Editoriaux - Environnement - Politique - 21 décembre 2018

Entre le PS et les Verts, Ségolène Royal cherche mari désespérément

Vous connaissez l’histoire de la fille qui se pointe à la mairie dans sa jolie robe de tulle blanc et se désespère parce que, au bout d’une longue attente, elle ne voit toujours pas arriver son promis ? Elle sèche ses larmes et, tout d’un coup, se souvient qu’elle avait simplement oublié de le prévenir qu’il allait l’épouser.

Cette fille-là, c’est Ségolène Royal. Une habituée des pièges matrimoniaux.

Souvenez-vous : en juillet 2006, alors qu’elle se prépare à affronter Nicolas Sarkozy à la présidentielle, Ségolène Royal, en pirogue sur le Maroni, annonce au monde son futur mariage avec François Hollande. Qui n’était pas au courant et a bien failli piquer une tête au milieu des crocodiles.

Dans son livre Maintenant, elle écrira plus tard : « Cela aurait été follement romantique, un mariage en pirogue et à l’autre bout du monde ! L’entourage de François l’en a dissuadé par crainte du spectacle et sans doute du ridicule. Moi, je crois que la crainte du ridicule, il faut s’asseoir dessus quand on a envie de saisir un bonheur inattendu qui passe. Mais bon, je n’ai pas insisté. Nous n’avons pas besoin de cela pour nous aimer. »

Rebelote en 2007. Cette fois, c’est Hollande le candidat, et la dame du Poitou convoque chez elle les caméras pour annoncer, devant la France émue, son intention d’épouser le père de ses quatre enfants : « On n’est pas hostiles du tout au mariage », dit-elle alors, oubliant l’époque où elle dénonçait cette « institution bourgeoise ». Et de lancer à la cantonade : « J’attends que François me demande en mariage. François, veux-tu m’épouser ? »

Ben non, à l’évidence, il n’en avait ni l’envie ni l’intention.

Pour une fois totalement déstabilisé, François Hollande avait balbutié : « Non, c’est pas ce que je veux dire… Je vous répondrai après l’émission. »

Le baiser mordant de Valérie Trierweiler au soir de la victoire puis les virées cinématographiques rue du Cirque ont renvoyé la demande en mariage aux oubliettes de l’Histoire. Mais que voulez-vous, on ne se refait pas… Et Ségolène Royal n’a pas abandonné ses rêves d’épousailles.

Le dernier fiancé sur lequel elle a jeté son dévolu s’appelle Yannick Jadot, le patron des Verts. Et, encore une fois, elle a publié les bans sans lui demander s’il était d’accord, annonçant très officiellement « accepter une deuxième place sur une liste commune » aux prochaines élections européennes. Sauf que, pour l’instant, il n’y a pas de liste commune arrêtée entre le PS et les Verts.

Le fiancé s’est rebiffé, expliquant au Parisien qu’il n’était pas d’accord avec « la tambouille » concoctée par Royal et le PS. « En gros, elle nous propose de la faire élire : c’est concept ! C’est concept, mais ça n’a pas de sens », dit le porte-parole d’EELV. Yannick Jadot est plus tranchant : « Ségolène Royal a un flair politique extraordinaire, mais l’écologie n’est pas une mode », dit-il, ajoutant : « Je ne veux pas que mes enfants me disent que j’ai préféré négocier des postes avec le PS que mobiliser pour la planète et l’Europe ». Et puis, il n’a pas oublié les hauts faits d’armes de l’ancien ministre de l’Environnement, militant pour « le diesel contre la santé »« l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes » et « renonçant sur l’écotaxe ou la fermeture de Fessenheim ». Et pour clore le débat sur la sincérité de Ségolène Royal : « A-t-elle vraiment changé ou est-ce un positionnement tactique ? Nous n’avons plus de temps à perdre avec des stratégies erratiques. »

Je ne fais pas tourner les tables, je n’ai pas de boule de cristal, je ne lis pas les tarots ni le marc de café, mais je peux quand même faire une prédiction : si elle n’est pas adoubée par les Verts et si le PS aux abois n’en fait pas sa reine, Ségolène Royal nous rejouera la grande scène de la femme bafouée. Elle n’est jamais si bonne que dans son rôle de Mater dolorosa victime de l’indécrottable machisme des politiques…

À lire aussi

Quand les actes criminels se drapent dans les oripeaux de la lutte des classes…

Combien de gilets jaunes estampillés ont profité, ce samedi, des "occasions" offertes par …