Dix ans, déjà, que a disparu. Dix longues années d’interrogations, de rapports d’enquêtes et d’auditions restés sans réponse après la découverte, le 21 avril 2011, des cadavres de sa femme, Agnès, et de ses quatre enfants, Arthur, Thomas, Anne et Benoît, ensevelis sous leur maison familiale de . Xavier Dupont de Ligonnès, le principal suspect, aura été aperçu « en vie » une dernière fois, le 15 avril, sur une vidéo de caméra de surveillance d’un distributeur dans le sud de la France, à plusieurs centaines de kilomètres de son domicile. Plusieurs jours après la date estimée du décès des cinq victimes.

Xavier Dupont de Ligonnès est-il un monstre ou la victime d’une machination ? Les Français se passionnent pour l’affaire : on croit reconnaître le fugitif en janvier 2018, au monastère Saint-Désert-des-Carmes. En octobre 2019, il aurait été intercepté à l’aéroport de Glasgow. Deux pistes qui, à chaque fois, se révéleront erronées. Son ami de , Bruno de Stabenrath, prend la plume pour tenter de comprendre ce qui s’est passé dans le pavillon nantais, au mois d’avril 2011, et publie L’Ami impossible.

On y découvre le parcours d’un homme issu d’une de la noblesse (originaire du Vivarais, puis du Gévaudan), élevé dans le milieu versaillais bourgeois catholique et pratiquant. À ceci près que sa mère, séparée de son père, appartient à un étrange cercle qu’elle a elle-même fondé, « l’Église de Philadelphie ». Un groupe de prière soupçonné de dérive sectaire. Détail qui intéresse les enquêteurs car Xavier Dupont de Ligonnès, qui quitte le groupe en 1995, y tenait une place privilégiée, celle d’élu, de futur chef.

Le couple, qui se marie en 1991, a quatre enfants et mène une vie un peu chaotique entre déménagements successifs, difficultés professionnelles et déboires conjugaux. Et toujours cette envie d’ailleurs, comme un espoir sans arrêt déçu, pour Xavier Dupont de Ligonnès, de courir après la fortune. Pour faire face aux créanciers, il emprunte auprès de ses amis, de sa famille et ment un peu. Et s’inscrit, quelques jours avant le drame, à un club de tir.

Encore aujourd’hui, sa mère Geneviève et sa sœur Christine clament son innocence. Et s’interrogent : pourquoi les cadavres retrouvés ont-ils été inhumés si rapidement ? Elles pensent Xavier Dupont de Ligonnès en fuite avec femme et enfants, réfugiés quelque part dans . Et invoquent cet étrange message envoyé aux amis et à la famille par leur frère, plusieurs jours avant sa disparition et dans lequel il annonce son exil aux États-Unis, protégé comme témoin sous une nouvelle car mêlé à une affaire de services secrets. Une thèse à laquelle Bruno de Stabenrath n’adhère pas. Sans exclure sa culpabilité, l’ami de toujours croit Xavier en vie et pense à l’Australie car « il en parlait beaucoup, à sa famille, dans ses courriers. Le pays est tellement immense. J’y ai été il y a deux ans, personne ne le recherche là-bas. »

L’énigme affole les médias. Le magazine Society, qui publie une enquête sur le sujet, provoque des réactions « proches de la folie ». Au tour de BFM TV de se pencher sur le drame avec une série programmée en avril en trois épisodes. L’aspect « famille catholique traditionnelle proche des milieux » ne sera sans nul doute pas négligé. On pense à une autre affaire non élucidée, celle du Dr Godard, soupçonné, lui aussi, d’avoir assassiné femme et enfants et disparu sans laisser de traces. D’après le journal Le Monde, « chaque année, un peu plus de 60.000 personnes, la plupart mineures, disparaissent. Si, selon certains responsables associatifs, près d’un millier parmi elles resteraient introuvables, l’immense majorité réapparaît dans les jours, les semaines ou les mois suivants. »

Jean-Marc Bloch, ancien patron de l’antigang et de la PJ de Versailles qui s’exprimait, en 2012, dans le JDD au sujet du mystère Godard, estimait à 200 le nombre de crimes non élucidés en France. Affaires pour autant non closes car « demain, dans un mois ou dans huit ans, un témoin peut sortir du silence et dire ce qui s’est réellement passé ». De quoi imaginer une suite à « l’énigme » Dupont de Ligonnès ?

5 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

0 0 vote
Votre avis ?
0 Commentaire(s)
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

À lire aussi

Après Vincent Bolloré, Éric Zemmour et Pascal Praud : Sonia Mabrouk, ça fait du bien !

Par sa classe, son anticonformisme, sa parfaite diction de la langue française et son extr…