Après les émeutes, l’Assemblée : un concours d’impuissance 

©Shutterstock
©Shutterstock

« Ils ont intérêt à se faire tout petit... » Sur les bancs du groupe Renaissance, on regarde du coin de l’œil les députés de la NUPES comme un garde forestier ayant mis la main sur un pyromane. La séquence des émeutes aura, outre son bilan humain et matériel, encore aggravé une fracture qui a largement dépassé le prisme social. Les jours de violence qui ont secoué la France auront aussi, comme à chaque moment de crise, servi de révélateur. « Les hommes n’acceptent le changement que dans la nécessité et ils ne voient la nécessité que dans la crise », écrivait Jean Monnet, dans ses Mémoires (Fayard). La crise est là. Et la gauche parlementaire en aura usé et abusé. Jusque dans l’Hémicycle.

Le poids des mots

Las. La minute de silence en mémoire de Léon Gautier, dernier membre vivant du commando Kieffer, fut le seul temps apaisé de cette séquence de questions au gouvernement. La présidente Braun-Pivet avait à peine salué un soldat à la « jeunesse exemplaire au service d’une cause supérieure à sa propre vie, la paix » que les cris et les insultes fusaient dans l’Hémicycle. Face à une NUPES vociférante et avachie, à l’image de la députée Obono, mâchant son chewing-gum la bouche ouverte, en restant ostensiblement assise pendant les différents hommages aux commerçants et aux forces de l’ordre, nous avons assisté, ce mardi, à un rare moment de communion nationale moins une voix, donc.

Car les passes d’armes furent essentiellement entre la majorité et la NUPES. Ceux qui ont l’ordre républicain à la bouche face à ceux qui voudraient tout déconstruire. « Depuis une semaine, je cherche des condamnations et j’entends des excuses », affirme Élisabeth Borne à Mathilde Panot. Du côté de LFI, on pointe comme d’habitude le racisme de la police et l’abandon des quartiers ; l’éternelle rengaine mille fois rebattue. Mille fois resservie jusqu’à l’écœurement.

Territoires abandonnés ou perdus ?

C’est peut-être la seule différence sémantique, au fond, entre la Macronie et la NUPES dans un immense concours d’impuissance. « Les territoires sont perdus », affirme la députée du Val-d'Oise (Horizons) Naïma Moutchou. « Ils sont abandonnés », s’exclame la députée de Seine-Saint-Denis (LFI) Nadège Abomangoli. Au fond, beaucoup de commentaires et de sentiment d’impuissance. Impuissance illustrée par les mots de la majorité. Entre le député du Maine-et-Loire (Renaissance) Denis Masseglia, qui parle « d’incompréhension », et le ministre délégué chargé des PME, du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme, Olivia Grégoire, qui parle de « sidération », on finirait presque par croire que ces émeutes sont arrivées par une sorte d’opération du Saint-Esprit ou d’un tirage du Loto particulièrement malchanceux.

Le RN cible le gouvernement 

Ils ne voulaient pas « laisser la Macronie s’abriter derrière les outrances de la NUPES », affirme le député (RN) de Vaucluse Hervé de Lépinau. En effet, les quatre orateurs du groupe RN ont soigneusement évité les accusations de sortie de champ républicain pour concentrer leur tir sur le gouvernement. Forces de l’ordre, commerçants, péril institutionnel et national… le groupe de Marine Le Pen a balayé large pour n’oublier personne. Car ce n’est pas l’action du gouvernement Borne, ce n’est pas l’attitude de La France insoumise qui étaient débattues, ce mardi après-midi. Plutôt quarante ans de politique de l’autruche face à une population ni perdue ni abandonnée, mais dans un état de sécession. Et la question de Marine Le Pen, la dernière de ces questions au gouvernement, avait le mérite de s’adresser à l’ensemble des familles politiques présentes : « Qu’avez-vous fait de la France ? » a demandé la présidente du groupe à ceux qui s’écharpaient sur la responsabilité de la situation.

