La préfète de Haute-Vienne et ses successeurs pourront désormais faire visiter, en leur hôtel de préfecture - par exemple à l’occasion des Journées du patrimoine -, la chambre où Emmanuel Macron n’a pas dormi, la salle de bain où il n’a pas fait sa toilette et la salle à manger où il n’a pas pris son petit déjeuner, à l’instar du fameux musée Alexandre-Dumas de Melun, inventé par Chevallier et Laspalès. « Ils lui ont fait un musée parce qu’il n’a jamais mis les pieds à Melun… Tu visites le bureau où Alexandre Dumas n’a jamais écrit… »

Bien évidemment, le président de la République est bien passé à Limoges mais, la veille de son déplacement dans le Limousin, au lieu de dormir à la préfecture, comme c’est la coutume « républicaine », le chef de l’État a dormi à Saint-Léonard-de-Noblat, charmante bourgade de 4.300 habitants, située à 25 kilomètres à l’est de Limoges. Qu’on se rassure tout de suite, Emmanuel Macron n’est pas descendu dans un hôtel cinq étoiles avec jacuzzi, piscine à bords miroir, vue sur mer imprenable (la plage est belle, à Saint-Léonard, mais la mer est un peu loin), héliport, golf et créatures de rêve montées sur hauts talons servant des cocktails multicolores pendant qu’un orchestre joue des standards américains. Non, plus simplement et, peut-être, plus noblement, dans une maison d’hôtes : une belle demeure du XIXe siècle, royalement baptisée « Le Jardin des lys ».

Ah, le charme des vieilles demeures ! Le feu qui crépite dans la cheminée du petit salon, le vaisselier antique et ciré de la veille dans la salle à manger, dallée de tomettes et exhibant sa vaisselle de la Compagnie des Indes, l’horloge dans le grand vestibule qui fait tic tac. Un clin d’œil de Macron à cette France patrimoniale si bien élevée qui porte des coudières à ses vestons ? Même si, bien souvent, ces maisons d’hôtes « de caractère » sont tenues par des étrangers, si possible britanniques (ce qui n’est pas le cas du Jardin des lys), qui sait ? Cela dit, le pauvre homme ne semble pas en avoir trop profité : « Il est arrivé très tardivement, vers 1 h 30, dans la nuit du lundi 24 au mardi 25 janvier, et m’a saluée très gentiment. Nous avons échangé quelques mots sur l’histoire de cette magnifique maison et il est allé se coucher », raconte la propriétaire au Parisien. Et le lendemain matin, après un petit déjeuner « très vitaminé », le souverain est reparti aussi sec. Tous les mêmes, ces Parisiens, prennent même pas le temps de vivre ! Cette maison de charme aura donc désormais sa chambre présidentielle, comme certains châteaux ont leur chambre du roi. Où le roi, d’ailleurs, n’a pas toujours dormi.

Cela dit, en ne dormant pas en l’hôtel de préfecture, Emmanuel Macron rompt un peu la tradition. La préfecture, c’est le siège de l’État, et l’État, c’est lui ou, du moins, son chef, c'est lui. Nicolas Sarkozy, lui, n’aimait pas trop ça. Il préférait rentrer à la maison le soir, sitôt le barnum plié. Question de tempérament. Tout le monde sait qu’on dort mieux dans son lit. En 2013, avait renoué, comme on dit, avec la coutume, lors de son déplacement en Côte-d’Or. L’hôtel de préfecture, un hôtel particulier du XVIIIe siècle qui doit avoir son charme aussi mais qui, relatait Europe 1, à l’époque, était dans son jus des années… 70 : « Une tapisserie bleue un peu usée, du mobilier rustique, un prie-Dieu et, dans la salle de bain, du carrelage turquoise pour le moins daté. » Le mauvais goût allant de pair avec le manque d’argent, l’État peut faire des miracles dans ce domaine, vous ne pouvez pas imaginer. En revanche, on imagine très bien la tête de en découvrant le siège à bondieuserie.

Bien évidemment, on ne peut pas ne pas évoquer les voyages du général de Gaulle en province et ses nuitées en préfecture. Justement, en mai 1962 (presque 60 ans), le fondateur de la Ve République avait effectué une visite triomphale dans le Limousin – autres temps, autres gens, autres mœurs. À Guéret, préfecture de la Creuse, la légende veut que l’on avait été obligé de scier les pieds du lit, trop court pour un homme qui mesurait 1,96 m. Emmanuel Macron n’a pas ce problème, mesurant 1,73 m. Nos sources ? Le Monde, Le Figaro ? Non, Femme actuelle.

27 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 4 votes
Votre avis ?
28 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires