La Pologne bientôt terre d’asile pour les familles norvégiennes ?

En ce moment même, une Norvégienne attend, inquiète, la décision du ministre des Affaires étrangères polonais relative à sa demande d’asile dans la patrie du PiS et de Kaczyński. Cette décision devait tomber en février, puis avant le 28 mars, mais le ministre Jacek Czaputowicz s’est donné un nouveau délai de réflexion jusqu’à la mi-avril. Pourtant, l’Office polonais des étrangers a émis un avis favorable, confirmant que la citoyenne de Norvège encourait dans son pays un risque grave pour ses droits familiaux et que ces droits ne sont, d’une manière générale, pas respectés en Norvège.

La Norvège a, en ce moment, à répondre devant la Cour européenne des droits de l’Homme dans huit affaires concernant des enfants soustraits abusivement à leur famille par ses services sociaux. Silje (Cécile) Garmo n’est pas la première Norvégienne à se réfugier en Pologne avec son ou ses enfants, mais elle est la première à y avoir déposé une demande d’asile. Elle est arrivée en Pologne en mai 2017 avec sa fille Eira, qui a aujourd’hui 14 mois. Elle craignait que le Barnevernet, c’est-à-dire l’Office de protection des droits des enfants, ne lui enlève la garde de sa fille, qu’elle élève seule. Elle était accusée par les fonctionnaires de cette institution d’abuser des médicaments analgésiques et d’avoir un style de vie chaotique.

Résidant aujourd’hui dans les environs de Varsovie, Silje Garmo, à qui j’ai rendu visite pour parler de son cas dans l’hebdomadaire polonais Do Rzeczy, ne donne pas du tout l’impression d’une mère à laquelle il faudrait retirer son enfant. La petite Eira est calme et souriante et se comporte comme tout enfant de son âge. Silje Garmo produit volontiers les copies des attestations de psychologues et pédiatres polonais jointes à sa demande d’asile et confirmant qu’il n’existe aucune raison de lui retirer Eira.

Aussi extraordinaire que cela puisse paraître, l’enlèvement d’enfants par l’État est une pratique devenue courante en Norvège. Les Norvégiens savent qu’ils ont un problème, mais la classe politique locale semble ne pas oser s’y attaquer. Si le gouvernement polonais hésite encore à accorder l’asile, ce n’est pas parce qu’il doute du bien-fondé de la demande. Le problème norvégien est connu en Pologne du fait de l’émigration polonaise. Sur les bords de la Vistule, les médias parlent parfois de ces parents et de ces enfants auxquels le Barnevernet fait vivre un drame. En 2011, une mère de famille polonaise avait réussi à faire enlever dans la famille d’accueil désignée par le Barnevernet sa fille de 9 ans, avec la coopération de cette dernière, pour la ramener en Pologne. Elle avait engagé pour cela un détective privé polonais et son équipe et avait été aidée par le consul de Pologne, ce qui avait provoqué un incident diplomatique entre les deux pays. Les tribunaux polonais ont ensuite refusé de renvoyer l’enfant en Norvège, estimant que cela aurait été contraire à ses intérêts en raison de son lien affectif avec sa mère.

Le ministre des Affaires étrangères polonais craint-il des tensions diplomatiques avec Oslo s’il octroie l’asile à Mme Garmo et sa fille ? Outre l’aspect humain qui plaide en faveur d’une réponse favorable, accorder l’asile à une Norvégienne et sa fille victimes des pratiques totalitaires d’un autre État européen serait un joli pied-de-nez aux accusateurs de la Pologne. Si Bruxelles parle volontiers de violations de l’État de droit par le gouvernement polonais, Silje Garmo a, au contraire, choisi la Pologne comme lieu de refuge justement parce qu’elle se dit confiante dans la Justice polonaise et parce que « le respect pour la vie privée est très strict en Pologne ». D’après l’association polonaise d’avocats pro-vie et pro-famille Ordo Iuris, qui assiste Mme Garmo dans sa démarche, d’autres familles norvégiennes s’apprêteraient déjà à demander l’asile en Pologne.

Cher lecteur,
Nous travaillons d'arrache-pied pour donner de l'information alternative gratuite et de qualité à plus d'un million et demi de personnes.
Ce travail n'existe que grâce à la générosité de citoyens qui ont à cœur de lutter contre
les mensonges du politiquement correct et de rétablir la liberté d'expression en France.
Si vous acceptez d'aider Boulevard Voltaire dans cette mission salutaire pour notre pays, s'il vous plaît cliquez sur le bouton ci-dessous :


D'avance, un grand merci !
L'équipe de Boulevard Voltaire

À lire aussi

Les juifs plus en sécurité en Europe centrale qu’en Europe occidentale

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleAlors que les médias dominants d’Europe occide…