Alors, ça y est, il est sorti du silence. Via Twitter, en l'occurrence, véhicule de tous les bavardages de la micro- politique sous l'œil bienveillant des médias. Adrien Quatennens était en train de se séparer de sa femme, qui voulait le quitter après treize ans de vie commune. Disputes, ton qui monte, coude qui se cogne contre un mur, bref, la vie d'un couple moyen dans un pays où deux tiers des unions se terminent par un divorce. Et puis, bon, tout de même, il y a cette histoire de gifle qui n'est pas tout à fait du ressort de la vie d'un couple moyen, n'en déplaise aux compteuses de féminicide et de violences-faites-aux-femmes.

Dans un « contexte d'extrême tension », Adrien Quatennens a mis une mandale à sa compagne. Celle-ci a déposé une main courante. Qu'aurait-on dit si l'élu avait été LR, voire RN ? systémique, société patriarcale, réification des femmes, le combat continue, etc. Sandrine Rousseau aurait peut-être réclamé son émasculation immédiate, ou plutôt la déconstruction écoresponsable des attributs de sa virilité oppressive. Mais là, c'est le malaise. Depuis que LFI a délaissé le bolchevisme chic, seul Mélenchon, avec ses vestes de travail et son triangle rouge, persiste à incarner avec talent son fonds de commerce et l'air du temps. Et pour vendre l'air du temps à ceux qui y vivent, il faut être un excellent commercial. Il ne faut pas être en retard d'un seul combat. Indigénisme, écologie, féminisme, droits des LGBT, antiracisme, décolonialisme : il faut veiller à ne rien rater et faire un perpétuel grand écart entre (par exemple, au hasard) la prosternation devant le machisme des banlieues, d'une part, et la défense des positions « féministes » les plus haineuses des hommes, les plus « déconstructrices » et les plus stupides, d'autre part.

Un tel travail de funambule n'est pas à la portée de tout le monde. On le sait depuis la Révolution : quand on est du côté de la police de la pensée, non seulement il est rare que l'on soit exemplaire, mais encore on est entouré de gens qui vous observent en espérant vous envoyer à la guillotine. Ainsi de Quatennens, qui réclamait un milliard d'euros pour la prévention des violences sexistes mais qui a mis une tarte à sa femme pour pas un rond. Ainsi de Sandrine Rousseau, l'impayable, qui a réclamé que le député insoumis se mette carrément en retraite de « toute parole publique ». Qu'il la ferme, quoi. Ce ne serait pas inconcevable, en réalité. Adrien Quatennens a passé les dernières années à la remorque des combats misandres, en traquant le moindre soupçon de patriarcat chez des gens qui n'auraient même pas eu l'idée de lever la main sur leur femme. Il n'est plus excessivement légitime pour s'exprimer...

Il serait facile de se borner à rire de l'arroseur arrosé. Si l'on va un peu plus loin, on peut tout de même constater deux choses qui ne prêtent pas à rire. D'abord, une bonne partie de la haute classe politique est décidément en dessous de tout. Dans ce métier mal payé, où il n'y a que des coups à prendre, on croise généralement des gens admirables, convaincus de leur vocation et de l'intérêt public ; mais la lumière des meilleurs postes n'attire, trop souvent, que des médiocres, des vaniteux en quête de reconnaissance, des gens avides de pouvoir symbolique et d'un caractère souvent violent - y compris avec leurs proches. Ensuite, la meute médiatique a encore de beaux jours devant elle. C'est elle qui choisit les bons et les méchants. Il y a des maires, en province, qui ont été réélus malgré un lourd passif de violences conjugales. Mais eux, c'est pas pareil.

Bon courage au député Quatennens. En URSS, dont la doctrine « partait d'une bonne intention », comme disent les maîtresses d'école, un monstre comme Beria finit par faire les frais de la machine à broyer qu'il avait lui-même inventée. Ainsi de nos insoumis en peau de lapin, en réalité soumis à tout, valets de tous les maîtres du jour : la chute est douloureuse pour les commissaires politiques.

6555 vues

19 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

16 commentaires

  1. Notre classe politique donne des leçons,prouve chaque jour son incompétence, est dans le déni de la réalité,manque de bon sens,mais prend les Français pour des neu-neus.

