J’ai fait un rêve. Mais contrairement à celui du pasteur Martin Luther King, le mien n’était pas porteur d’espoir dans un avenir plus fraternel, bien au contraire !

Dans un univers enfin aseptisé, préservé de la circulation des virus, microbes et autres bactéries, les hommes vivaient en parfaite harmonie sans jamais se rencontrer physiquement.

Les entreprises imposaient le télétravail, organisant réunions, échanges et colloques par vidéoconférence et accumulant ainsi moult avantages, non seulement sanitaires mais aussi financiers : inutile d’entretenir de coûteux bureaux, cantines et lieux de rencontre entre salariés, propres à engendrer des mouvements contestataires préjudiciables au bon fonctionnement des établissements.

Il en allait de même pour les écoliers, lycéens et étudiants, dont les cours étaient dispensés à distance par des enseignants soulagés de ne plus affronter des enfants et des jeunes gens préférant chahuter que suivre la démonstration d’un théorème, écouter un exposé sur ou se passionner pour les exploits guerriers de Jeanne d’Arc.

Magasins, restaurants, cafés, théâtres, cinémas, salles de concert et de sport avaient définitivement disparu, remplacés par les livraisons à domicile, les diffusions de pièces, films et récitals via la télévision, les disques et les réseaux Internet. Quant à la culture physique, chacun pouvait la pratiquer chez lui devant son écran, où un aimable entraîneur prodiguait les conseils idoines pour conserver une forme olympique et une silhouette de mannequin.

La libération des locaux occupés par les activités ci-dessus décrites permettait l’hébergement des personnes sans domicile fixe et des populations jeunes et entreprenantes venues d’ et d’, dont l’installation ne cessait d’être facilitée pour compenser une autochtone en chute libre, malgré les mesures encourageant la reproduction en laboratoire, protégée des risques liés aux relations charnelles.

Sur le plan écologique, la fin des déplacements jadis nécessités par les trajets domicile-travail, les courses et les voyages touristiques avait entraîné une amélioration providentielle de la qualité de l’air et une diminution notable des émissions de gaz carbonique (CO2).

Autre effet positif de ce nouveau mode de vie, la délinquance et la criminalité baissèrent considérablement, chaque citoyen étroitement surveillé végétant seul dans un espace clos, ne communiquant avec ses semblables que par téléphone ou ordinateur interposé.

Je me suis réveillée avant de découvrir les moyens de subsistance de cette humanité enfin libérée des dangers de la vie en communauté, mais fort rassurée qu’il s’agisse d’un songe : si nous voulons éviter que ce cauchemar ne devienne réalité, il est urgent d’entrer en résistance contre les bonnes âmes qui prétendent vouloir notre bien…

14 février 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.