Attentat du pont Bir-Hakeim : pour l’instant, silence de la grande mosquée

Grande_Mosquée_de_Paris

Depuis le rassemblement pour la mémoire de Thomas, place du Panthéon, à Paris, les cris d’orfraie se sont multipliés. Alors qu’aucun débordement n’a été déclaré et que la foule de 500 personnes s’est dispersée dans le calme, la grande mosquée de Paris n’a pas pu s’empêcher de s’en émouvoir. « Ce rassemblement est une nouvelle et grave concrétisation des discours de haine qui se propagent par l’intermédiaire de certains médias et de certaines personnalités politiques », écrit la grande mosquée de Paris, dans un communiqué publié sur X et sur leur site.

Mais alors que la France saigne de nouveau, alors que notre pays est encore une fois touché par la barbarie islamiste, la grande mosquée de Paris semble aux abonnés absents. À l'heure où nous écrivons ces lignes, soit près de deux jours après l'attentat, pas un mot pour les victimes et pour condamner cet attentat islamiste. Aucune indignation de la part de la grande mosquée, pourtant si prompte à tweeter contre l'ultra-droite. Le dernier message publié sur X, ce lundi 4 décembre, relate « une visite de courtoisie » ce même jour à la grande mosquée d'une délégation d’imams ibadite mozabite de Ghardaia (Algérie). Un message qui suit immédiatement celui publiant le communiqué en réaction à la manifestation de samedi, dont voici un extrait : « Nous ne pouvons pas rester indifférents face aux agissements de groupuscules néonazis. Des croix gammées sont taguées dans nos rues, des lieux de culte sont dégradés et nos concitoyens courent le risque d’être agressés en raison de leurs appartenances réelles ou supposés à une religion. » Oui, l’ultra-droite existe. Mais combien de morts a-t-elle provoqués, ces dernières années ? Aucun. Combien de morts aux cris d’Allah akbar ? Beaucoup trop. Comme le souligne notre consœur dans ces colonnes, depuis 2012, les attentats terroristes ont causé la mort de 272 personnes. Alors, la grande mosquée de Paris se déshonore de ne pas s’indigner d’un tel drame comme le font d’autres.

Une exception qui confirme la règle ?

Sur X, le Conseil français du culte musulman (CFCM) s’est également fendu d’un tweet alarmiste après le rassemblement, place du Panthéon, pour Thomas, en relatant des faits peu vérifiables : « Près de 200 personnes ont scandé des slogans hostiles aux musulmans avec des saluts nazis, et tenu des propos fascistes contre les immigrés. » Mais, bien que le CFCM ne représente plus le culte musulman auprès de l’État (remplacé par le Forum de l’islam de France en début 2023), l’attentat du pont de Bir-Hakeim a fait l’objet d’un post sur X : « Le CFCM condamne avec la plus grande vigueur l'attaque meurtrière survenue ce soir à Paris, autour du quai de Grenelle, faisant une victime et deux blessés. »

De son côté, l’imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, lui aussi visé par des menaces islamistes à cause de ses positions jugées trop républicaines par les plus radicaux, a très vite réagi, avec ces mots : « Je condamne fermement l'attaque terroriste à Paris. Mes prières vont vers les victimes et leurs familles. Je remercie le préfet de police, Laurent Nuñez, et nos policiers pour leur bravoure face à cet acte odieux. Le problème persistant des individus fichés S et l'ennemi que représentent l'islamisme et l'islam radical doivent être combattus avec force. Unissons-nous dans la lutte contre le terrorisme et soutenons nos forces de l'ordre dans leur mission vitale pour notre sécurité et nos valeurs républicaines. »

Contactée, la grande mosquée de Paris n’a pas souhaité s’en expliquer.

