La « Maison de France » de Rio est menacée de vente. L’information est révélée par dans un papier du 5 janvier, et la décision pourrait tomber d’ici quelques semaines, le ministère des Affaires étrangères y « réfléchirait sérieusement ». Si tel était le cas, le symbole serait fort. Celui de la présence française dans le monde, de la transmission de sa langue, de l’influence de sa culture par les artistes et les écrivains français dans la culture brésilienne, serait relégué au passé. Symbole, aussi, de la fin d’une époque, celle de la Rio francophile avec ses avenues haussmanniennes et son théâtre municipal dont le style architectural rappelle celui de l’opéra Garnier. Et les témoignages rapportés par mesurent le désarroi des Cariocas : « Choc », « déception », « tristesse absolue ». Pour Guiomar de Grammont, écrivain et commissaire d’exposition : « Si la “Maison” devait fermer, ce serait une tragédie, tout simplement. »

Inauguré en 1956, cet immeuble de treize étages regroupe non seulement les services consulaires et diplomatiques français, mais témoigne de la vie culturelle riche et diversifiée. Récemment rénovée, sa BiblioMaison offrait aux visiteurs un espace de 780 mètres carrés, avec larges baies donnant sur le Pain de Sucre, accueillant programmation franco-brésilienne riche et diversifiée, conférences, débats, expositions, projections de documentaires, clubs de lecture, ateliers de conversation en français, dégustations de vins et fromages...

À ses heures glorieuses, la « Maison de France » abritait également Air France et l’Alliance française. Las, ces deux institutions ont déserté les lieux et la « Maison de France » avait été rebaptisée, en 2013, « Maison de l’Europe » pour y accueillir les services consulaires allemands et finlandais. Et, toujours selon , le théâtre est fermé depuis mars dernier, faute de moyens financiers pour le restaurer. Plus de cours de français, plus de représentations théâtrales, donc, « la fermeture de ce lieu viendrait aussi et surtout matérialiser la chute de l’influence française au Brésil » prévient ce professeur d’université, ex-élève de la « Maison » interrogé par le quotidien. Il ajoute que « rares sont les écoles publiques à proposer des cours de français aujourd’hui à Rio. Depuis trente ans, le s’est ouvert au monde, à l’ latine, à l’Afrique… La France a perdu sa centralité comme référence culturelle. »

Le Quai d’Orsay serait contraint de prendre cette décision pour des raisons économiques, l’immeuble à moitié vide serait devenu trop lourd à entretenir, les Cariocas ne profiteraient pas du généreux « quoi qu’il en coûte » français. La pandémie avait déjà révélé que la Macronie ne considérait pas la culture comme essentielle. Avec la fermeture de cette « Maison », elle confirme son désintérêt pour l’amour de la France et poursuit son processus d’effondrement culturel et intellectuel.

6 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 4 votes
Votre avis ?
15 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires