#AgriculteursEnColere : L’extrême gauche veut noyauter le mouvement

AGRICULTEURS EN COLERE

La gauche ne manque pas d’air. Après avoir exprimé sa plus grande méfiance vis-à-vis de la révolte du monde paysan et appelé à une plus grande répression des actions de blocage, la voilà qui retourne sa veste. Le soutien massif des Français au mouvement #AgriculteursEnColere - évalué, dans un sondage, à plus de 80 % - n’y est sans doute pas pour rien… Les élections européennes approchent et il ne s’agirait pas de s’aliéner une fois de plus le vote populaire.

Alors, après quelques jours de flottement, l’opération récupération a enfin été lancée. L’attitude méprisante a été mise de côté et les éléments de langage sont fin prêts. Marges excessives des grandes surfaces, dérives du « néo-libéralisme », absence de « prix planchers »… le discours est déjà bien rodé. Wokisme oblige, LFI a pris soin de se choisir une « concernée » pour figure de proue, la très discrète Mathilde Hignet. Un atout de poids, à gauche, où l’on ne juge plus les personnes sur leurs idées mais sur leur identité. « L’élue insoumise, ancienne ouvrière agricole, est également fille et petite-fille d’agriculteurs », jubile Libération, comme si cette généalogie faisait de la députée un puits de science incontestable.

Vers une « gilets-jaunisation » du mouvement agricole ?

Comme elle l’avait fait avec les malheureux gilets jaunes, l’extrême gauche tente de se greffer sur le mouvement de rébellion agricole pour mieux le dénaturer et le pervertir. « Avec les blocages des agriculteurs, c’est le moment de se lancer tous ensemble dans le conflit, pour le blocage des prix, nos salaires, les services publics, contre la précarité, le capitalisme destructeur… telle une saison 2 de la bataille des retraites, pour gagner cette fois », appelle ouvertement Philippe Poutou. La CGT, évoquant une « convergence » des luttes pour « élargir la mobilisation », a également appelé ses militants à se joindre au mouvement.

 

Cette récupération conduirait évidemment à une radicalisation violente du mouvement, à sa répression policière et à sa fin. Invité sur CNews, Michel Onfray a justement exhorté les agriculteurs en colère à ne pas céder « aux sirènes de la NUPES ». « La grande erreur des gilets jaunes est d’avoir entendu les sirènes jacobines, rappelle le philosophe. Au départ, Coquerel avait été extrêmement méprisant. Quelques semaines plus tard, ils ont récupéré le mouvement […] Les gilets jaunes se sont laissés avoir, avec quelques-uns qui ont été politisés, des grandes gueules qu’on a installées sur les plateaux de télévision, et d’un seul coup, les gilets jaunes ont perdu leur substance, à cause de quelques-uns qui avaient été récupérés par cette gauche-là. »

L’imposture des escrologistes

C’est sans doute chez les Verts que la récupération est la plus décomplexée. Quelques jours, à peine, après avoir appelé le gouvernement à sévir contre le mouvement agricole, Sandrine Rousseau a totalement changé de ton. « Ça devient intéressant », commenta-t-elle après la publication de la vidéo d’un McDonald's dévasté par des agriculteurs à Agen. « Nous devrions les rejoindre sur les barricades », estima également Marine Tondelier. Chiche ! On a hâte de voir l’accueil qui leur sera réservé.

Les écologistes de salon ont beau publier des textes affirmant qu’ils « ne sont PAS responsables de la situation actuelle » et qu’ils refusent d’y être associés, une grande partie de la colère des paysans leur est néanmoins destinée. Ce n’est pas pour rien si Pascal Canfin est, aujourd’hui, la tête de Turc des syndicats agricoles. Avec ses alliés écologistes, l’eurodéputé a été l’artisan du « Green Deal », cet énorme paquet de législations environnementales imposé par le Parlement européen au grand dam de la paysannerie. C’est cette écologie punitive qui a précarisé nos éleveurs et contribué à leur malheur. La gauche porte donc une lourde responsabilité. Comptons sur les agriculteurs pour le lui rappeler et ne pas se laisser récupérer.

Jean Kast
Jean Kast
Journaliste indépendant, culture et société

Vos commentaires

55 commentaires

  1. Écologie punitive contre les agriculteurs, écologie punitive contre les propriétaires immobiliers (rénovations énergétiques insensées, défense des squatteurs, etc.), écologie punitive avec l’énergie (chaudières au mazout, voitures essence, diesel interdites en ville, éoliennes ruineuses, malus, etc.). Cette dictature de l’écologie nous cause bien des malheurs.

    • Surtout que l’écologie comme on nous l’impose est une supercherie. Nous ne pouvons pas changer le cycle normal de notre planète, c’est à nous de nous adapter aux changements climatiques, glaciations, réchauffements.

