Le temps serait-il venu de briser enfin l'omerta qui enveloppe la tyrannie woke ? C'est en tout cas ce que laissent présager diverses initiatives menées par des « conservateurs » pour faire entendre leur voix. Leur but : non pas imposer, à leur tour, leur idéologie mais simplement garantir la pérennité du plus grand ennemi du wokisme : la liberté d'expression.

Accueillir les réfugiés académiques

Le dernier projet en date pour contrer ce courant de pensée progressiste est d'envergure : mené par un professeur britannique, Eric Kaufmann, il consiste en la création d'un Centre de recherche pour les sciences sociales hétérodoxes. Le centre ouvrira en 2024 et sera rattaché à l'université de Buckingham. S'il est le seul professeur pour le moment, Eric Kaufmann espère bien attirer « de plus en plus de réfugiés académiques » afin de former la soixantaine d'étudiants qu'il aimerait accueillir en 2024. L'enseignement consistera à instruire les élèves sur « les origines, la dynamique et les implications de l’idéologie culturelle des classes dominantes ».

Le pari est noble, et surtout courageux de la part d'un homme qui, depuis 2019, est poursuivi par une cabale qui l'accuse de « suprémacisme blanc ». En cause, la publication d'un essai, Whiteshift: Populism, Immigration and the Future of White Majorities, cherchant à expliquer la panique identitaire qui avait conduit, selon lui, à l'élection de Donald Trump. La thèse du professeur, qui dénonce la montée d'un sentiment « anti-blanc », n'a pas plu. Celui qui était à la tête du département de science politique du Birkbeck College de l’université de Londres voit alors la sérénité de sa carrière compromise à cause de son franc-parler. L'événement le pousse à rêver d'un espace pour la liberté d'expression, notamment dans les sciences sociales, ce qui donne le jour à son projet de centre de recherche.

Des voix s'élèvent contre le wokisme

Eric Kaufmann n'est pas le seul à avoir été « effacé » pour ses opinions. De nombreux orateurs, au cours des dernières années, ont été interdits de cité dans les universités britanniques en raison de leurs opinons conservatrices. Un mouvement qui avait conduit Boris Johnson à élever la voix pour contrer cette censure toute-puissante : « La liberté d’expression est au cœur même de notre démocratie. Il est tout à fait juste que nos grandes universités - lieux historiques de la liberté de penser - voient désormais cette liberté protégée et renforcée par des protections juridiques plus solides », écrivait-il ainsi, sur Twitter, en 2021. De son côté, le ministre de l'Éducation britannique, Gavin Williamson, faisait également part de sa préoccupation : « Je suis profondément inquiet de l’effet paralysant sur les campus d’une censure et d’un silence inacceptables », ajoutant : « Nous devons renforcer la liberté d’expression dans l’enseignement supérieur en renforçant les obligations légales existantes et en veillant à ce que des mesures énergiques soient prises en cas de violation. »

Et cette contre-offensive n'est pas menée seulement à l'étranger. Ainsi, à la Sorbonne, en janvier 2022, la tenue d'un colloque « Après la déconstruction : reconstruire les sciences et la culture » déclenchait l'ire de la gauche. Soixante-quatorze universitaires signaient alors une tribune dans Le Monde pour dénoncer la tenue d'un colloque inutile et subversif et vilipender la « rhétorique réactionnaire des nouveaux inquisiteurs ». Une réaction qui n'a pas empêché les universitaires de recenser, tour à tour, les folies wokistes et de chercher ensemble des moyens pour endiguer le phénomène.

Petit à petit, donc, l'idée d'une riposte à la vaste offensive woke fait son chemin. Aux divers cas isolés se joignent désormais des personnalités, et parfois même des politiques. Une saine réaction qui devrait soulager les universitaires en leur prouvant qu'ils ne sont pas seuls dans leur combat et qui, espérons-le, tendra à rétablir un certain équilibre dans un enseignement gangrené par le progressisme.