En attendant Borloo

De la NUPES à Horizons, de LIOT à Renaissance, tous ont évoqué le plan Borloo, énième fosse à milliards de la politique de la ville. Ce plan avorté, jeté par la majorité, enterré par Édouard Philippe, a agi en synthèse. Chacun revendiquait sa filiation. Les uns pour dire qu’ils l’avaient enterré mais appliqué. Les autres pour voir dans cet enterrement le renoncement de la majorité. En réalité, à l’image de l’échange entre le socialiste Boris Vallaud et l’ancienne socialiste Élisabeth Borne, Premier ministre de l'ancien ministre du socialiste Hollande, ce fut un concours de taille de politique de la ville.

À l’image de certains maires, quittant l’Élysée avant la fin du rendez-vous entre Emmanuel Macron et les édiles des communes victimes des émeutiers, lassés par l’impuissance manifeste de la République, l’heure est aux regrets. « Je ne suis pas certain que les Français ont trouvé leur compte, dans les débats qui ont eu lieu cet après-midi, et qu’ils ne se diront pas que les politiques ne servent à rien », nous confie le député (Horizons) de l'Indre François Jolivet. Les commerçants de Montargis, les pompiers de Paris, policiers, gendarmes, propriétaires de voiture, habitants des métropoles, des villes moyennes et des quartiers sécessionnistes, les fleuristes, libraires, profs, buralistes, épiciers et les assureurs se la posent aussi. La majorité silencieuse, au fond. Lassés d’avoir été sommés de choisir entre Macron et le chaos. Pour, au final, être les seuls, dans ce pays, à subir la double peine.

Marc Eynaud
Marc Eynaud
Journaliste à BV

Vos commentaires

33 commentaires

  1. La sidération de notre gouvernement est très inquiétante et nous démontre, une fois de plus, son amateurisme.
    Voilà plus de 6 années que notre président préside et il veut prendre son temps pour essayer de comprendre ce qu’il s’est passé. Ce n’est pas la première fois qu’il procrastine, mais devant l’étendue des dégâts, on aurait pu s’attendre enfin à un sursaut de sa part.
    Ceux qui nous l’ont vendu comme un génie devraient être poursuivis pour escroquerie en bande organisée.

    • Ce n’est pas seulement pour escroquerie, mais surtout pour haute trahison et destruction programmée de la France.

    • Pardon mais vous avez tord car il ne procrastine pas du tout lui et ses sbires … Les décrets et toutes sortes d’autres délires qui fracassent encore et encore plus la FRANCE est pondue quasi tous les jours ! … Il faut bien que les « petits hommes gris » fassent quelque chose …

      La destruction totale de la FRANCE est proche et soyez sûr d’une chose car il l’a dit: macron ira jusqu’au bout de son mandat ! … Il a l’infamie de la corde qui dit à son pendu: « je suis ton seul soutien … »

  2. La Nupes exposée pour ce qu’elle est.
    C’est jouissif !
    Un conglomérat d’hurluberlus qui passe son temps à se contredire, à mentir, et à détruire, quand ce n’est pas à se trahir en laissant voter les lois de son pire ennemi !
    Un seul mot : « pathétiques » !

    • Ils ne sont pas pathétiques, mais dangereux et hors de prix, car c’est nous qui finançons leurs délires.

  3. La députée Obono est totalement représentative des méfaits de la double nationalité à la française. Les élus de la République française ne doivent plus avoir la possibilité de détenir la double nationalité, idem pour les membres du gouvernement. La députée Obono, tout comme Hidalgo ou Manuel Valls doivent faire un choix : la France ou leur pays d’origine.

  4. MMES et MM les députés, pendant la minute de silence que vous avez observée en mémoire de Léon Gautier, peut être vous êtes vous demandé ce que les 177 membres de ce commando Kieffer prêts à donner leurs vies pour la France penseraient de votre Pays s’il leur était donné de le voir. MMES et MM de la NUPES si vous avez eu cette pensée, vous auriez dû rougir de honte. Et cela vaut aussi surement pour bon nombre de députés de la majorité macronienne ….

  5. Ils pourront dire ce qu’ils veulent, le résultat des cagnottes mises en place pour aider les famille du’ »petit ange », Nahel, et du policier déjà puni avant que l’enquête ait commencé, sont à eux seul un sondage grandeur nature. il montre où se porte le choix des Français dans leur grande majorité Pour l’ordre et la sécurité, contre l’anarchie et le désordre.

