[Une prof en France] Perles du brevet : en rire ou en pleurer ?

Copie-dictée-cm1

Les traditionnelles perles du bac ou du brevet… On en rit chaque année, et une journaliste a même pu écrire, dans un article : « On aurait presque envie de devenir professeur pour pouvoir rire avant tout le monde ! » Mais qu'ils deviennent professeur, il y a des places à prendre ! Toutefois, je ne suis pas sûre qu'ils sortiront des corrections hilares. Même si je suis une lectrice de Rabelais et que, comme Beaumarchais, « je me presse de rire de tout, de peur d'avoir à en pleurer », j'avoue que je suis de plus en plus scandalisée par ce que je lis, ou horrifiée, ou désespérée, en tout cas plus vraiment amusée. Je vous laisse donner votre avis dans les commentaires qui sont toujours un lieu d'échange intéressant.

Plusieurs points ressortent. D'abord, la pauvreté dramatique du vocabulaire de ces candidats et leur absence inquiétante de maîtrise de la syntaxe du français, ce qui rend toute communication difficile. Ensuite, leur inculture crasse : ils n'ont aucune idée du rôle d'une infirmière de guerre et ils la font, pour la plupart d'entre eux, participer activement aux combats, voire dézinguer des hordes d'ennemis en mode Call of Duty ou World War Z, à grands coups d'arme automatique. Cela laisse rêveur. Harmonie et joie seront la marque de la société de demain. Dans tous les cas, nos jeunes vont devoir développer rapidement un certain nombre de compétences de base quand ils seront sortis des griffes de l'Éducation nationale.

Le sujet invitait les candidats à raconter l'accident par lequel Marguerite, infirmière durant la Première Guerre mondiale, a été défigurée et a perdu l'ouïe. Ils devaient aussi réfléchir aux raisons pour lesquelles elle s'était engagée au service des autres.

Voici ce qu'ils ont écrit. Toutes les citations viennent de copies différentes, appartenant toutes au lot que j'avais à corriger. Mes collègues ont lu à peu près la même chose, sauf quelques-uns qui semblaient avoir de meilleurs lots.

« Je vit des hommes sautées par la puissance des obus ; des membres de leur corps se décrochait tel une fleur lorsqu'on enlève ces pétales. J'était à la recherche d'un corps encore en vie, là je vois un homme tombait devant moi, je cours, le retourne sur le dos, je vois qui lui manque un avant bras alors je lui demande où est-ce qu'il l'avait perdu il me pointait du doigt où était son avant bras alors je cours et je le récupère. »

« Je rentra dans la tranché et vu un camarade au sol mort je pris sont fusil le charga et alla le venger, je me coucha au sol à côté d'une pile de soldat mort puis j'attendait qu'une personne passe. 3 jours plus tard j'ai tiré sur plus de 200 personne et je me senti mal donc je me reposa dans les tranché sautéraine puis après une petite heure de repos je decide de re aller au combat mais cette fois-ci je prenna une mitrailleuse et tira sur les maison ennemi. »

« Tous a couvert !!! dit Ulisse, sauf que Marguerite n'entends pas, Penanster n'a pas eu le temps de lui dire en langue des signes. Marguerite prena une balle entre les deux yeux et tomba au sol, Weil et Penanster cri : "Couvrez nous, Marguerite c'est pris une balle y faux qu'on aille a l'infirmerie vite !!" Arriver a l'infirmerie Marguerite fût un très gros dodo et parta au paradie… »

« Puis à des moments j'aller a l'hopital pour les aidé a soignée les soldats, il avait beaucoup de soldats brulée ou il leur manquait un bras, une jambe. Il en avait même qui était sourre ou qu'il avait qu'un seule yeux. »

« Je suis obliger de sauter tout les 10 mètre ou même de les evite mais avec les quelconque balle d'arme qui saute de partout je pouvait m'en prendre une et finir par mourrir et c'es pas ce qu'il faut ni perdre la vie. »

« J'espère sortir de cette zone et sortir en entière, car je tourne ma tête a droite il y a pas de sortie a gauche la même devant rien du tout plus j'avance plus j'ai peur de me faire mal. proche de la fin de la zone je me prend une grosse deflegation puis trou noir je me retrouve sur un lit je trouve sa bizarre que je n'entend plus rien… la guerre finit ? combien de temp je suis là ? »

« Les gueule cassée son enormement J'en voit plein je tourne ma tête de chaque coté et il y a que sa la guerre, cela me fait mal je voit plein d'amis ou de proche combattre pour notre france et cela et normale mais me dire qui revient peut etre jamais ou qui seront pas entier cela et du a l'imaginer, si j'avais les droit pour combattre, je le ferait. »

On leur demandait aussi de décomposer l'adjectif « insupportable » et d'en donner la signification. Voici la proposition d'un candidat : « Une chose qu'on ne supporte plus et qu'on en a marre ». Un autre : « Le sens du mot insupportable est que la situation devient chiante, c'est nul, on ne veut plus rester dans la situation. »

Une description d'image ? « Oui, l'image reflète bien le texte car on y voit deux personnes blessées, un en habit de guerre et l'autre en tenue d'infirmière. On voit le paysage derrière où ça à l'air d'être le bordel… » Il avait pourtant presque une bonne orthographe, celui-là…

