Il y a une semaine, un kamikaze s’est fait exploser à Médine, devant la mosquée du Prophète, un lieu sacré de l’islam et situé dans la deuxième ville sainte des musulmans. Depuis, la presse répète inlassablement que « le mode opératoire rappelle celui de Daech ». Ce qui est une formulation étrange, puisqu’elle voudrait dire que le groupe terroriste aurait inventé un mode opératoire, ce qui n’est bien sûr pas le cas… De plus, c’est comme si la presse occultait le fait que l’Arabie saoudite a d’autres « serpents intérieurs » qui, depuis 2015, ont occasionné 26 attaques terroristes, 200 morts et près de 2.800 suspects arrêtés.

Quoi qu’il en soit, de nombreux journaux titrent et assurent que « le monde musulman est sous le choc ». Même les talibans et le Hezbollah sont officiellement abasourdis ! Ainsi, cet attentat devrait faire taire toutes ces mauvaises langues qui affirment que l’État islamique a un rapport avec l’islam, mais aussi avec l’Arabie saoudite. Pour Libération, il s’agirait même d’une « attaque sans précédent d’un haut lieu saint de l’islam » (sic).

Pourtant, l’histoire turbulente du monde islamique démontre que de nombreux musulmans n’ont eu que faire des « lieux sacrés de l’islam » (La Mecque et Médine). Déjà, en 683, soit 50 ans après la mort du prophète Mahomet, les troupes du calife Yazid Ier attaquèrent La Mecque et Médine, alors sous contrôle d’un autre calife. Médine fut pillée durant trois jours et plus d’un millier de naissances eurent lieu à l’issue des viols massifs commis. La même année, La Mecque subit un siège dévastateur qui détruisit la Kaaba, cœur spirituel de l’islam, où toute prière se fait en sa direction.

Un millénaire plus tard, en 1805, et alors en pleine guerre saoudo-ottomane, les Saoudiens envahirent Médine et n’eurent aucun scrupule à piller la mosquée du Prophète, tout en détruisant les sanctuaires et cimetières liés aux compagnons du Prophète.

En 1925, lors de l’invasion du royaume du Hedjaz par les Saoudiens, ces derniers captureront La Mecque et détruiront de nombreux monuments et tombes en rapport avec des membres de la famille du prophète Mahomet.

En 1979, encore à La Mecque, des centaines d’islamistes de nationalités diverses prendront le contrôle de la Mosquée sacrée, abritant la Kaaba. S’ensuivra alors un siège de deux semaines, faisant plus de 300 morts et 600 blessés. Au final, la situation sera débloquée quand le pouvoir saoudien demandera l’aide du GIGN. Cependant, les gendarmes devront subir une « conversion expresse » afin de ne pas souiller le périmètre sacré de La Mecque.

La morale de ce bref aperçu historique est double. Premièrement, que l’attentat de lundi dernier ait été ou non l’œuvre de l’État islamique importe peu, la violence islamiste se retrouve à travers l’histoire même de leurs villes saintes et fut perpétré par des musulmans et non pas par des mécréants. Aussi, et c’est ce qui est tragique, si le monde musulman est choqué, c’est qu’il est ignorant de sa propre histoire.

À lire aussi

« La France n’a pas colonisé l’Algérie. Elle l’a fondée. »

On l'oublie souvent, mais l'identité algérienne n'existait pas avant 1830. …