Le syndicat étudiant de gauche a relayé un mail du comité féministe de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne aux 42.000 étudiants de l’établissement pour les informer de deux réunions de rentrée ouvertes à tout le monde, à l’exception des hommes « cisgenres », à savoir « personnes de sexe masculin ne se considérant pas comme étant autre chose qu’un homme », précise Le Figaro.

Une réunion réservée aux « personnes cis, trans ou non binaires »

« Le comité est en mixité choisie, c’est-à-dire qu’il réunit tous types de personnes, cis, trans ou non binaires, à l’exception des hommes cisgenres, dans l’objectif de créer un espace safe de discussion », précise le mail de l’organisation féministe. L’objet de ces réunions est « d’organiser des actions et des événements pour éclairer sur la situation particulière des femmes et des minorités de genre au sein de l’université, lutter contre le viol et le harcèlement ».

« Une organisation sectaire qui ne défend plus du tout les étudiants »

Une information qui n’a pas manqué de provoquer la colère de Guilhem Carayon, le responsable de l’UNI (Union nationale inter-universitaire), syndicat étudiant de droite dans cette faculté : « Ce mail est extrêmement choquant, ségrégationniste. Ces organisations font des réunions en excluant certaines personnes en considérant que leur présence pourrait empêcher les autres de s’exprimer. Voir l’UNEF partager ce type de message ne nous étonne pas, ce syndicat est devenu une organisation sectaire qui ne défend plus du tout les étudiants », dénonce-t-il.

Olivier Vial, le président de l’UNI, dénonce, quant à lui, une nouvelle polémique qui est « dans la droite ligne de la dérive constatée de l’UNEF ces dernières années ».

À lire aussi

Attentat de Conflans : l’assaillant aurait contacté Abdelhakim Sefrioui et le père d’une élève leur annonçant vouloir « venger le prophète »

Selon le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, ces derniers ont « manifestement lancé u…