    • Sans compter l’origine et la nature des dons.
      Pour le policier, les donateurs sont uniquement des privés à une seule exception près. Le don moyen est de moins de 20€.
      Pour le « petit ange en AMG », ce sont beaucoup d’associations subventionnées qui donnent de grosses sommes ou des artiste en quête de médailles de bien-pensance pour gravir l’échelle du principe de Peter.

    • Comble de l’indécence, ils ont incité la mère endeuillée à porter plainte contre la cagnotte pour la famille du policier .

  6. Un mot totalement absent du débat. Tellement absent que cela devient criant: Immigration. La grande opération de glissement de la poussière sous le tapis a commencé. McKinsey à la manœuvre pour aider nos politiciens à trouver des solutions déjà existantes mais, faute d’application, dorment aux fonds des tiroirs des ministères. Le Président a proféré un gros mot pour montrer qu’il parlait vrai. Rien ne change. Les français vont financer la reconstruction jusqu’à la prochaine fois.

  7. Reprenez le « discours de campagne » de macron ( Extrait du discours d’Emmanuel Macron à la Porte de Versailles ) et mettez ensuite l’ensemble de ses « actions » ! …

    Je réfute le titre de cet article car ces coucous politicards ne prouvent pas leurs impuissances mais bel et bien leurs incompétence crasse et leurs volontés unique: conserver leurs privilèges au détriment de la souveraineté française ! …
    La FRANCE n’est plus souveraine à cause de l’ensemble des partis se prétendants « de gouvernance et républicains » …
    La FRANCE est soit vendue sur le marché de la mondialisation, soit donnée en pâture aux migrants et en même temps sacrifiée sur l’autel wokiste aux mains des associations se prétendant « progressistes » ! …

  8. Rien de tel que d’avoir promu la chienlit pour en regretter les effets ! Le Socialisme dans toute son horreur .

  9. je crois que Macron n’a encore rien compris de ce qui se passe dans le pays , quand on pense que pendant que les racailles cassent tout et que toutes les villes brulent, mercredi Monsieur et Madame était au concert !!

    • Ne croyez pas ! Soyez en certain. Il suffit pour cela de lire le dernier communique é de l’Elysée : il va commencer à réfléchir …. et pour l’heure il se contente de dire que nous devons payer.

  10. C’est édifiant quand Mme Bornes, déclare que Marine le Pen n’a que des incantations, mais aucune proposition. Or toutes propositions venant du RN, a été rejetée. Elle ferait mieux de se taire. On sent combien Bornes a une antipathie viscérale envers le RN. Et particulièrement du mépris. Le Père de M.L.P a été un patriote, et quoiqu’elle dise un visionnaire de la politique faite jusqu’à ce jour. C’est lui qui avait raison n’en déplaise à Mme Bornes.

    • Elisabeth Borne et une technicienne, elle n’a pas les épaules pour être1° Ministre, cela est flagrant depuis l’épisode des retraites et plus encore

  11. « Lassés d’avoir été sommés de choisir entre Macron et le chaos. »
    Ils sont le coeur , la cause première de nos problèmes .
    Ils n’ont rien compris , rien vu venir en 2014/2015 quand les media unanimes se sont mis à fabriquer Macron en partant de rien .
    C’est notre projeeet , pensez printemps les amis , ils n’ont même pas compris qu’il les prenait pour des demeurés !

    • 100% d’accord avec vous. Macron est le produit chimiqement pur d’un complot. Financé et soutenu par quelques multinationales americaines, Avec l’orchestration des médias main stream. Le concours de quelques lobbies « transgressifs ». L’approbation de quelques états racailles. Evidemment les circonstances favorables (la stratégie du trou de souris) au déroulement du complot ont été mises en place par Hollande, sans qu’il s’en rende compte. En 2017, Macron a gagné avec la stratégie du coucou.

  12. Macron vivant dans son nuage idéologique ne s’aperçoit même pas que nous sommes au début d’une guerre de sécession. Quand on pense à ce qu’a coûté la guerre de sécession aux États-Unis, on en frémit…

  13. Nupes , macronie et tous les autres avant depuis 40 ans ont détruit ce pays .On ne compte plus les milliards que nous ont couté et nous coute encore ces chances pour la France . Il serait temps de revoir les conditions d’acueil dans ce pays .

    • Il faut exiger l’arrêt de l’immigration. De toute immigration. Par tous les moyens (légaux) La pression MAXIMALE doit être mise sur Macron.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois