Le ministre de l'Économie et des Finances n’en a pas parlé dans sa conférence de presse, ce 26 septembre. Pensez donc, deux milliards d’euros. Une paille. Il faut donc faire de la spéléologie dans le dossier qui accompagne la présentation, par Bruno Le Maire, du plan de finances 2023. À la page 75, sur les 104 qui composent cet épais rapport, au terme d’un long voyage aride, on tombe enfin sur le chapitre Immigration, asile et intégration.

L'occasion d'un bref détour dans la France submergée. Cette mission Immigration, asile et intégration occupe tout de même 2.207 agents. On ne vous parle pas des centaines d’associations, nombreuses à être subventionnées à des hauteurs parfois impressionnantes, par la France si méchante et si égoïste. Premier constat : alors que la France serre les boulons partout, l’enveloppe dédiée à cette « mission » s’épaissit. Elle est passée de 1,9 milliard d’euros, en 2022, à 2,01 milliards pour 2023. On sera à 2,06 milliards en 2024 et 2,07 en 2025. Comme dirait Pap Ndiaye, « le niveau monte », mais le bénéfice ne saute pas vraiment aux yeux des Français.

Il est vrai que le travail ne doit pas manquer à nos fonctionnaires, à ceux-là en tout cas. L’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII, 273 millions d’euros de budget annuel et 1.200 fonctionnaires) et l’Office français de protection des et apatrides (OFPRA, 103 millions d’euros de budget et 1.000 postes de fonctionnaires) ne sont pas menacés par le chômage technique. Au menu de l’année, « la gestion des flux migratoires » totalement hors de contrôle sous Macron, « l’intégration des étrangers en situation régulière », tout un programme, et surtout « l’accueil et l’examen de la situation des demandeurs d’asile ». Apparemment, c’est là que le bât blesse le dos du contribuable qu’il a pourtant large. « La prise en charge des demandeurs d’asile en instance représente près des deux tiers des crédits de la mission », précisent les du bon ministre Le Maire. Avec ou sans calculette, on arrive à 1,35 milliard d’euros environ pour « la prise en charge des demandeurs d’asile en instance ». Tout de même.

Le fond du problème, nous expliquent les services de monsieur Le Maire, c’est que tous ces emplissent tous les jours le tonneau des Danaïdes. « Le PLF (Plan de loi de finances) pour 2023 prévoit la création de 900 nouvelles places d’hébergement d’urgence pour les demandeurs d’asile en outre-mer, 1.500 places en centres d’accueil et d’examen des situations et 2.500 places en centre d’accueil pour demandeurs d’asile », explique le dossier officiel. Cela fait, on a laissé en plan l’immigration irrégulière, les sans-papiers. Pour les accueillir, l’Etat prévoit le « développement des capacités des centres de rétention administrative (CRA) ». Ce n’est pas tout. Il s’agit de les accompagner dans le temps. « Afin de poursuivre les efforts engagés en faveur de la politique d’intégration, les moyens attribués au programme d’accompagnement global et individualisé pour les réfugiés (AGIR) augmentent fortement ». On espère que les Ukrainiens, vrais réfugiés, eux, en profitent.

Nos sont débordés. Pour réduire les délais d’attente, l’OFPRA a embauché plus de 200 salariés. Vu la maîtrise des flux migratoires en France, il faut augmenter la cadence : la capacité de décision de l’Office est passée « de 115.000 décisions, mineurs inclus, en 2017, à au moins 150.000 décisions prévues en 2023 ». L’idée : ne pas dépasser les deux mois d’attente pour les demandeurs en 2023, contre six mois en 2017. Deux mois : largement le temps de disparaitre.

La France court après le défi du nombre des arrivées sans jamais le rattraper. « Alors que près de 30.000 places d’hébergement ont été créées en faveur des demandeurs d’asile et des depuis 2017, cet effort va être poursuivi, nous assurent les services du bon monsieur Le Maire. L’intégration constituera une priorité pour les années à venir » avec « de nouvelles formations professionnalisantes ».

Ne nous inquiétons donc pas. « À horizon 2024-2025, les crédits de la mission "Immigration, asile et intégration" se maintiendront à un niveau élevé », promet Le Maire. Ouf ! Un niveau « qui permettra de poursuivre les efforts pour étoffer le parc d’hébergement et continuer d’améliorer le niveau des prestations d’intégration ainsi que la mise à niveau du parc des centres de rétention administrative ». Ce n’est pourtant qu’une part infime du coût de l’immigration et de l’insécurité en France. Une chance, vraiment ?

6305 vues

26 septembre 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

55 commentaires

  1. Les gens n’ont encore rien compris à la politique de Macron et de ses acolytes , ministres en tête. Ce qu’ils veulent tous et toutes que plus la division règne au sein des concitoyens sur les tous les thèmes ou décisions mises en oeuvre , plus ils peuvent avancer dans leur politique de déconstruction de notre pays….

  2. Et pour les EPHAD, les établissements scolaires, les hôpitaux, les infrastructures routières( notamment les ponts), y’a pas de sous, M. Le Maire? Quand allez-vous arrêter de dilapider l’argent des Français dans des futilités? Que tous ces migrants restent chez eux à développer leurs pays respectifs, à l’enrichir de leurs immenses compétences, ce serait bien, non?

  3. Planqués , protégés ,nantis , tous ces personnages politiques ne donnent qu’envie de vomir ,dommage d’ailleurs qu’eux et leur famille soient si protégés et si loin de la réalité …Ne le souhaitons vraiment à personne , mais quand l’épouse, la fille ,la maîtresse d’un politique va-t-elle enfin se faire violer ,l’idéal en pleine rue et eux être agressés à coup de couteaux ? malheureusement seuls des évènements aussi horribles pourraient rappeler à ces planqués nantis le sort de la population ( à l’image des différents élus ,sans courage ) ,en plus dépouillée des fruits du travail de toute une nation au profit de populations qui refusent de s’adapter mais que par masochisme on se plaît à encourager à grands coups de millions et millions d’€ .Non la France n’est pas raciste , Polonais ,Italien ,Russes , Hongrois , Espagnols ,Portugais ,Asiatiques ,et tous ceux qui sont de l’Europe judéo chrétienne se sont adaptés ,et ça marche ! mais celles d’Orient arabo musulmane refusent tout sauf les différentes aides ,l’AME ,les primes de Noël et autres congés payés et autres alloc. logement ,sport ,etc… pour nous imposer la vie qu’ils n’acceptent pas chez eux ,alors pourquoi veulent-ils recréer en France et en Europe le bor..le bazar

  4. La France va encore s’enrichir merci LEMAIRE (rires dans la salle) … Mais vont ils un jour s’arrêter ? On se croirait dans un cirque du temps de Zavata !

  5. 4900 places pour les immigrants et combien de places de prison en plus dans le même temps ? Plus de 30 000 places depuis 2017 ! Mais toujours pas de règlement de la délinquance hyper violente… Erreur d’aiguillage ?
    M. Le Maire qui veut mettre la Russie à genou…

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter