[VIVE LA FRANCE] « Amblie 1779 », le Calvados à l’heure du siècle des Lumières

AMBLIE

Faire revivre une grande et riche époque de l’Histoire du Bessin normand et de la France, dans le charmant château d’Amblie et ses faux airs de Moulinsart, au cœur d’un grand parc aux arbres centenaires, c’est le projet ambitieux que s’est fixé, il y a six ans, Bertrand Bailleul, ancien directeur d’hôpital et grand passionné du XVIIIe siècle. L’homme, à l’énergie communicative, a réussi à convaincre les châtelains de cette bourgade, près de Caen, de réanimer leur patrimoine à travers un spectacle immersif. « L’important, c’est de redonner vie et d’ouvrir ce château sur l’extérieur », explique Stéphanie Lancesseur, descendante en droite ligne du jeune Julien de Bonvouloir, né en 1749.

L'attrait de ce dernier pour les jeunes lavandières du village inquiétait tellement ses parents qu’ils décidèrent de l’envoyer « prendre l’air du temps » au Nouveau Monde. C’était en 1772, l’Amérique était agitée par ses velléités d’indépendance vis-à-vis des Anglais et Lafayette n’avait pas encore traversé l’Atlantique. En revanche, le jeune noble normand, à peine débarqué à Charleston en 1774, après deux années de garnison à Saint-Domingue, s’est tout de suite enthousiasmé pour la cause des insurgés. Il devient, en 1775, le premier émissaire de Louis XVI à négocier, avec les Américains, le futur traité d’alliance franco-américain. Damer le pion aux Anglais n’est pas pour déplaire aux officiers du roi, et aux Normands en particulier, dont la proximité géographique avec « la perfide Albion » a toujours été source d’inquiétude depuis la guerre de Cent Ans…

On a là les bases et péripéties d’un beau scénario pour un spectacle costumé qui plonge le visiteur dans cette époque si riche en découvertes industrielles et en débats d’idées avec Rousseau, Diderot ou… Voltaire et son combat pour la liberté d’expression !

 

Un vrai spectacle immersif

 

Bertrand Bailleul et son association « Un nouveau monde » créée en 2017, désireux d’illustrer que la Normandie, ce n’est pas que Guillaume le Conquérant et le débarquement du 6 juin 1944, ont donc imaginé de théâtraliser cette période du « siècle des Lumières » en mettant en scène un des grands pans de l’Histoire de France. Ainsi, au son de la musique de Rameau, les spectateurs sont guidés à travers le parc et les salons du château, et plongés dans les conversations du XVIIIe, depuis celles des lavandières et paysans jusqu’aux envolées lyriques des nobles au fait des préoccupations de la vie à la cour.

Un vrai spectacle immersif d’autant plus convivial qu’il repose sur la participation de 250 bénévoles des villages à l'entour du château. Une douzaine de scènes jouées par le menuisier et la boulangère du coin, des retraités et des enfants de l’école voisine, un jardinier et deux médecins, un coiffeur, une employée de banque et même la châtelaine. Ils sont tous novices, heureux de se connaître et partager des moments joyeux avec les autres villageois. Ils ont répété tout l’hiver, certains ont fait leur costume, aidés par plusieurs couturières. L’ambiance est là : tricornes à plumes et bonnets, souliers à boucle et chaussures à talon bobine, caracos et robes à la française dotées de « culs de Paris » ou de paniers mettant en valeur les formes de ces dames quand les messieurs portent, avec élégance, chemises à jabot et justaucorps, le tout rehaussé de perruques, rubans, dentelles et éventails dans la pure tradition de Rose Bertin, la « ministre des modes » de Marie-Antoinette.

Ils font revivre cette période où la Normandie n’était pas seulement une riche terre agricole, mais aussi une province actrice de son temps grâce au rôle clé qu’elle joua dans l’Histoire américaine. Un épisode que les Américains n’ont jamais oublié et qui fait le lien avec la gratitude des Normands envers ces jeunes hommes venus d’outre-Atlantique en juin 1944 pour nous libérer du joug nazi.

 

 

Représentations « Amblie 1779 » les 28, 29, 30 juin, à Ponts-sur-Seulles, 14480, et animations avec figurants et en réalité virtuelle tout l’été.

 

Patricia Colmant
Patricia Colmant
Journaliste indépendante

Vos commentaires

3 commentaires

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois