C’est ainsi que, lors de sa conférence de presse jeudi soir, joignant ses mains en Namasté, le Premier ministre en a appelé à la sérénité : « Je demande que cessent les polémiques stériles qui n’apportent rien sinon que d’inquiéter inutilement nos concitoyens déjà fatigués et à fleur de peau. »

On comprend combien le gouvernement s’en passerait volontiers, mais depuis le début de cette épidémie, les occasions nous ont été servies sur un plateau : masques, confinements, restrictions des libertés, interdiction de la vente de chloroquine, multiples contradictions, perles et couacs de communication, décoration de la Légion d’honneur à Karine Lacombe, nomination d’Agnès Buzyn à l’OMS, tentative finalement reportée (mais pour combien de temps ?) de mettre en place « un dispositif pérenne dotant les pouvoirs publics des moyens adaptés pour répondre à l’ensemble des situations sanitaires exceptionnelles » tout en conditionnant certains déplacements à l’administration d’un qui ne devait pourtant pas être obligatoire…

Le monde d’après selon Castex serait, en effet, bien plus reposant : sans polémique, plus d’esprit critique, donc plus d’inquiétudes inutiles. Dormez bien, braves gens ! Le Premier ministre se livre, au passage, à un petit exercice d’autosatisfaction : « Le virus circule légèrement moins en France que chez la plupart de nos voisins. […] Cette situation est le résultat des mesures de et de l’impact du , des mesures de responsabilité dont nous avons fait preuve. » Certes, il y a bien un virus mutant inquiétant au Royaume-Uni, mais pas de crainte à avoir non plus de ce côté-là : les sont fermées depuis le 20 décembre.

Alors, pour mieux faire passer son lot de mauvaises nouvelles (musées, théâtres, cinémas, salles de sport et remontées mécaniques demeurent désespérément fermés), Castex multiplie les paroles positives : « Nous relèverons ensemble le défi » ; « Cette stratégie démontre qu’elle est sans doute une des plus performantes d’Europe ».

Quant aux antivax, ces complotistes irresponsables qui s’interrogent encore sur la nécessité et l’efficacité d’une vaccination de masse, dont les effets secondaires à moyen et long terme sont inconnus, dont la technologie utilisée (ARN messager) est totalement nouvelle, et pour une pathologie, malgré tout, peu létale, le gouvernement entend bien « convaincre le maximum d’entre [eux] » puisque « toutes les garanties éthiques et médicales de se faire vacciner » ont été prises. Faites confiance, donc, puisque grâce à cette campagne de vaccination, Castex l’a annoncé : « 2021 sera l’année de l’espérance ! »

8 janvier 2021

À lire aussi

Suppression de l’ENA : encore une mesure démagogique

Cette mesure intervient en pleine crise des dîners clandestins. Il avait fait la même anno…