Sarah Lucie Halimi, médecin, juive, assassinée par son voisin musulman

Auteur, militante féministe

Ex-membre du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes), du CERF (Cercle d’Etudes de réformes féministes)

Son blog
 

Paris, 5 avril 2017, rue de Vaucouleurs. Un entrefilet dans la presse : « Une femme défenestrée. »

Dans le silence des politiques et des médias, Sarah Lucie Halimi, médecin, juive orthodoxe, vient d’être enterrée. Morte, assassinée, à 67 ans, par son voisin de 27 ans.

Un homme musulman qui, depuis des années, l’insultait et l’effrayait.

« Sales juives », hurlait-il à madame Halimi et sa fille Elisheva.

« Sales juifs ! On a nos kalach’ ! », hurlaient quelques « voyous » contre les manifestants, tout en leur lançant des bouteilles et en les insultant ce dimanche matin, lors de la marche d’hommage, entre Belleville et le domicile de Sarah Halimi.

Ce matin, des tableaux d’écoliers brandis en guise de pancartes par le millier de manifestants présents portaient les mots suivants : « Déséquilibré ? », « Stop les mensonges », « Nous sommes trop gentils, souvenons-nous de Varsovie ». Et d’autres messages plus virulents, de même que ceux d’articles publiés sur des sites israéliens, des messages appelant au recours à la force. Des messages pathétiques qui font le constat de la solitude des juifs qui ne vivent pas dans des quartiers surprotégés.

Des messages que je ne reproduirai pas ici, étant donné l’ignominie actuelle qui règne en France, de la part tant de représentants des pouvoirs et de la société civile en général que de certains leaders et avocats juifs, notables qui ne cessent de persécuter toute personne dénonçant la cause de ces drames et menaces, ou tentant de réagir efficacement face au danger.

La cause, c’est-à-dire le Coran et la Sunna, l’antisémitisme consubstantiel à l’islam depuis les persécutions des juifs d’Arabie par Mahomet.

Ce dimanche matin, aucun homme ou femme politique à la marche de Sarah Halimi. Des juifs, des juifs seulement, les juifs seuls.

Certains leaders juifs français semblent n’avoir qu’une priorité : assurer le gouvernement de leur contribution à l’utilisation de la Shoah pour contrer toute forme de souverainisme démocratique…

Je ne supporte plus la duplicité de certains notables de la communauté juive, qui poursuivent inlassablement de leurs griefs les personnes alertant le peuple sur l’antisémitisme et autres aspects barbares de la loi islamique.

Je ne supporte plus que les morts de ma famille, dont les morts pour la France, soient exploités pour faire taire le peuple qui nous a recueillis, lorsque ce peuple français s’inquiète de l’arrivée de populations attachées, au moins en grande partie, à la loi islamique.

J’ai de nombreuses raisons de craindre les nationalismes, mais j’estime aujourd’hui que la candidature la moins nocive est celle de Marine Le Pen. Elle seule paraît vouloir réellement mettre un terme à la politique d’immigration venant de pays musulmans.

Pour défendre la liberté d'expression,
je soutiens Boulevard Voltaire en faisant un don.

Ex-membre du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes), du CERF (Cercle d’Etudes de réformes féministes)

À LIRE SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.