Culture - Editoriaux - Musique - 28 janvier 2019

Bilal Hassani à l’Eurovision : ce n’est pas un peu fini, ces accusations d’homophobie ?

Lundi matin, pour le mot « Eurovision », le moteur de recherche Google proposait en premier lieu deux liens : “Eurovision 2019 : Bilal Hassani fait d’émouvantes confessions” (sur le site de Elle), “Eurovision : déferlement de haine contre Bilal Hassani, cible d’insultes homophobes et racistes” (site de BFM TV).

Un résultat emblématique de la main de fer dans un gant de velours du politiquement correct qui, en toutes choses, vous tient licou serré : le gant de velours vous caresse par l’émotion. La main de fer vous prend à la gorge pour susciter la culpabilisation : si vous ne partagez pas cette émotion, vous êtes homophobe et raciste.

Pour la légalisation de la PMA puis de la GPA, cette main bûcheronne sec, débitant la pensée du Français en petit bois, laissant tomber la hache du bourreau sur le cou des têtes qui dépassent. La GPA en gant de velours, c’est la campagne de presse de Marc-Olivier Fogiel posant, ces derniers mois, dans tous les magazines avec ses petites filles. La PMA à main de fer, c’est la mise à mort politique d’Agnès Thill.

Eu égard à la violence verbale tous azimuts sévissant sur les réseaux sociaux, on veut bien croire qu’une avalanche de vulgarités graveleuses aient circulé sur la Toile concernant Bilal Hassani.

Las, on aimerait de la part des thuriféraires du candidat à l’Eurovision deux preuves d’honnêteté.

La première consisterait à ne pas agiter ces injures comme un écran de fumée, un nuage d’encens forçant tout un chacun à faire une dévote génuflexion devant la nouvelle icône, toute objection étant aussitôt assimilée à de la haine.

Se demander pudiquement, par exemple, si l’idéologie – l’an passé les migrants, cette année Bilal Hassani – n’a pas quelque chose à voir dans le choix de la mélodie est formellement interdit. En sus d’être homophobe et raciste, vous seriez complotiste. Les candidats à l’Eurovision ne sont, évidemment, sélectionnés qu’à l’aune de leur immense talent. Verriez-vous jamais plébisciter une chanson fleurant – même de très loin – la Manif pour tous ou la mouvance identitaire ? Non, bien sûr. Parce que ces gens-là chantent comme des casseroles, sans doute ?

Pas d’idéologie, donc, mais lorsque Bilal Hassani dit, sur France Inter : “Représenter mon pays, c’est quelque chose que je pourrai raconter à mes enfants”, Romain Burrel, directeur de la rédaction de Têtu, commente : “C’est le moment où Boutin, Thill et la Manif pour tous ont toutes recraché leur café par les narines.” Qui instrumentalise qui ?

Il était d’usage, il n’y a pas si longtemps, pour permettre à tous les Français de communier de concert dans ces inoffensifs concours populaires télévisés, de gommer tout caractère clivant. Miss France a souvent été raillée pour ses réponses consensuelles et convenues : « Je veux me battre contre la guerre et le cancer. » Mais ces lapalissades avaient la vertu de cultiver un vivre ensemble qui ne portait pas encore ce nom, peut-être parce que n’étant pas menacé, il n’était pas besoin d’en parler.

L’Eurovision permettait à un ou plusieurs petits Français dotés d’un joli filet de voix, façon famille Bélier, de se faire connaître en portant haut, l’espace d’un soir, les couleurs de son pays, et de cultiver ainsi un gentil chauvinisme de bon aloi sans que rien ne puisse heurter ou être récupéré par quelque bord que ce soit. Jusqu’au caractère bébête des paroles – poupée de cire, poupée de son… – qui était garant de la neutralité.

La deuxième preuve la plus élémentaire serait de ne pas commettre eux-mêmes, sur les réseaux sociaux, les turpitudes qu’ils dénoncent. Dimanche dernier, après la Marche pour la vie, le même Romain Burrel ci-dessus cité — pas tout à fait un troll anonyme, donc – relayait une photo de tous jeunes manifestants avec ce commentaire laconique : “Quand je vois leurs têtes, je suis encore plus pour l’IVG libre et gratuit.”

À lire aussi

BVoltaire sur les plateaux télé – Semaine 38 – 2019

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleGabrielle Cluzel invitée de “Ça se dispu…