "Face à l’info" du 29 septembre 2020. » Boum !

Infernal, ce métier. Car l’Arcom nous l’apprend, les plaintes tombent dru dans ses services. « L’attention du CSA a été appelée plus d’un millier de fois au sujet de propos tenus dans l’émission "Face à l’info", diffusée le 30 novembre 2020 sur la chaîne CNews, relatifs au journaliste monsieur Taha Bouhafs qualifié notamment de "militant indigéniste". » Non mais, franchement, quand on connaît le personnage, si gentil, serviable, toujours « Boujour, bonsoir », amoureux de la France, délicieux, quoi…

L’Arcom ne se limite pas à siffler les pieds en dehors du terrain, l’institution a de grands desseins. Pas celui de l’information la plus exigeante sur l’état réel de la France, non, rassurez-vous. Il s’agit de faire en sorte que les patrons de chaîne mesurent bien « l’importance de leur rôle face aux enjeux de cohésion sociale ». « La cohésion sociale », c’est quoi, me direz-vous ? Euuuh, c’est quand on s’aime tous très fort, voilà !

Mais le clou du spectacle vient après. Devant vos yeux ébahis, voici donc, sur 120 pages, la traque de toute discrimination sur nos écrans.

Vous pensez naïvement que, comme tout patron, le patron de chaîne télé en France va choisir le salarié, journaliste ou animateur le plus compétent, le meilleur, quelle que soit sa couleur de peau ? Hep, hep, hep, pas du tout, malheureux ! Il lui faut adhérer à cette mauvaise nouvelle du rapport. L’Arcom constate « une présence des personnes perçues comme "non blanches" en recul à la télévision, en raison notamment de leur faible proportion dans l’information (programmes d’information et chaînes d’information en continu) ». Les « perçus comme non blancs » sont flashés dans le rapport à 14 % de présence à l’antenne. Insuffisant, estime l’Arcom. Pourquoi ? Mais cessez donc de poser des questions, quoi ! Écoutez plutôt les détails : « Au sein de cette catégorie, les personnes perçues comme "noires" sont représentées à hauteur de 45 %, les personnes vues comme "arabes" continuent de voir leur présence augmenter par rapport à 2020 (29 % contre 25 % en 2020), contrairement aux personnes asiatiques dont la représentation, déjà faible, diminue de 3 points (12 % contre 15 % en 2020). »

Bon, ça va à peu près sur les chaînes généralistes, nous dit l’Arcom. C’est plutôt sur les chaînes info que ça patine côté « perçu comme non blanc ». Sauf BFM TV. Vous voyez ce qu'il vous reste à faire : calez-vous sur BFM TV et ne bougez plus, que vous soyez perçu comme blanc ou non, du reste.

Et si, pour vous détendre de cette ambiance assez lourde, vous penchez pour une bonne fiction à l’écran, pensez, là encore, au malheureux patron de chaîne ! L’Arcom veille toujours et note : « Les personnes vues comme "non blanches" tiennent une place plus importante dans les rôles à connotation négative (22 %) que dans ceux à connotation positive (18 %). » Quatre points d’écart, oui, Monsieur le patron de chaîne ! Ça vous apprendra à relire le scenario. Espérons qu'il soit encore permis, en cette période estivale, de lever les yeux au ciel. Un ciel perçu comme bleu…

12274 vues

20 juillet 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter