Le Premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran ont tenu une conférence de presse, le jeudi 7 janvier, à 18 heures. Ils y ont défendu la stratégie vaccinale du gouvernement, qui est l’objet de nombreuses critiques de toutes parts.

Réaction de Gilbert Collard au micro de Boulevard Voltaire.

Le Premier ministre Jean Castex a fait ses annonces. Pas grand-chose de nouveau mis à part que les bars, les restaurants, les salles de sport et les stations de ski resteront fermés jusqu’au moins mi-février. Avez-vous écouté le Premier ministre ?

Je l’ai écouté, mais je n’ai rien entendu. Aurais-je des troubles de l’audition ? À chaque fois que je l’écoute, je ne l’entends pas. Il n’apporte jamais rien de nouveau, si ce n’est à petits pas, dans ses pantoufles verbales, une annonce possible prévisible d’un risque d’un 3e confinement, au vu de l’évolution du variant anglais qui serait maintenant en France, plus contagieux à hauteur de 50 à 60 %. De confinement en confinement, cela devient languissant. Je trouve qu’il y a quelque chose de grotesque. Cette espèce de mise en scène médiatique avec l’intervention d’une directrice d’EHPAD nous donne l’impression que l’on est dans une espèce d’émission où on s’attend à voir apparaître Jean-Pierre Foucault.

La France est-elle un cas exceptionnel lorsqu’il s’agit de vaccination ?

Je crois que le directeur de cabinet de Jean Castex a déclaré que nous  vaccinons peu parce que nous avons peur d’épuiser le stock. Première chose grave, pas d’honnête annonce, donc pas de vérité. Ensuite, pas de blouses, pas d’effectif suffisant dans les hôpitaux, pas de masques, pas de gels. Puis pas de vaccins et pas de lits d’hôpitaux promis. Ils auront tout raté. C’est la grande déroute. C’est d’autant plus inquiétant que notre paon médiatique se produit même en pleine nuit. Il doit être insomniaque. Il est entouré de trois drapeaux, le drapeau américain, le drapeau de l’Union européenne et, quand même, le drapeau français. Quand je parle du paon, je me trompe : c’est l’oie du Capitole !

Selon vous, sommes-nous vraiment dans la politique spectacle ?

On est dans quelque chose d’histrionique grave. On ne peut pas reprocher à des hommes politiques quels qu’ils soient de se mettre en avant et de développer leur image, mais là, on est vraiment, selon moi, mais je peux me tromper, dans une phase histrionique qui relève d’une certaine forme de trouble mental.

7 janvier 2021

À lire aussi

Me Gilbert Collard : « Pour n’importe quel prétexte, on casse du policier… c’est organisé et voulu ! »

À l’issue de la manifestation contre la loi sécurité globale, de violents incidents …