Editoriaux - Santé - 9 octobre 2019

Bayeux : une interne étranglée aux urgences échappe de peu à la mort !

On ne l’apprend qu’aujourd’hui, mais le 25 septembre, une interne des urgences de l’hôpital de Bayeux (Calvados) a été agressée par un patient, lequel l’a étranglée jusqu’à ce qu’elle perde connaissance. Heureusement, les faits se sont déroulés dans un couloir où des collègues ont pu intervenir à temps. Mais d’un box ou d’une chambre, la jeune femme ne serait, à l’évidence, ressortie que les pieds devant dans un sac en plastique.

La presse ne révèle pas grand-chose de l’agresseur, si ce n’est qu’il était quinquagénaire et alcoolisé. En tout cas, ce n’est sans doute ni un ancien légionnaire ni un sympathisant de Marine Le Pen, parce que là, on nous aurait tout de suite informés.

En comparution immédiate, il a été condamné à deux ans de prison (dont un seul ferme), tandis que le service des urgences – qui reconnaît ne pas être en sous-effectif – rejoignait le mouvement de grève déjà en cours dans plusieurs hôpitaux. Il faut dire que, dans le secteur, quatre médecins de ville sont partis en retraite sans successeurs : « Leur patientèle n’est donc pas reprise, du coup des patients se retrouvent aux urgences pour faire par exemple renouveler des ordonnances, or ce n’est pas notre rôle », explique un cadre de santé. « Cet événement très grave s’inscrit dans un contexte où les relations avec les patients se dégradent », constate pour sa part le chef de service Magali Labidi. « Ils montrent des signes d’agacement, d’impatience. Ils refusent d’attendre. » Donc, ils agressent !

Si l’on prend un peu de recul, on constate, d’une part, qu’une authentique tentative de meurtre n’est punie que d’un an de prison « ferme ». Or, on sait que dans notre beau pays, désormais, en dessous de deux ans ferme, le risque de passer un seul jour derrière les barreaux est homéopathique.

La Justice aurait-elle infligé une forte amende au coupable que la très probable insolvabilité de ce type d’individu aurait produit l’effet popularisé par Chirac : lui « en toucher une sans faire bouger l’autre »…

Enfin, d’autre part, la « grève » dans les hôpitaux se résume au port d’un brassard indiquant qu’on est très, mais alors très très… fâché. Madame Buzyn ne doit plus en dormir !

Bilan de l’affaire : une authentique tentative de meurtre ne provoque pratiquement aucune conséquence réelle pour personne, sauf pour la victime qui mettra sans doute des mois à s’en remettre, et décidera peut-être de changer de métier.

Alors, pourquoi espérerait-on que ça change ?

À lire aussi

Nice : encore un médecin sauvagement agressé !

Les ordonnances vierges se revendent feuille par feuille, comme la coke gramme par gramme.…