Editoriaux - Environnement - 9 octobre 2019

EPR de Flamanville : et maintenant, vont-ils oser ?

Alors que les Français viennent de subir, coup sur coup, deux augmentations importantes de leur facture d’électricité, et avant les prochaines de 2020, alors que le coût de la construction du « peut-être futur » EPR de Flamanville est, à l’heure actuelle, multiplié par trois et dépasse les 12 milliards d’euros, qui va payer la note ? Alors qu’EDF ne prévoit sa mise en exploitation qu’en 2023, et encore… soit plus de dix ans de retard ! Là encore, qui va payer ? Nos experts vont-ils oser prétendre que l’électricité nucléaire est la moins chère ?

Après les nombreux dysfonctionnements et arrêts de travail dans la construction de l’EPR de Flamanville, après la découverte des soudures défectueuses dans les endroits les plus critiques et dangereux du réacteur, nos experts vont-ils oser prétendre que l’électricité nucléaire est la plus sûre ?

Alors qu’il est toujours interdit de se baigner sur la plage de Saint-Martin-en-Campagne, même si l’eau a une température avoisinant celle des plages de Bastia, alors qu’il est toujours interdit de pécher aux abords du tunnel d’évacuation des eaux de l’usine de retraitement des déchets nucléaires de La Hague, même si les moules, crevettes et crabes atteignent des dimensions assez « confortables » et qu’une seule moule pourrait faire un repas particulièrement consistant… Nos experts vont-ils oser prétendre que l’électricité nucléaire est la moins polluante ?

Et je ne parle pas des deux énigmes majeures que sont les problèmes liés aux déchets et ceux liés au démantèlement des vieilles centrales… N’oublions pas que la centrale de Brennilis est actuellement en « procédure de démantèlement », et ce, depuis 1985 !

Alors, compte tenu de tout cela, nos experts vont-ils oser se tourner vers les éoliennes une fois de plus et, comme dans la fable de Monsieur de La Fontaine, le « Nuclear Fan Club » d’EDF va-t-il crier « Haro sur le baudet » ?

Ce qui nous permettra de voir fleurir un nombre impressionnant de poncifs éculés, d’idées plus saugrenues les unes que les autres : les éoliennes qui rendent fou, celles qui tuent veau, vache, cochon, couvée, celles sur lesquelles se fracasse le pétrolier armé par la Fédération environnement durable, causant ainsi la marée noire du siècle et l’explosion « nucléaire » de la centrale de Penly !

Et maintenant, vont-ils oser ?

À lire aussi

Haro sur le baudet éolien…

Il faut développer toutes les solutions possibles : éoliennes terrestres et offshore, pann…