Burkini : on n’arrête pas le progrès !

burkini

Avec l’islamisation grandissante de notre pays et un obscurantisme qui rejoint le progressisme du NUPES, un nouveau débat essentiel s’est installé en France depuis plusieurs années. Quelle tenue les femmes doivent-elles porter pour se baigner, et jusqu’où peuvent-elles dénuder leurs corps afin d’éviter le regard concupiscent des hommes ?

Ce casse-tête ne date pas d’aujourd’hui. Ainsi, il y a un siècle et plus, on peut voir sur des photos nos arrière-arrière-arrière-grands-mères, le corps presque intégralement couvert par un vêtement moulant et qui descend jusqu’au-dessous des genoux. Mais très vite, avec les années folles, ces tenues s’allègent et l’on voit apparaître ce qu’on appelle aujourd’hui le maillot une pièce, dans lequel la femme montre ses épaules, ses bras et ses jambes. Tenue bientôt suivie, dans les années 60, par le fameux bikini, maillot deux pièces dont la chanteuse Dalida avait célébré, en son temps, le caractère innovant. Mais la libération n’ayant plus de limites dans notre pays où les féministes en voulaient chaque jour une tranche de plus, on vit apparaître, dans les années 70, le monokini, qui est un bikini réduit à une seule pièce, ce vêtement ayant l’avantage de découvrir des seins que les tartuffes d’alors ne voulaient pas voir et de les rendre aussi bronzés que le reste. Car rien n’est plus insupportable, pour une femme, que de voir dessiné, sur son corps basané, la trace blanche du maillot. Si bien que dans la même logique est apparu le string, petit triangle de tissu accroché à un bout de ficelle et qui ne cache que le strict minimum, pour des fesses chocolatées. Enfin, avec le développement du naturisme, les couturiers inventèrent un nouveau maillot de bain, encore plus minimal que le string, et qu’on appelle le bokunu. Ce maillot transparent permet de s’exposer entièrement aux rayons du soleil. Parvenu à ce stade de l’évolution, on était arrivé aux limites du progrès sociétal !

Or, voyez les merveilles de l’intelligence humaine, comme elles sont belles, partout où il plaît à Dieu de les faire surgir ! Au moment où bikinis, monokinis, strings et bokunus triomphaient sur les plages et dans nos piscines, un nouveau concept, inspiré des avant-gardistes d’Iran et d’Afghanistan, est apparu, porté aux nues par les maires écologistes de la NUPES et les hijabeuses sportives : le burkini.

Ce vêtement de bain ultra-progressiste, résurgence encore plus couvrante des tenues de nos arrière-arrière-arrière-grands-mères, puisqu’on ne voit plus que le visage de la baigneuse, sauf si elle porte des lunettes de plongée, présente de multiples avantages : tout d’abord, il est anti-noyade, puisque sitôt dans l’eau, l’air emprisonné sous ses plis le transforme en une bouée, une sorte de pneu Michelin™ ou Dunlop™ qui garantit à la baigneuse une entière sécurité. Même si elle ne sait pas nager, elle flotte. Le plus souvent de couleur sombre, comme la burqa, il permet de se baigner même en cas de marée noire. Il est hygiénique, puisque les microbes, prisonniers sous l’étoffe, sont noyés et purifiés dans les eaux salées de la mer ou le chlore des piscines. Enfin, interdisant de voir quoi que ce soit du corps de la baigneuse, il est extrêmement pédagogique. Car contrairement à ses prédécesseurs, qui montrent tout, le burkini ne montre rien. Alors que l’homme concupiscent était vite blasé par le spectacle charnel que lui offraient les premiers, il peut à présent imaginer à l’infini ce qu’il y a dessous, et c’est un véritable exercice d’entraînement à l’imaginaire érotique qu’il conviendra d’inscrire dans les nouveaux programmes des collèges.

En faisant revenir la femme libérée à l’époque de nos arrière-arrière-arrière-grands-mères, le burkini est un élément décisif de progrès, sociétal et pédagogique, et c’est pourquoi son usage a été imposé par le maire de Grenoble et son conseil municipal, et salué unanimement comme une grande victoire par tout ce que notre pays compte d’esprits éclairés.

Jean-Pierre Pélaez
Jean-Pierre Pélaez
Auteur dramatique

Vos commentaires

39 commentaires

  1. Ne devrait-on pas dire dupes? Façon au combien dans l’air du temps de tromper le monde par mensonges et compromissions.

  2. Le burkini nous allons le subir, j’en ai bien peur alors en réaction, (Humour), je souhaiterais lancer la mode de la combinaison intégrale de contention pour effacer les formes disgracieuses des personnes qui se sentent mal à l’aise en maillot de bain. Je cherche à financer mon projet. On marche sur la tête.

  3. Et quand la communauté musulmane de France imposera aux femmes de porter la burka comme en Afghanistan, leur laissera t’on ce  » droit » au nom de la  » liberté »?

  4. IL faut m’expliquer ce que cette chose fait sur un transat (sur la photo) ? Quand on est sur un transat c’est bien pour profiter du soleil en maillot de bain , ou a poil non ? Ceux qui n’ont toujours pas compris que c’est ni plus ni moins que de la provocation ce  » burkini » , ont un sérieux problème . Moi je suggère que les hommes aillent à la piscine de GRENOBLE en costume et chaussures ( cirées bien sur ) . Que pourra dire le triste sir « Piolle  » ?

  5. Sondage !
    « Préférez-vous le Burkini ou les seins nus ? » MDR !
    Les seconds préservent l’Hygiène…

  6. Hier ou avant hier soir sur un Plateau TV j’ai entendu qu’un Prêtre en soutane, ou plusieurs d’ailleurs, tout un autocar, ensemble en même temps, pourrai(en)t débarquer dans les piscines de Grenoble ou de Rennes ou autres de France pour se baigner…En voila une bonne idée ! Venir tout habillé, se baigner, et repartir sans avoir à se changer, voila le progrès !!! Burkini pour femmes et hommes voila aussi l’Egalité ! ! ! Et les règles d’hygiène qui sait qui leur dit à l’Alliance Citoyenne ? !

  7. Elles seront peu nombreuses dans les piscines alors nous nageurs normaux profitons en pour leur montrer qu’elles sont totalement indésirables!

  8. Qu’elle soit vertueuse, pudique ou tout simplement religieuse, je ne vois pas l’intérêt pour une musulmane d’aller à la piscine ou à la plage revêtue de ce vêtement hyper-couvrant qu’est le burkini. Autant rester chez soi et barboter dans sa baignoire. Selon moi le but de ces femmes est uniquement à visée identitaire, histoire de nous dire qu’elles placent leur religion très au-dessus de nos us et coutumes…autrement dit, qu’elles refusent de se plier à nos règles de vie. Et ça c’est grave!

  9. Au moment où on esclavagise les femmes en Afganistan et en Iran, nos élus écologistes tiennent à participer au mouvement pour bien montrer leur (in)tolérance.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois