Editoriaux - Politique - 11 septembre 2019

Cachez ce peuple que je ne saurais voir !

L’Europe, l’Europe technocratique de Bruxelles, aura donc réussi cet exploit de mettre en difficulté l’une des plus anciennes et solides démocraties du monde, qui a instauré le vote universel pour les deux sexes en 1928 et qui est, sans doute depuis la Grande Charte (1215), le modèle des États de droit ! L’Union européenne, dont on chercherait avec peine les succès depuis sa création, a multiplié les obstacles au départ du Royaume-Uni, pourtant légitimé par un référendum. Or, le débat actuel conduit à accuser Boris Johnson de pratiquer une sorte de coup d’État en ayant demandé constitutionnellement à la reine d’ajourner le Parlement durant cinq semaines, le temps de mener à bien le Brexit, c’est-à-dire d’accomplir la volonté du peuple britannique, et de présenter un programme « audacieux et ambitieux ». Curieux « outrage constitutionnel », selon l’expression malvenue du Speaker, le président de la Chambre des communes, John Bercow !

Ainsi donc, Boris Johnson serait « un dictateur au petit pied ». Il aurait, comme l’écrit le journal officiel de la bien-pensance Le Monde, « joué le peuple contre le Parlement, le propre du populisme ». Cette opposition désormais devenue le slogan de l’oligarchie et de ses porte-voix est significative. Il s’agit d’émasculer la démocratie en la privant du « démos ». Cachez ce peuple que je ne saurais voir, ces gens qui ne sont rien et qui prétendent se mêler de tout. La politique et, plus encore, l’économie sont des choses sérieuses qui ne sont pas à la portée du vulgaire. Il faut laisser les spécialistes s’en charger ! Le « démos » de la démocratie est rétrogradé en « peuple » du populisme (entendez populace), gilets jaunes bons pour la matraque… Boris Johnson ne respecterait pas le Parlement et se mettrait hors la loi en n’appliquant pas la loi votée par les députés lui enjoignant de négocier à nouveau le Brexit et, peut-être, de retarder, une fois de plus, sa mise en œuvre. Mais, bien sûr, les parlementaires seraient, eux, dans leur droit en refusant des élections anticipées, c’est-à-dire un recours au peuple pour refonder la légitimité du pouvoir…

Dans cette affaire embrouillée, la clarté est à l’évidence du côté du Premier ministre, même si la pensée unique européenne tente de le ridiculiser. C’est un autre Premier ministre conservateur, un de ces professionnels de la politique sorti tout droit d’une grande école pour entrer dans un cabinet ministériel, qui est à l’origine du problème : David Cameron. Conservateur, mais moderne et compassionnel, une sorte de Pécresse britannique, il craignait la montée des eurosceptiques au sein même de son parti et a voulu jouer au plus fin en annonçant un référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne avec la certitude d’un vote pro-européen qui clouerait le bec aux opposants. Cela lui a fait gagner largement les élections législatives en amenant des voix populaires aux conservateurs. Mais, comme l’arroseur arrosé, il a perdu le référendum et dû démissionner. Dès lors, le vin démocratique était servi et il fallait le boire. Or, les adversaires du Brexit s’y refusent et l’addition des conservateurs pro-européens, des opposants travaillistes et libéraux, auxquels s’ajoutent les élus écossais et irlandais, a coincé le gouvernement britannique dans un long tunnel, avec l’espoir d’anéantir ce fâcheux vote des Anglais ! Les arrière-pensées électoralistes ont, dans la pénombre, largement éclipsé l’intérêt supérieur du royaume…

La démocratie consiste d’abord à obéir au peuple souverain qui s’est exprimé. L’État de droit consiste, lui, à respecter la hiérarchie des normes. Le vote populaire est au-dessus de celui des parlementaires dès lors que la Constitution ou la pratique qui en tient lieu l’admettent. Vouloir mettre en œuvre le choix du peuple est donc prioritaire et légitime. L’absence d’accord avec Bruxelles dès lors que les clauses imposées par la Commission sont inacceptables pour le Royaume-Uni, notamment quant à la frontière des deux Irlandes, n’empêche nullement la séparation sèche. Les députés britanniques, en bloquant le processus vers toutes les sorties, ont montré une fois encore que la démocratie ne se résume pas au débat parlementaire. D’ailleurs, l’Histoire ne donne guère d’exemples d’une efficacité particulière du système ni de la compétence évidente du personnel qui s’agite en son sein. La démocratie directe sous la réserve du respect de quelques droits fondamentaux est l’alpha et l’oméga de l’État de droit !

À lire aussi

L’immigration, pour Emmanuel Macron, c’est l’occasion de draguer les classes populaires !

Macron enfourche son nouveau vélo tout neuf pour la seconde partie du quinquennat, celle q…