Julien Tellier
Julien Tellier
Etudiant en Master 2 d'Histoire politique contemporaine, journaliste stagiaire à la rédaction de BV

Vos commentaires

31 commentaires

  1. La grande mosquée de Paris ;comme si c’était une référence d’objectivité dès que l’Islam est mis en cause.

  2. Qui adit qu’il ne fallait pas faire d’amalgame entre musulmans et islamistes et bien la preuve par ce silence que tous sont complices (actifs ou passifs)

  3. Je suis indignée qu’on ne parle que des 300 victimes de l’Islamisme. On ne parle jamais des « grièvement blessés », des blessés, des traumatisés ni des familles et amis. L’ayant évoqué sur le site du Figaro j’ai été censurée. C’est infiniment plus que 300 morts, les victimes se comptent par milliers. Des victimes dont la vie est démolie. Quant aux Français l’inquiètude et l’anxiété vont grandissantes. On craint beaucoup plus une attaque au couteau que le covid.

  4. Ils se sont eux mes placés dans la situation d’ennemis de la France. La situation est claire et la ligne de front bien tracée..Par eux

  5.  » faisant une victime et deux blessés » comme si les 2 blessés n’étaient pas des victimes. Ou, comment édulcorer les mots pour travestir la terrible réalité.

  6. Il est qu’au contraire l’influence de l’islamisme c’est plus à coups de violence et de couteau que ça se règle…

  7. Il y a des cathédrales qui brulent par négligence, un simple mégot de cigarette nous dit-on. Les mosquées semblent ignifugées en France. Pourrait-on avoir la recette ?

  8. La notion de « musulman modéré » est un phantasme des lâches: cela n’existe pas. Donc pas du étonnant le silence de la mosquée de Paris, au contraire. La seule solution, comme le dit Zemmour, est que les musulmans qui veulent vivre en France reconnaissent la primauté de la république sur l’islam, comme l’ont fait toutes les autres religions. C’est sur ce point que l’on attend la mosquée de Paris, et là, silence radio ! La France tu l’aimes ou tu la quittes !

  9. Si les musulmans se sentent menacés en France, ils ont une solution facile pour se sentir en sécutité, rentrer dans leurs pays si généreux en allocations et autres RSA!

  10. Le même silence et la même absence de représentation pour Charlie Hebdo en janvier 2015.

    Depuis ce temps, plus aucune illusion.

  11. Les silences des responsables de la grande mosquée de Paris sont à géométrie variable !
    Faut dire qu’après l’assassinat de dimanche soir, il leur faudrait posséder un sacré culot pour venir accuser l’ancien occupant, l’horrible France.
    Quoique, avec ces gens-là et leurs potes de la Nupes, Mélenchon en tête, il ne faut plus s’étonner de rien.

  12. L’imam de Drancy, Hassen Chalghoumi est le seul musulman de notoriété qui cherche à faire cohabiter sa foi religieuse (que je ne partage pas étant athée, mais que je respecte) avec les valeurs de la République. Cet homme est hautement respectable et je suis fier de l’avoir pour compatriote. Ce sont ses prises de positions courageuses qui lui valent d’être menacé de mort. Le problème est que ses coreligionnaires sont mentalement et culturellement bloqués dans l’Arabie du 7ème siècle. De telles postures constituent une menace car elles diffusent chez les Français musulmans l’idée venimeuse que leurs compatriotes d’autres obédiences ne respecteraient pas leur croyance, ce qui est faux dans 99% des cas. Par exemple, dans leur immense majorité les Français veulent que les femmes de confession musulmane puissent s’habiller comme elles le désirent et qu’elles soient traitées à égalité avec les hommes comme cela est la règle dans toute société développée.
    De plus les Français non musulmans ont été profondément choqués de l’absence des dirigeants du culte musulman en France lors de la manifestation contre l’antisémitisme suite au pogrom du 7 octobre. Ils ont été également choqués par la mise sur un pied d’égalité par ces mêmes dirigeants de l’Islam Français des pogroms commis par le Hamas et de la réplique militaire d’Israel. Réplique qui s’est efforcée de limiter les victimes civiles autant que faire se peut. Si on ajoute à cette absence à cette manifestation l’attitude geignarde et paranoïaque qui a consisté à dire que cette manifestation eut été acceptable si elle avait eu également pour but de lutter contre l’islamophobie, nous obtenons un tableau peu reluisant de l’idéologie pratiquée par le Recteur. Le concept d’islamophobie a été inventé par les Frères Musulmans, groupe terroriste, et ça, le Recteur de la Grande Mosquée de Paris le sait parfaitement.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois