Commerçants comme particuliers, personne n’échappe aux cambriolages à Paris et en Île-de-France. Des exactions en grande partie réalisées par des migrants « mineurs isolés ».

Relâchés aussitôt

C’est un fléau qui touche toute l’Île-de-France et la police comme la semblent impuissantes. Les cambriolages de commerces, particulièrement de pharmacies ou de domiciles privés, se multiplient dans la région sans que, pour autant, les filières clandestines ne soient réellement inquiétées.

Car à chaque arrestation c’est la même rengaine. Les migrants assurent être mineurs et mentent sur leur âge afin d’échapper à toute poursuite judiciaire. Le Parisien révèle qu’à Meaux (Seine-et-Marne), trois migrants mineurs ont été interpellés dans la nuit de lundi à mardi… avant d’être relâchés, et l’affaire classée sans suite.

Des originaires du Maghreb

En quête d’argent ou de médicaments comprenant de la codéine, ces cambrioleurs agissent la nuit. Ils sont, pour la plupart, entrés illégalement en France, en provenance du Maroc ou d’Algérie, et sont basés « en Seine-Saint-Denis et dans Paris XVIIIe », indique Christophe Gonzales, secrétaire régional d’Alliance 77, au Parisien.

Chez les policiers, la frustration est grande. Du fait de leur manque d’expérience, ces cambrioleurs se font davantage interpeller, mais « aussitôt la plainte déposée, ils sont laissés libres ou placés en foyer, dont ils s’échappent dès le lendemain », déplore Christophe Gonzales.

21 août 2020

Les commentaires sont fermés sur cette publication.