Selon Midi libre relayant la presse marocaine, la jeune femme soupçonnée de vouloir commettre un attentat et arrêtée dimanche, à 2 heures du matin, par le RAID dans le quartier de la Devèze, à Béziers, avait été signalée le 1er avril par la Direction générale de la du aux services antiterroristes français.

Des projets terroristes imminents planifiés par la jeune femme

Un communiqué de la DGST marocaine cité par l’Agence marocaine de presse (MAP) explique que l’alerte aurait été donnée le 1er avril en raison des « projets terroristes imminents planifiés par la jeune femme ».

« Les informations fournies par la DGST aux services sécuritaires français concernés comprenaient des données personnelles sur la suspecte principale et ses données d’ électroniques, ainsi que sur le projet terroriste qu’elle s’apprêtait à exécuter en coordination avec des éléments de l’organisation terroriste Daech », précise l’agence MAP.

Cibler les fidèles avec une grande épée pour les tuer et les mutiler

Selon le communiqué, « la suspecte principale était en phase finale d’exécution de son projet terroriste suicidaire à l’intérieur du lieu de culte, en plus de cibler les fidèles avec une grande épée pour les tuer et les mutiler ». La jeune femme de 18 ans avait une « intention imminente de commettre des actes de meurtre et de décapitation en s’inspirant des vidéos et des contenus numériques diffusés par l’organisation terroriste « Daech », que la suspecte visionnait régulièrement. »

Midi libre rappelle que la perquisition effectuée au domicile de cette composée d’une mère et de quatre filles, dont une mineure, a permis de découvrir un sabre, des engins explosifs en cours de fabrication et des dispositifs de mise à feu à distance.

La garde à vue de la mère et de ses trois filles aînées se poursuit au siège de la DGSI à Levallois-Perret.

7 avril 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.