  2. Et qu’en pense les officines féministes grassement subventionnées par l’argent du contribuable ?
    Allo, Caroline de Haas ? Allo Alice Coffin ?
    Pas un mot. Une extinction de voix, probablement. Comme c’est ballot …

  3. Dans le même ordre d’idée qu’il a hurlé « la police tue », le mentor exemplaire de cet homme exemplaire qu’est Quatennens, va brailler dans tous les médias ::: « LFI ou les mâles de la NUPES maltraitent leur conjointe » ! En toute logique et impartialité, évidemment comme d’habitude chez ces gens là ….

  4. Il y a une justice immanente, qui veut que ces petits Robespierre complexés goûtent, comme leur idole, à la lame du couperet, qui aujourd’hui n’est que médiatique mais tout autant implacable. Mais, à la honte de ce geste, Mélanchon ajoute l’abjection par son attaque contre la Police, la nième… C’est sans doute la Police qui a tellement énervé le rouquin, que celui-ci a tabassé sa femme. C’est évident.

  5. Quatennens défenseur acharné de l’islam en France met en application une sourate du Coran: « bats ta femme, bats la souvent , si tu ne sais pas pourquoi, elle le sait »

  6. Le communiqué de cet homme politique manque singulièrement de pudeur. Non seulement il impute à son épouse la responsabilité de leur rupture, mais encore il prétend qu’une blessure au coude serait involontaire et ferait suite à une agression de son épouse qui lui aurait sauté sur le dos… Quel singulier manque de classe !

  7. Bonjour M. Florac,
    « Il serait facile de se borner à rire de l’arroseur arrosé. »
    C’est vrai, mais je ne peux réfréner un petit sourire…

  8. Le parti des  » insoumis » accumule décidément les contradictions. Après avoir laisser réélire Macron, pour des insoumis, faut le faire ! Les voilà maintenant qui cognent leurs épouses ! Vraiment un parti pitoyable, lamentable. Une bonne « leçon » pour l’épouse maltraitée, ça lui apprendra à fricoter avec les « insoumis », bons pour taper sur les femmes mais pas sur les membres du système qui ruinent notre pays dans tous les domaines. Même « leçon » pour ces françaises qui épousent un musulman et qui, plus tard, découvrent le vrai visage de l’islam, cette religion « d’amour »…

  9. Celà nous a fait un choc. La reine, paix à son âme, en est décédée. « Comment, un si gentil garçon, si propre sur lui et intelligent … ?!? ». C’est la stupéfaction. Le gel sur place. La consternation. Tous nos repères nous abandonnent, d’un coup, d’une gifle. Cet honnête homme aurait-il donc passé tant de temps à nous aprendre à vivre, à nous dire ce qu’il faut et ne faut pas faire, à dénoncer l’inconcevable, à réclamer 1 milliard d’Euros pour cette cause, en sa croisade, alors que, lui, commetrait l’irréparable ? Cela paraît impossible, mais en y réfléchissant, on observe parfois que ce sont ceux qui en parlent le plus fort, qui en cachent, au final, le plus. Enfer et damnation … ahhh les femmes, ahhh les hommes. A priori les déconstruits s’avèrent rester construits, pour le pire. Dommage. L’élégance se perd. Le costume déguise. C’est très révélateur. Le tout est d’une hypocrisie cynique. De toute évidence les décontruits maronnaces (mélangez du vert et du carmin, vous verrez à quoi vous pensez) ne croient pas un mot de ce qu’il assenent. C’est de la blague. Une grande baffe au système, qu’il s’agisse de république, de valeurs ou de civilisation, c’est l’objectif. Et là, c’est d’actualité. « Mémère » s’en ai pris une. Je sais pas si vous avez remarqué, mais au centre et à gauche de l’émiscicle, le traitement réservé aux dames n’est pas toujours approprié, du tout. A force, celà commence à se voir. Le rouquin a poussé le bouchon trop loin, la gentille sorcière verte-rouge ultra flash lui a jeté un sort. L’insoumis n’a plus qu’à se soumettre, à se démettre, c’est justice. Bonne reconstruction à lui. Je pense surtout à leurs enfants s’ils en ont. Protégeons les. Il est un autre débat, structurel celui-ci: la vie privée.

  10. La NUPES qui affirme que la Police Tue , que la Police est violente, pas de chance Adrien, toi qui accuse la police tu frappes ta femme . Elle dépose une main courante pour signaler le fait à la police. Normalement ça aurait du resté confidentiel. Un malheureux hasard , a voulu que cette histoire s’ébruite. Un policier se sentant calomnié par la NUPES , a t il voulu laissé fuiter, le fait ? M Adrien Quatennens grand donneur de leçons et pourfendeur de la police , se révèle être un homme violent, voilà qui doit bien faire rire dans les commissariats .

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter