Editoriaux - Politique - 18 janvier 2019

Jordan Bardella, la révélation politique de 2019 ?

Le Front national avait eu Marion Maréchal. Le Rassemblement national vient d’offrir à ses adhérents Jordan Bardella. Un grand jeune homme de 23 ans qu’ils ont découvert dimanche, lors d’une longue intervention sur la scène de la Mutualité : pendant près de trente minutes, seul, il a brossé avec talent et conviction le programme qu’il va présenter aux Français en vue des élections européennes.

On peut penser que le pari de Marine Le Pen de voir ce très jeune homme diriger la liste RN des européennes est risqué. Mais s’il parvient à convaincre qu’il sera le Marion masculin, Jordan Bardella part gagnant. Devant les militants réunis pour la Convention des européennes du RN, il a été brillant, parlant sans aucune note, développant ses idées avec ordre. « Cette jeunesse de France à laquelle j’appartiens a envie de lutter, de se battre pour son avenir, elle a des rêves plein la tête. C’est aussi pour empêcher que notre France se défasse que je me suis engagé aux côtés de Marine à 16 ans ! » Ou encore : « Je peux vous assurer que, quand vous grandissez en Seine-Saint-Denis, vous êtes exactement au bon endroit pour voir, observer, vivre et subir toutes les dérives du pays : délinquance, ravages de l’immigration de masse, clientélisme, terrorisme. Il sait de quoi il parle.

M’est avis qu’il a dû surprendre plus d’un adhérent dans cette salle surbondée. Le lendemain, au micro de Jean-Jacques Bourdin que l’on devinait surpris par l’éloquence et l’énergie de son interlocuteur, il a défendu bec et ongles son programme. Enchaînant les plateaux télé et studios radio, il est apparu comme un homme politique étonnamment expérimenté, argumenté et convaincant. « Il s’est imposé sur les plateaux », dit de lui Philippe Olivier.

Florilège de ce qu’il a exprimé aux différents micros depuis dimanche : « Les questions posées dans la #LettreMacron sont biaisées : les Français ne veulent pas de “quotas” d’immigration, ils veulent mettre fin à la submersion migratoire ! » « Ils ne veulent pas moins de services publics, mais que l’on fasse des économies de bon sens. » « Pour apaiser la tension, Emmanuel Macron doit instaurer très vite la proportionnelle et le référendum d’initiative populaire, puis dissoudre l’Assemblée. S’il ne le fait pas, alors, cela se réglera de manière républicaine et démocratique le 26 mai prochain. » « Ce #Grandébatnational n’est qu’un enfumage de M. Macron pour gagner quelques mois jusqu’aux #Européennes2019, et tenter de renouer avec les Français contre lesquels il a exprimé ses insultes, son mépris et son arrogance depuis des mois, mais c’est trop tard ! » « C’est parce que je suis Européen que je suis contre l’Union européenne. » « Pendant la campagne présidentielle, on nous disait que ce serait Macron ou le chaos : nous avons finalement eu Macron ET le chaos. » « Je considère que pas un euro ne doit être dépensé pour accueillir des migrants tant qu’il y aura des Français qui auront du mal à se chauffer, à se soigner ou à boucler leurs fins de mois. » « Le soir du dimanche 26 mai, je veux que Castaner ait les larmes aux yeux en voyant les résultats arriver, que Griveaux cherche ses mots sur les plateaux, que Macron, Juncker et Merkel comprennent que c’est fini et que les peuples sont de retour ! »

Sébastien Chenu n’a pas hésité à conclure que « sa nomination comme tête de liste aux européennes est une forme de promotion du mérite. » Un autre cadre du RN juge, en revanche, « qu’il manque de densité pour mener une campagne européenne ». Un autre membre du parti souligne : « Je crains qu’il ait les os un peu fragiles. »

L’avenir dira si le RN a retrouvé un Marion en costume-cravate… et si ce costume est bien taillé pour les épaules du (tout) jeune homme.

À lire aussi

Macron : que le spectacle continue, mais sans nous !

Il poursuit, avec assurance, sa campagne électorale en vue des européennes sans que le CSA…