Éoliennes

Nucléaire et éolien : halte aux idées reçues !


Retraité des compagnies consulaires

 

Grâce à Marc Rousset, je viens de rajeunir de huit ans, époque au cours de laquelle j’animais, à la CCI de Dieppe, le site des grands chantiers de la Côte d’Albâtre.

Or, c’est à cette époque qu’a eu lieu le débat public sur la création du futur parc éolien offshore des Deux-Côtes. Et durant ces soirées, nous avons entendu certains arguments massue assenés par les sympathisants et militants du mouvement Fédération environnement durable.

Et aujourd’hui, je retrouve dans l’article de monsieur Rousset tout les arguments développés durant le débat public : l’éolien pompe à fric, les éoliennes qui polluent, pourquoi pas qui explosent ou qui brûlent ? Les centrales à charbon qu’il faut mettre au pied de chaque éolienne… Il ne manque plus que la merveilleuse histoire du pétrolier qui heurte les éoliennes, dont la coque se déchire sous le choc et déclenche une marée noire qui, à contre-courant, vient engluer le canal d’alimentation en eau de mer de la centrale de Penly, provocant ainsi une explosion nucléaire ! J’ajoute que la militante du ci-dessus mouvement a ponctué son mémorable discours en traitant le directeur de la Compagnie du vent d’assassin… Je venais de vivre une nouvelle histoire de Jean-Marie Bigard.

Allons, soyons sérieux :
1) Les parcs éoliens offshore de la Manche et de la mer du Nord seront reliés aux autres parcs éoliens européens, ce qui palliera le manque de vent, comme le dit la chanson « Il fait toujours beau quelque part… » Eh bien, on pourra dire « Il fait toujours du vent quelque part ».
2) Les éoliennes vont être assemblées dans les ports du Havre et de Dieppe et seront acheminées sur place par des entreprises de navigation du port de Dieppe, d’où la création d’emplois !
3) La maintenance devrait être assurée par des entreprises locales
4) Les pêcheurs auront la possibilité de continuer à pratiquer leur activité à l’intérieur du parc, les éoliennes étant éloignées d’un kilomètre l’une de l’autre.
5) À 15 kilomètres en mer, les éoliennes, même géantes, auront la taille d’un centimètre vu de la plage. Et même, pourriez-vous dire ce qui est le plus laid : quelques éoliennes… ou bien une centrale électro-nucléaire ?
6) Les professionnels du tourisme ont déjà envisagé d’organiser des visites du parc éolien dans de petits bateaux de plaisance.

Voilà quelques réflexions sur ce déchaînement d’amabilités.

Je pense qu’il vaut mieux calmer les esprits et rechercher le meilleur pour notre pays. Et au lieu d’aller aider l’Inde à s’équiper en centrales nucléaires et dépenser plusieurs millions (si ce n’est plusieurs milliards) d’euros, il serait peut-être bon de penser « D’ABORD » à la France !

Retraité des compagnies consulaires

Cet article a été lu 4651 fois
Cette statistique n'est pas mise à jour en temps réel