12047 vues

09 octobre 2023 à 18:25

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

22 commentaires

  1. Bonne nouvelle. Qu’il faudrait maintenant imiter en FRANCE , car il y a urgence …Pourrait on obtenir une initiative en provenance d’un parti politique assez courageux pour défendre une proposition de loi dans ce sens ???

  2. Mieux vaut tard que jamais! Hélas il a fallu le drame israélien pour que les consciences se réveillent !!!!!!
    Victorine31

  3. « Leur but : non pas imposer, à leur tour, leur idéologie mais simplement garantir la pérennité du plus grand ennemi du wokisme : la liberté d’expression. »
    Bon début mais insuffisant comme objectif. Il faut punir les promoteurs et vulgarisateurs de ces théories wokistes, sinon cela revient à faire comme la justice qui condamne à coups de sursis, et qui donc obtient le résultat inverse à celui escompté.

    1. très juste, et comme pour tout le reste, il faudrait pouvoir fédérer les forces , -association ou autres conseils officiels – afin de contrer cette nouvelle arme déconstructrice qui agit évidemment avec « les sachant  » ! les autres n’ont qu’à suivre !!

  4. Toute époque a son lot de de doux dingues maniaco- dépressifs : le Directoire avec ses Incroyables et ses Merveilleuses, en 1940 les zazous; mais en ce qui concerne le wokisme et sa ribambelle de dérivés le mal parait plus grand et sera plus difficile à vaincre.

    1. Le Wokisme a deux caractéristiques fondamentales : un raisonnement apparemment structuré et sans faille, et une absence totale de connexion avec la réalité (il n’y a que deux chromosomes sexuels, X et Y, et non pas trois). La conjonction de ces deux caractéristiques signe une pathologie psychiatrique bien connue car très répandue : le délire. Donc la victoire ne pourra être assurée que par des mesures d’hospitalisation forcée de type psychiatrique.

  5. il semble qu »aux usa la tendance est inversée (lire le bon article sur le bien commun ) bien sur nos progressistes auront une fois de plus une guerre de retard !

  6. le wokisme et le gauchisme sont deux maladies mentales eradiquons ces deux plaies et le monde ira beaucoup mieux

  7. De notre chapelle, nous avons le sentiment que la perte de virilité reconnue chez les hommes, perte qui serait due aux différents produits « flottant » dans notre environnement, tant alimentaires que respirés, serait accompagnée d’une réduction des capacités cognitives de certains humains. Leur incapacité à étendre leurs réflexions à ce qui les déconcerte. Ce qui se traduit chez eux par une étroitesse d’esprit affichée sans retenues, tout en se reconnaissants « progressistes ». L’absurdité consistante.

  8. En France on aime beaucoup critiquer la Grande-Bretagne, sauf quand son ex Reine, ou son Roi présent, viennent y passer quelques jours.
    Comme pour le twist à son époque, la Grande-Bretagne nous envoie le message anti-woke.
    Elle nous envoie également, par l’intermédiaire et l’intransigeance de son ministre de l’intérieur (Foreign Affairs) immigrée de seconde génération, le message : « comment lutter contre l’invasion migratoire. »
    Décidément le Brexit a du bon, la France, au nom de « l’entente cordiale » ferait bien de s’inspirer plus souvent du stoïcisme britannique et de son sens des traditions.

  9. Il faut reconquérir notre liberté d’expression mise en danger par ce wokisme . De plus en plus de voix se lèvent politiques, enseignants, showbiz même si elles sont peu nombreuses elles amorcent la pompe. Encourageons les ou mourons.

  10. Le wokisme comme la voiture électrique ne dureront que le temps d’un feu de paille. Soyons réalistes et donnons nous la peine de réfléchir au dégâts causés par ces deux « idées » colportées généralement par une gauche déshumanisée, hors sol. La vérité sera toujours écrite par les vainqueurs et la majorité des populations hétérosexuelles, amoureuses de la culture gagneront forcément.

  11. Enfin il était temps que ces minorités de détraqués soient refoulées et qu’attend on pour faire pareil en France , il y a urgence .

  12. Le « wokisme », c’est l’arme fatale des néo-bobos bourgeois ! Ils sont à combattre sans merci !

Les commentaires sont fermés.