Une dernière, pour fêter l'arrivée des vacances. Dans le texte, le visage de Marguerite était comparé à un « parterre de roses dévasté ». On leur demandait d'expliquer l'image : « La figure de style dans cette phrase est un poème elle est particulièrement adaptée pour décrire le visage de Marguerite car Marguerite est une fleur. » C'est mignon, quand même…

Virginie Fontcalel
Virginie Fontcalel
Professeur de Lettres

Vos commentaires

82 commentaires

  1. L’indigence de leur vocabulaire, l’orthographe massacrée, les conjugaisons aussi aléatoires qu’ incongrues, tout cela préfigure parfaitement le monde de demain dans notre société. La langue française perd un peu plus de terrain chaque jour dans notre pays, et par conséquent en tant qu’outil essentiel de communication, bientôt elle ne jouera plus son rôle de cohésion sociale et de transmission de la culture. C’est un horizon très triste qui se dessine, où seule une petite élite pourra encore s’émerveiller de la poésie d’un texte, de la douce musique des mots ou de partager des émotions grâce à la richesse de notre langue.

  2. Je suis sûr que c’est un faux devoir construit de toute pièce car il est absolument impossible d’écrire ainsi à notre époque…à prendre bien sûr au second degrés!

  3. Il y a trop de liaisons faites mal-t-à-propos (cent/vingt-z-euros) ou pas faites du tout. La plupart des gens ne font pas non plus la différence entre un et ain/in, ai et é, etc. Il est important de parler correctement et de lire de la vraie littérature pour pouvoir écrire correctement, et bien sûr d’apprendre les règles de grammaire (ex.: quand deux verbes se suivent, le second se met à l’infinitif!). Je vous plains d’avoir à lire ces perles!

  4. En général , les candidats au Certif étaient autrement plus doués ! A ce niveau , vous étiez é-li-mi-nés !

  5. C’est effrayant et absolument pas risible. Il y a une véritable destruction des savoirs avec la suppression de la sélection, de la moindre exigence. Il y a un abêtissement général des jeunes avec moins de lecture, plus d’écrans et pas des contenus culturels, pourtant accessibles, plutôt du débile. Enfin ajoutons soit des parents qui n’éduquent pas, n’instruisent pas et délèguent à l’Education Nationale ou des parents qui refusent tout critique de leur chérubin. Heureusement, quelques familles résistent, mettre le livre et la culture au centre de la maison, ça fait du bien…

  6. Dans 50 ans, plus ou moins, c’est ainsi qu’on conjuguera au passé simple. Depuis que la jeunesse française entière adopte le langage des banlieues, c’est le français (voir les décisions de l’Académie française…) et non une exigence accrue pour l’enseigner avec justesse. Une nouvelle habitude m’horripile : utiliser à au lieu de de pour la possession (la mère à un tel…) de peu à le faire il y a 30 ans, c’est devenu presque 100 pour 100 aujourd’hui. J’ai arrêté de corriger mes élèves qui répondent :  » c’est pareil, madame « …

  7. Sur un terrain de foot ou sur un ring de boxe il y a un arbitre. Dans les élections l’arbitre c’est le peuple. Une pluie de coups bas contre le RN mais l’arbitre n’a pas voulu jouer son rôle. Ce ne sont pas les magouilles qui ont élu Raphaël Arnault mais bien les voix des électeurs et c’est ce qui m’inquiète. Je pensais que ce monsieur était libre de se présenter si la justice le permettait mais je faisais confiance à la sagacité des français pour lui barrer la route, ce qui n’est plus le cas.

  8. « vont devoir développer rapidement un certain nombre de compétences de base » : Pour cela, encore faudrait-il qu’ils aient autre chose qu’un vaste courant d’air entre les deux oreilles ; c’est le coeur du problème. Si tout le florilège lamentable que vous nous présentez est ce qu’il est, c’est précisément parce que le niveau de Q.I de ces élèves est ce qu’il est, et ça, vous n’y pouvez pas grand chose. J’en tirerais bien une conclusion, mais elle serait peut-être censurée, cependant je suis persuadée que tout le monde a compris.

  9. Hélas, ce n’est pas un canular, un nombre très significatif de jeunes au collège sont incapables de dire ce qu’exprime un texte de cinq lignes qu’ils viennent de lire, quant à l’écrire il ne fait pas rêver. Merci à l’ensemble des pitoyables ministres de l’éducation nationale qui ont défilé avec une mention spéciale pour la dernière en titre qui, rendons lui justice, n’aura pas eu le temps de mal faire.

    • j’ai aidé un gosse à faire ses devoirs il était en 6ème, incapable de faire une division ne parlons pas des fractions, de la compréhension d’un texte, même l’énoncé des sujets il est incapable de les comprendre et encore je n’ai pas vu l’orthographe, les parents sont français, leur arbre généalogique remonte au XIIIème siècle sans doute bien avant.

  10. La synthèse de tout cela, c’est que la note moyenne de ces illettrés revient à ceux qui les enseignent.

  11. Niveau BREVET ! À l’école primaire, ceux de ma génération n’auraient pas réussi à faire aussi mauvais ! ( j’ai 70 ans )

    • On était plus fort en CM2 oins de 5 fautes dans les dictées et les « rédactions » étaient d’un autre nivaux, je suppose que ces élèves sont des étrangers

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois