Et le Maghreb, lui, peut rejeter les migrants en toute impunité ?

La semaine dernière, au large des côtes tunisiennes. Une embarcation où s’entassent quarante migrants, une plate-forme gazière, un navire tunisien de la société en question, la rencontre des trois protagonistes. En bout de chaîne, trois pays dont la Tunisie qui, après avoir donné leur autorisation, refusent catégoriquement – par crainte « de devenir une zone de débarquement et de faire face à un afflux massif de migrants » – de faire accoster ce navire ravitailleur et non humanitaire. Voilà de quoi donner du grain à moudre à tous les défenseurs d’un monde sans frontière qui s’activent dans notre pays.

La Tunisie emboîte donc le pas à ses voisins. Au mois de juin, l’Algérie se trouvait accusée d’avoir expulsé, au cours des quatorze mois précédents, 13.000 personnes, les obligeant à fuir dans le Sahara, à pied, sans eau ni nourriture. La faute à « l’Union européenne » qui, en octobre 2017, a demandé aux pays d’Afrique du Nord de « renforcer leurs barrages aux frontières pour empêcher les migrants de se rendre sur le Vieux Continent […] ». C’est ce qu’on lisait dans Marianne. Hommes, femmes enceintes, enfants subissaient ainsi les affres du désert. Mais si un porte-parole de l’Union européenne affirmait avoir parfaitement connaissance « des agissements de l’Algérie », il estimait cependant « les pays souverains » libres d’expulser les migrants non désirés. Les pays du Maghreb souverains… et pas le nôtre !

Au Maroc, la situation des migrants subsahariens n’est pas plus enviable. Quand ils ne survivent pas dans des décharges à ciel ouvert, comme titrait Libération le 8 juillet dernier, ils subissent, dans des conditions précaires, « le racisme et la misère » : « Le Maroc, c’est dur. On n’est pas les bienvenus, on n’arrive pas à s’intégrer », disait l’un d’eux, cité par Le Monde, en 2017.

Alors, quoi ! On attend, par exemple, la réaction de Jean-Luc Mélenchon, le grand amoureux du Maghreb : il devrait monter au créneau et s’insurger contre la décision de la Tunisie ! Et celle du Président en personne, Emmanuel Macron, pour qui les migrations sont « un devoir d’humanité ». Que n’enjoint-il pas la Tunisie à faire accoster ce navire bientôt à court de vivres pour sauver ces quarante migrants ? Car on ne voit pas pourquoi les migrants ne représenteraient pas, pour la Tunisie, ce qu’ils représentent pour la France, à savoir « une opportunité économique » !

Le Maghreb, donc, guère accueillant pour ses migrants. Sans doute pas autant d’associations que chez nous pour les aider à gagner l’Europe, et la France en particulier. Sans doute ni CADA ni CAO ni familles d’accueil où se reposer de leur périple. Sans doute pas, non plus, d’aides sociales pour leur permettre de ne pas rester dans une extrême pauvreté.

Sans doute très peu ou rien de tout cela en Tunisie, en Algérie, au Maroc, pas même dans les pays du Golfe. Et pourtant, qui passe son temps à culpabiliser l’Europe de ne jamais en faire assez alors qu’elle continue d’en faire tant, au lieu de pointer du doigt ces pays qui traitent leurs migrants de façon aussi inhumaine ? Qui, si ce n’est la plupart de nos politiques et leurs thuriféraires, les médias ?

On les attend de pied ferme couvrir cette sale histoire. « Des migrants dont une femme enceinte morts de faim et de soif à bord du Sarost 5 parce que la Tunisie s’est refusée à toute humanité : une honte pour la Tunisie » : ça en aurait, de la gueule !

Cher lecteur,
Nous travaillons d'arrache-pied pour donner de l'information alternative gratuite et de qualité à plus d'un million et demi de personnes.
Ce travail n'existe que grâce à la générosité de citoyens qui ont à cœur de lutter contre
les mensonges du politiquement correct et de rétablir la liberté d'expression en France.
Si vous acceptez d'aider Boulevard Voltaire dans cette mission salutaire pour notre pays, s'il vous plaît cliquez sur le bouton ci-dessous :


D'avance, un grand merci !
L'équipe de Boulevard Voltaire

À lire aussi

Au Danemark, les migrants déboutés du droit d’asile iront sur une île

La réaction d'Amnesty International ? Le vilain gouvernement danois « va toujours plus loi…