  2. Le LFI avec ses Black blocs va encre en profiter pour tout casser , les écolos vont aller se greffer pour faire parler d’eux et par la même occasion les syndicat de gauche ( CGT et compagnie) vont prendre le train en marche pour redorer leur blason et comme à chaque foi ils mettrons un « bordel  » monstre qui ne sera inaudible !

  3. Le monde agricole, le vrai, est suffisamment averti pour évincer aujourd’hui ceux qui les narguaient hier.
    Cette gauche-là est rejetée par la quasi-totalité des français à en croire les résultats des dernières élections.
    Quant à la CGT qui passe désormais trop de temps à défiler pour défendre les racailles -type « Traoré »- ce syndicat est éjecté par l’ensemble des salariés.
    Notre France nécessite un immense coup de ménage.

  4. Agriculteurs surtout pas ça sinon vous finirez comme les g jaunes .Les gauchistes pourissent tout ce qu’ils touchent !
    Vous avez le soutien des Français ,gardez le !

  5. Surtout messieurs et mesdames les Agriculteur ne vous faite pas avoir et endormir par LFI,la nupes,les vers,car ils sont sournois c’est personnes là,ont ce rappel comment cela a fini avec les gilets jaunes,et surtout pas de CGT car eux ils sont envoyer par macron,mais nous vous faisons confiance.

  6. Comptez sur la fourberie du gang macron pour injecter de la pourriture dans le mouvement de contestation agricole ..la marque de fabrique de ce gouvernement : «  si on y arrive pas de cette façon, on dressera les français les uns contre les autres «  les GJ en sont le parfait exemple . Et aujourd’hui l’extrême gauche complice des ayatollahs verts vient défendre le monde agricole ….

  7. Oui ce cheval de Troie existe depuis longtemps et s’appelle la Confédération paysanne ! Je le dis et le redis, ce mouvement est une crise identitaire ! Les paysans et la ruralité sont objets d’un effacement culturel depuis des décennies, on perd chaque année 7000 paysans en France, Bruxelles ne désencourage pas cette manœuvre. Quand un peuple se sent menacé de génocide il se bat, quand une population se sent menacée d’effacement culturel, car oui il y a une culture paysanne, elle se bat ! Certains diront que aujourd’hui les campagnes ne sont plus paysannes et c’est une réalité, le mot réalité devrait être changé par satisfaction venant de leur bouche !

  8. Bien sûr que c’est le danger n°1. Mais, à mon avis, l’extrême-gauche va avoir plus de mal à saboter le mouvement des agriculteurs que celui des « gilets jaunes » parce que les agriculteurs ont des chefs et se connaissent tous. Le mec aux dreadlocks qui va vouloir mettre le feu à la préfecure va être vite repéré.

  9. Il faut virer les appariteurs. La gauche n’a rien à faire dans ce mouvement hormis faire son « mea culpa » pour toutes les erreurs commises depuis 50ans dans ce secteur (les mêmes que pour l’énergie nucléaire).

  10. Comme pour les Gilets jaunes, si la CGT se mêle de ce qui ne la regarde pas, (car là, ces paysans sont des gens qui bossent réellement pas comme la majorité des représentants CGT) ce mouvement sera saboté illico. On se demande si Macron n’a pas promis à la CGT de renflouer ses caisses si elle allait semer la, pardon du purin, dans ce mouvement légitime et que je soutiens pour l’instant.

    • C’est une habitude chez macron. Arroser! Mais attention, ça va être l’arroseur arrosé…de purin…L’ÉLYSÉE aurait-il besoin d’un petit ravalement de façade?

  11. Il ne manque plus que les black blocs d’extrême gauche et le mouvement sera marginalisé, pour la plus grande satisfaction de Macron.

    • Macron attend encore un peu avant de lancer ses chevau-légers (appelés Black Bocks par les médias de grand chemin). Mais n’ayez crainte, ils sont prêts et surexcités à l’idée de pouvoir frapper sans frein.

    • Satisfaction, ou volonté ? Laisser pourri le mouvement en attendant que les gauchistes et extrème gauchistes les ana et autres black-bloks ne débarquent. Pour le moment darmanin laisse un peu faire car il n’y à pas de « casse », la suite sera une autre chose. Prions pour que les agriculteurs ne se laissent pas embarquer là dedans, déja que leur FNSEA s’en mèle cela n’est pas des meilleurs auspices pour eux !

  12. De toute évidence la gauche avec LFI, écolos, et tout assimilés à la Nupes de Mélenchon ne peuvent être avec les agriculteurs la preuve ces gens là sont tous blanc, pas un seul genré et culturellement pas du côté de la gauche. C’est antinomique.

  13. Vive la généalogie : j’ai comme la sensation que Madame Hignet n’est pas tout à fait la seule dans son cas et que nombre de Français sont « fils et petits-fils » d’agriculteurs…Bon, allez, si le compte n’y est pas… »arrière-petits-fils » !

  14. Ca va être dur…au vu de la façon dont nos camarades écolos sont perçus dans les campagnes…foi de chasseur !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois