Editoriaux - Médias - Politique - Table - 1 janvier 2018

Chien de garde de la morale contre “cyniques”…

L’Obs a publié, le 30 décembre soir, un article intitulé “Une niche fiscale contre les migrants : le message cynique de Dupont-Aignan” avec, en incise, “Le député appelle à donner à son parti, plutôt qu’à financer la politique de secours aux migrants”. Un article assassin dont la mauvaise foi est évidente. Jugez-en par vous-même.

Cet article cite l’appel aux dons que Nicolas Dupont-Aignan a lancé, à quelques heures de la fin de l’année : “Coût des migrants par an = 2,5 milliards d’euros. Assez que vos impôts servent à ça ? Réduisez vos impôts avec Debout la France.” Et le journaliste de commenter : “Un appel à la générosité fondé sur le repli ? Un cynisme qui n’effraie pas Dupont-Aignan. Pour l’ancien candidat malheureux à la présidentielle (4,7 % des voix), rallié à Marine Le Pen dans l’entre-deux-tours, il s’agit de donner à sa formation politique, plutôt qu’aux réfugiés. Cette présentation relève de la manipulation, car ce n’est pas en payant moins d’impôts qu’on fait disparaître les besoins vitaux des personnes arrivées sur le sol français…”

Franchement, le ton et les mots péjoratifs utilisés dans cet article sont scandaleux.

En effet, on ne voit pas ce que vient faire la morale là-dedans, surtout quand on sait le sort réservé à la majorité des volontaires d’Afrique ou du Moyen-Orient à rejoindre l’eldorado des riches (voyage épouvantable, viols, rackets, esclavage, noyades et, pour finir, exploitation par des réseaux sans scrupules).

On est, ou on n’est pas, un partisan de M. Dupont-Aignan, mais on ne peut qu’être outré de voir la façon indigne dont il est traité et, par là, la manière odieuse qu’ont certains médias d’utiliser des mots péjoratifs pour disqualifier les personnes ou les thèses qui ne leur plaisent pas et n’entrent pas dans leur carcan idéologique, forcément gauchiste. À bien lire cet article de L’Obs, on se demande d’ailleurs qui est vraiment cynique.

Notons, d’abord, l’emploi du mot “niche fiscale”, expression qui devient péjorative, presque suspecte, alors qu’il ne s’agit que d’une possibilité légale offerte à ce cochon de contribuable de réduire son impôt. Et puis, cet amalgame sémantique qui consiste à assimiler tous les migrants à des réfugiés relève de la plus pure mauvaise foi. Une manière de culpabiliser un peu plus…

Faire la charité avec l’argent des autres est un acte moral. Proposer que l’argent des contribuables serve de grandes causes politiques est immoral.

Conclusion, Messieurs Mélenchon, Hamon, Macron, Wauquiez, etc., il suffit qu’un ou une journaliste prononce une fatwa contre vous et vos projets sont immoraux. Condamnation sans appel, ni juges, ni témoins. Fouquier-Tinville doit frétiller de joie dans sa tombe, lui qui s’obligeait au moins à faire un acte d’accusation pour chaque condamné.

Mais comme le souligne l’article, c’est vrai, cette migration – on devrait dire invasion – a un coût effrayant pour un pays endetté et plombé par son chômage. On rogne sur le budget militaire quelques centaines de millions et c’est la bronca. Ici, c’est trois fois plus, et encore, c’est sans parler des coûts induits à terme : éducation, soins, allocations sociales, etc.

L’article se termine par une liste de « bonnes œuvres » où vous pouvez donner sans risquer de vous faire taper sur les doigts. Après la délation sexuelle, aurons-nous la délation politique ?

À lire aussi

1789, les Français ont eu la parole. 2019, les Français auront-ils la parole ?

Le sujet est le même : les impôts et l’égalité de tous ; comme si, en un peu plus de deux …