Gilles-William Goldnadel : « Ce sont les mêmes qui crient au loup s’agissant des gilets jaunes et qui ne veulent pas voir la forêt islamiste »

Benjamin Griveaux vient de déclarer qu’« il y a un antisémitisme qui est en train de remonter dans le pays ». Réaction décapante de Me Gilles-William Goldnadel au micro de Boulevard Voltaire.

Benjamin Griveaux a déclaré ce matin que l’antisémitisme grimpait et que ceux qui ne le voyaient pas s’en rendaient complices.
Il parle évidemment d’un antisémitisme supposé venant des gilets jaunes.
Faites-vous le même constat que le secrétaire d’État ?

J’avoue qu’à chaque fois que le porte-parole de ce gouvernement ouvre la bouche, c’est pour dire une incongruité. Et celle-ci est de taille. Les gilets jaunes n’est pas un mouvement, mais un faux mouvement. C’est une sorte d’auberge espagnole en France, où chacun veut y apporter ce qu’il veut bien y trouver.
Je sais bien que beaucoup, même à droite, regardent ce mouvement avec les yeux de Chimène. Je vous mentirais en vous disant que tel est mon regard, car on y trouve de tout, y compris des choses sympathiques d’ailleurs. Je continue de regarder beaucoup de choses avec sympathie. Il n’en demeure pas moins que, dès le départ, il ne me plaisait pas que la loi ne soit pas respectée par certains.
Moi qui suis un défenseur acharné de l’État de droit, de la démocratie et des forces de l’ordre, beaucoup de choses ne me plaisent pas.
J’ai l’impression que ce mouvement, qui était à revendication et identitaire, sans doute par le truchement des médias qui font un peu leur marché pour trouver à quel porte-parole tendre le micro, est désormais davantage axé sur les questions économiques. Et il tient davantage de l‘économie insoumise que de la culture patriotique. Je peux me tromper, mais c’est la grande impression que me donne ce mouvement en ce début janvier.

On a l’impression que chacun peut y trouver ce qu’il cherche…

C’est exactement cela. C’est pour cela que je vous ai parlé de l’auberge espagnole en France. Je ne suis donc pas un soutien inconditionnel des gilets jaunes, loin s’en faut. Ceci posé, comment voulez-vous, même si ce mouvement est polymorphe et polyphonique, ne pas trouver des abrutis et des antisémites, y compris venant des deux bords extrêmes de la sphère politique. C’est le contraire qui serait anormal.
Ce faisant, j’observe que ce n’est pas parce qu’il y a trois gilets jaunes ‘’avinés’’ dans un métro qui s’en prennent à une vieille dame juive, puis quelques abrutis de chez Dieudonné qui font la quenelle à Montmartre que l’on doit immédiatement considérer que l’antisémitisme en France est en train de grimper. C’est réellement prendre le détail pour un tout et une toute petite partie de rien, ou presque, pour un phénomène ascendant.

Vous aviez noté sur Twitter qu’aujourd’hui est commémoré l’attentat de Charlie Hebdo, mais également celui de l’hypercacher.

Si cette constatation apocalyptique de monsieur Griveaux s’était arrêtée là, ma colère aurait été limitée. Mais ça ne se passe pas comme cela au sein de ce gouvernement, de cette classe politique et de cette classe médiatique.
En réalité, en même temps qu’on veut voir ce qui ne s’y trouve pas, on ne veut pas voir ce qui s’y trouve. C’est bien commode. Ce sont les mêmes qui crient au loup s’agissant des gilets jaunes, qui ne veulent pas voir du tout la forêt islamiste. Rendez-vous compte que l’on commémore l’hypercacher et que c’est aussi aujourd’hui l’ouverture du procès Medhi Nemmouche, le Français auteur de l’attentat du musée juif de Bruxelles. Ces gens-là ne parlent jamais de cet antisémitisme islamique criminel qui n’est même plus dans sa phase ascendante, puisqu’il en est à son apogée.
Ces gens-là n’insistent pas sur le fait qu’on ne peut pas parler de shoah, dans beaucoup d’écoles de banlieues. Ces gens-là n’ont jamais un mot pour ce qui se passe sur la toile et sur Twitter, où des gens comme moi sont insultés à longueur de journée.
Monsieur Griveaux a parlé sur France Inter de son épouse, juive sans doute, qui avait été insultée par Ryssen. Mais nous sommes insultés tous les jours. Je sais de quoi il parle, puisque c’est moi qui ai fait condamner Ryssen encore récemment. De là à en tirer la conclusion que cet antisémitisme-là serait dans une phase ascendante, c’est d’une bêtise sans nom.

Cher lecteur,
Cet article vous a intéressé ?
Aidez Boulevard Voltaire, par un don, à vous fournir chaque jour de l’information de qualité,  non filtrée au politiquement correct, et à diffuser massivement cette contre-information au plus grand nombre de Français pour restaurer le vrai débat d’idées qui manque tant dans notre pays.

D'avance, merci !
L'équipe de Boulevard Voltaire

À lire aussi

Gilles-William Goldnadel : « Toutes les tentatives de nazification, les vieilles ficelles sont éculées jusqu’à la trame »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleGilles-William Goldnadel vient de publier chez…