Cinéma - Culture - Editoriaux - Polémiques - Société - 19 novembre 2019

Avertissement : ces passages « hyper racistes » chez Walt Disney

Vous avez aimé La Belle et le Clochard, de Walt Disney, qui, depuis 1955, a ravi des générations de grands et de petits ? Eh bien, sachez-le, vous êtes abominablement raciste ! Parce que l’image des Asiatiques donnée par les deux insupportables chats siamois du dessin animé est terriblement péjorative… Et ce n’est pas le seul péché contre le vivre ensemble du génial dessinateur. Un site de néocenseurs, qui ont visiblement du temps à perdre, pointe ainsi méticuleusement tous ses « dérapages » dans Dumbo, Fantasia, Aladdin, Le Livre de la jungle, etc.

C’est donc pour se défendre d’éventuelles accusations de racisme ou sexisme que Disney+, qui s’est lancé la semaine dernière à l’assaut du géant Netflix avec l’arrivée de sa plate-forme aux États Unis, diffuse un message de prévention avant plusieurs de ses films : « Ce programme est présenté tel qu’il a été créé. Il peut contenir des représentations culturelles datées. » Mais depuis les peintures rupestres de Lascaut ou Chrétien de Troyes, quelle œuvre ne l’est pas ?

N’empêche, de nos jours, on n’est jamais trop prudent, et ce genre d’avertissement évite au moins le pénible spectacle de la réécriture systématique qu’ont subie plusieurs albums de Tintin, au point que demain, peut-être, le courageux reporter s’envolera vers la Lune à bord d’une fusée photovoltaïque qui respectera le bilan carbone…

Comme l’écrit Le Figaro, journal jadis classé à droite, « le regard porté sur certaines œuvres du siècle dernier a évolué avec le temps. Au point que certaines séquences représentant des stéréotypes ethniques, religieux, culturels ou de genre peuvent aujourd’hui heurter la sensibilité des spectateurs. »

C’était vrai, que c’était chouette, le XXe siècle : on pouvait regarder La Cage aux folles (5,5 millions d’entrées) ou La vérité si je mens (dont le deuxième opus fit 7,7 millions d’entrées) sans se prendre la tête sur nos arrière-pensées avant de la couvrir de cendres…

À lire aussi

La repentance du papy vert

Pour Paul Claudel, ce fut derrière le deuxième pilier du chœur de Notre-Dame. Pour Yann Ar…