Classes moyennes : vers le grand déclassement ?

Réalité socio-économique ou fantasme de sociologue, la notion de « classes moyennes » est loin de faire l’unanimité. Et il est vrai que sa définition ne fait pas consensus. Quant aux critères de revenus qui permettraient de cerner le concept, ils sont tellement déconnectés qu’ils en perdent toute crédibilité.

Cependant, selon certains économistes, pour appartenir à la classe moyenne en France, le revenu mensuel pris en compte s’établirait entre 1.300 et 4.000 euros. Soit entre 75 et 200 % du revenu médian, qui est de 21.415 euros par an dans l’Hexagone. Un tel écart ne peut que surprendre. En effet, vit-on pareillement dans une famille en disposant du SMIC ou d’un revenu qui lui est 3,5 fois supérieur ? Certainement pas. Mais une telle distorsion n’a pas empêché l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) de se livrer à une vaste enquête sur le sujet.

Ainsi, l’organisme international, qui compte 36 États membres et dont le siège se trouve à Paris, a-t-il enquêté dans plusieurs pays développés et a conclu au « déclassement » et à la « paupérisation » des classes moyennes. Pour être précis, toujours selon l’OCDE, la part des classes moyennes dans la population des pays concernés serait passée, en trois décennies, de 64 % à 61 %. Par ailleurs, d’après les auteurs du rapport, « dans la zone OCDE, à l’exception de quelques pays, les revenus intermédiaires sont à peine plus élevés aujourd’hui qu’il y a dix ans, progressant de 0,3 % tout juste par an, soit un tiers de moins que le revenu moyen des 10 % les plus aisés ». En parallèle, « le coût des dépenses pour assurer le mode de vie des classes moyennes a augmenté plus vite que l’inflation ».

Pour bien saisir l’ampleur du phénomène ainsi que sa gravité, il faut se rappeler que les classes moyennes ont, au cours des dernières décennies, largement contribué à la prospérité des pays dans lesquels elles ont émergé. Nées en tant que réalité socio-économique après la Seconde Guerre mondiale, elles se sont particulièrement développées au cours des Trente Glorieuses, permettant l’instauration d’un cercle vertueux production/consommation qui a favorisé le développement et l’enrichissement de nombreux États. Par ailleurs, l’arrivée dans le jeu économique de cette nouvelle composante socio-démographique a permis à l’ascenseur social de se mettre en place et de conforter l’essor de nos sociétés modernes.

Mais c’est bien la fin d’un cycle que semble annoncer le rapport en question. Publié ce mercredi 10 avril, il vient apporter les bases qui semblaient manquer, du moins d’un point de vue théorique, à la crise des gilets jaunes que nous connaissons depuis plusieurs mois. Car c’est bien cette France déclassée ou en voie de le devenir qui a notamment occupé nos ronds-points et alimenté nos manifestations. Et pour comprendre la peur et l’exaspération de cette catégorie de Français qui craint, aujourd’hui, pour son avenir, il faut se souvenir qu’ils sont près de 52 % à déclarer connaître désormais des difficultés pour boucler leurs fins de mois. Pour ceux-là, la part prise par les dépenses liées au logement, à la santé ou à l’éducation des enfants est devenue tellement importante qu’elle met en difficulté des familles qui, il y a quelques années encore, pensaient vivre à jamais à l’abri du besoin.

C’est prioritairement à cette question que le grand débat devra répondre. Il doit apporter des réponses qui remettront les classes moyennes dans le jeu économique. À défaut, l’accélération de leur paupérisation, qui est inéluctable, risque bien de déboucher sur une crise sociale dont celle des gilets jaunes n’aura été qu’un modeste aperçu.

À lire aussi

CAN : finale des supporteurs ou déchaînement des émeutiers ?

Quelques heures avant que les émeutes consécutives au match de football ne se produisent, …