24 juin 2018

La chicha, sous l’angle de la toxicomanie

En amont du débat entre Robert Ménard et Philipe Bilger (Boulevard Voltaire du 22 juin), concernant les chicha, chilom, bang, bong ou pipe à eau, quelques développements toxicologiques seraient un utile complément.

À côté des grosses pipes à eau des bars existent des dispositifs miniaturisés. Ils sont en vente libre, à un prix d’environ vingt euros, sans exigence d’un âge minimum. Ils sont parfois exposés en vitrine ou se commandent sur Internet, avec livraison à domicile par La Poste. Ils sont prisés (si j’ose dire) par les collégiens, encore inhabiles à rouler leurs cigarettes, leurs « joints » (cigarette de tabac avec de la résine de cannabis/shit/haschich) ou leurs « pétards » (grosses cigarettes de cannabis/marijuana/herbe/beuh, en verlan) dans de grandes feuilles de papier à cigarette, vendues librement, alors qu’on ne leur connaît pas d’autre usage…

Ces pipes à eau se justifient par le fait que lorsqu’on aspire la fumée d’une cigarette ou d’un « joint », on arrête son aspiration quand la fumée échauffe trop la bouche ; ce que les mômes expriment : « J’arrête de tirer, ça me crame la gueule. » Cette aspiration n’est que d’une quarantaine de millilitres de fumée. Les fumées, barbotant dans l’eau froide de la pipe à eau, sont refroidies et le fumeur n’est plus limité à ce faible volume. De plus, l’eau retient les substances irritantes qui, sinon, susciteraient une toux qui abrégerait le séjour des fumées dans les poumons et écourterait le temps laissé à la nicotine pour diffuser au travers de la membrane des alvéoles pulmonaires dans le torrent circulatoire (et, par ce dernier, accéder au cerveau). Si l’eau piège un peu de nicotine, cela est compensé par l’inhalation d’un plus grand volume et par l’allongement du séjour dans les poumons.

Avec le cannabis, le cannabinophile en herbe (si j’ose dire) vide ses poumons, par une expiration maximale ; il allume alors (allumette ou briquet), dans le foyer de combustion de la pipe, le tabac et la résine de cannabis, puis il effectue une inspiration maximale. Pour les intimes de la physiologie respiratoire, cela mobilise le volume de réserve expiratoire (1.500 millilitres), le volume courant (tidal volume de 500 millilitres) et, enfin, le volume de réserve inspiratoire (2.000 millilitres) ; soit, au total, 4.000 millilitres de fumées ; c’est-à-dire cent fois plus que la bouffée d’une cigarette. Il se met alors en apnée inspiratoire pendant une, voire deux minutes, tel « le grand bleu ». Et c’est alors un véritable tsunami du principe actif du cannabis, le THC, qui envahit le sang, puis le cerveau. Le cannabis modèle 2018 est six fois plus riche en THC qu’il y a trente ans, cela joint (si j’ose dire) au fait qu’insoluble dans l’eau, il n’y est pas retenu. Cette modalité de consommation centuple sa cession à l’organisme. Notre jeunesse, championne européenne de la consommation de cette drogue, n’avait pas besoin de ce dispositif aggravant les méfaits de cette drogue, qui participe au « Désastre des toxicomanies en France ».

Que faire pour « limiter la casse » ? Continuer d’interdire le cannabis ; interdire la vente des grandes feuilles de papier à cigarette ; interdire la vente et l’usage des pipes à eau ; mettre enfin en place, de toute urgence, une information intense et répétitive, à la hauteur des drames qu’une société, digne de ce nom, se doit d’éviter.

Commentaires fermés sur La chicha, sous l’angle de la toxicomanie

À lire aussi

Les cannabinophiles se lâchent à nouveau

Il aura suffi d'une déclaration du ministre de la Santé… …