Je dois dire en préambule que je suis un admirateur d’Éric Zemmour, que je vois avec grand intérêt dans son émission sur CNews. Son large spectre de historique, et sociale est fascinant. Son débat récent sur cette chaîne avec Agnès Verdier-Molinié, patronne de la fondation iFRAP, a révélé une analyse critique dans le domaine économique que je ne soupçonnais pas jusqu’alors.

Cependant, de là à en faire un président de la !

L’article de Frédéric Sirgant sur « le désir de Zemmour » est très explicite et son analyse réaliste.

Quelques chiffres interpellent dans ce tsunami politique généré par des .

En premier lieu celui qui indique que seuls 13 % des Français ne le connaissent pas. Soustraction positive : il est donc connu de 87 % des sondés. Quels rôles et relais médiatiques lui valent une telle notoriété ?

Le même chiffre de 13 % d’une autre enquête indique le pourcentage de Français prêts à voter pour lui s’il était candidat à la présidentielle. Hypothèse soutenue par 21 % dans une investigation encore différente.

Ces chiffres ne laissent pas de surprendre ! Certes, l’homme est affûté et convaincu dans de nombreux domaines mais qui demeurent de la théorie alimentant les débats. Il n’a aucune expérience élective, ce qui paraît un lourd handicap pour l’élaboration de projets concrets utiles à la nation et surtout leur mise en œuvre. En particulier face à la complexe fonction publique et ses « potentats ».

On peut rétorquer que le Président actuel est parvenu à l’Élysée vierge d’une telle référence. Cependant, dans son ministère, il avait affronté cet univers administratif, dont nombre de membres sont anciens de la même pépinière que lui : l’ENA. Et on se souvient aussi à quel démissionnaire il a dû son élection surprise…

Le « désir » de Zemmour est, pour l’instant, une marée montante, favorisée par des rameurs en sous-main. Mais les opinions publiques versatiles peuvent alterner au gré des événements et humeurs d’une météo politique turbulente. Rappelons-nous les différents sondages en 2020 sur les intentions de vaccination et la réalité actuelle…

Si l’intéressé, objet d’un tel enthousiasme, se laisse entraîner jusqu’à une candidature déclarée, il menacera par la dispersion des voix le retour d’une vraie droite au pouvoir, ce dont la a pourtant grandement besoin !

22 février 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

SCAF : début du roulage vers la longue piste d’envol ?

Le programme de développement international – France, Allemagne, Espagne – du …