Victoire du RN : Macron blâme les « faits divers montés en épingle »

web_insecurite_GareVilleneuve_7904-469x239

Il a réponse à tout. Que ce soit sur les sujets économiques, sociaux ou régaliens, Emmanuel Macron assume tout et ne s’excuse de rien. Ce n’est jamais de sa faute. Après avoir allègrement enjambé la bérézina de son camp aux européennes en annonçant la dissolution express de l’Assemblée, le voilà qui relativise sa propre responsabilité. La victoire du RN ? Rien à voir avec la politique menée depuis 2017, ou si peu. « Je ne suis pas tout seul responsable. […] Pourquoi les extrêmes montent partout ? Parce que, dès qu’il y a un fait divers, il est monté en épingle, a-t-il expliqué, mercredi 12 juin, devant un parterre de journalistes muets. Quand les gens sont tous les jours devant la télé ou les réseaux sociaux et voient que c’est Orange mécanique à tous les bords, ils se disent "Mais ça va m’arriver !" C’est ça, aussi... »

Le Président a raison sur un point : la chaîne CNews - puisque c’est évidemment d’elle qu’il s’agit - joue en effet un rôle dans le nécessaire déniaisement du peuple français et sa prise de conscience de l’état réel du pays. Un travail d’information auquel se refusent obstinément les autres médias. Mais avec moins de 3 % de parts d’audience, on peut difficilement rendre la petite chaîne qui monte responsable du vote de plus de 30 % des électeurs. Par ailleurs, la montée des droites dures s’observe partout en Europe, indépendamment de la couverture médiatique accordée à l’insécurité dans chacun de ces pays.

Surtout, le président de la République serait bien inspiré de s’occuper de ses affaires. Au lieu d’incriminer un média au motif qu’il ferait, selon l’expression consacrée, « le jeu de… », il devrait s’employer à lutter contre ces « faits divers ». La sécurité des Français n’est-elle pas de sa responsabilité ? Certains des ministres qu’il a lui-même nommés n’hésitant plus à faire le lien entre ensauvagement et immigration, qu’attend-il pour s’attaquer au problème ? Il ne tient qu’au chef de l’État d’exécuter les OQTF, retirer leur citoyenneté aux binationaux dangereux et suspendre le regroupement familial. Voilà comment mettre un terme à la litanie quotidienne des fameux « faits divers ».

Retour vers le passé

Plus que tout, cette prise de parole du Président marque une déplorable régression. Emmanuel Macron a pris la machine à remonter dans le temps et est revenu en 2020, à l’époque où Éric Dupond-Moretti parlait du « sentiment d’insécurité ». Quatre ans plus tard, l’explosion de la violence ne serait toujours qu’une vue de l’esprit, un fantasme alimenté par les réseaux sociaux et les chaînes info. On pensait avoir dépassé ce stade du déni. On pensait que l’accumulation des études chiffrées et des rapports officiels du ministère de l’Intérieur en avaient eu raison. On s’est trompé.

Rien que l’expression « faits divers » est affreusement datée. Elle est même devenue insultante pour les victimes et leurs proches. Chacun a bien compris que les agressions quotidiennes de Français par des représentants de la diversité, les viols de grands-mères et les égorgements de professeurs ne sont pas des « faits divers » mais des faits de société. Il serait temps qu’Emmanuel Macron reconnaisse cette réalité et songe à y remédier. À défaut, « les extrêmes » continueront de monter.

Jean Kast
Jean Kast
Journaliste indépendant, culture et société

Vos commentaires

54 commentaires

  1. Macron a raison : tous les Français ont été agressés un jour ou l’autre. Et lui ne l’a pas été, c’est bien la preuve que la sécurité règne au moins à l’Elysée, à défaut de régner ailleurs.

    • Je ne sais pas depuis quand la rue du Faubourg Saint Honoré est devenue un camp retranché, mais lorsque je vivais en région parisienne, il n’y avait pas de plots rétractables pour en limité l’accès, les automobilistes y circulaient librement, est-ce Macron, par crainte pour sa sécurité ?

  2. N’y a t’il personne dans son entourage pour lui faire prendre conscience de son degrés de folie? Il a complètement perdu la raison et fait n’importe quoi en se disant : « Foutu pour foutu »…Encore trois ans à tenir?…Et qui se frotte les mains?…

  3. il ferait bien de revenir aux fondamentaux. Pour quelle raison les hommes se sont-ils organisés en groupes et se sont dotés de chefs ? Pour que ceux-ci les protègent. Si E Macron ne fait pas au moins ça, il n’est pas légitime.

  4. Minable argumentation d’un Macron qui ne sait que dire pour tenter de faire croire qu’il a encore et toujours raison. Cela tient du délire.

  5. Les responsables de l’état du pays sont les électeurs macron qui pleurent aujourd’hui en constatant le résultat de leur vote

  6. Macron est victime d’une impuissance mentale à reconnaître le réel, comme les faits de sociétés que sont les viols de grands-mères, de jeunes femmes, les égorgements de professeurs, les coups de couteaux sanglants et autres lynchages. On a l’impression que nous sommes en plein massacres rituels que Macron se refuse obstinément à voir. Pourquoi, docteur ?

    • « État de dégradation mentale irrécupérable, pas de traitement » Voila ce que dirait un « Psy » sérieux. Voir l’analyse du Professeur Adriano Ségatori au sujet de notre Mozart de la finance…

  7. Macron n’a qu’à aller à Crépol ou Romans sur Isère, il verra si c’était un « fait divers » !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois