Peut-on encore s’opposer à l’extension des signes religieux dans la sphère publique ? Cela fait plusieurs jours que le débat sur le burkini fait rage depuis que le maire de Grenoble, Éric Piolle, souhaite l’autoriser dans les piscines municipales de sa ville.

Pour contester cette annonce, la candidate Reconquête de la 1re circonscription de l’Isère, Marine Chiaberto, a souhaité organiser une action devant la piscine Jean-Bron, le vendredi 13 mai. Tout était fait pour que l'événement se déroule dans le calme. Malheureusement, l’extrême gauche en a décidé autrement. Sachant que la ville de Grenoble est gangrenée par les milices antifas, des militants Reconquête se disposent aux quatre coins de la piscine pour prévenir une éventuelle agression. Marine Chiaberto n’a pas le temps de commencer son discours qu’un groupe d'hommes s’avance - une sorte d’intimidation. Sentant la tension monter, la candidate ainsi que les militants qui l'accompagnaient ont décidé « d’interrompre l’action pour éviter de mettre en danger la vie des personnes présentes sur place », confie Marine Chiaberto à Boulevard Voltaire. La candidate à la députation est alors raccompagnée à sa voiture. À peine le temps de partir que sa voiture est photographiée par un antifa.

Si Marine Chiaberto a pu s’échapper, les militants eux, se retrouvent face à une foule d’antifas, munis de barre de fer pour certains et prêts à en découdre. S’ensuit une « chasse à l’homme », comme le décrit la candidate, à travers la ville de Grenoble. Il faudra attendre que la police y mette un terme en s’interposant entre les deux groupes. Aucune interpellation n’a été effectuée par les forces de l’ordre, puisque les antifas n’ont pas agressé physiquement les militants. Heureusement, « il n’y a eu aucun fait de avéré », déclare Marine Chiaberto.

Depuis cet événement survenu en fin de semaine dernière, la candidate Reconquête n’emprunte plus sa voiture par peur d’être identifiée. Elle est également accompagnée d’un service de sécurité déployé par le parti. Si, de prime abord, ces mesures peuvent paraître disproportionnées, en réalité, elles semblent se justifier. En effet, en avril dernier, une militante du syndicat étudiant UNI avait été sauvagement battue par des antifas.

Marine Chiaberto était bien consciente de ces risques depuis longtemps. Lors de la campagne présidentielle, la jeune femme se refusait de participer à « des collages à Grenoble parce que trop dangereux ». Ce n’est pas pour autant qu’elle compte arrêter de mener son combat contre le burkini, qu’elle juge contraire à la loi de 1905. « Monsieur Piolle […] omet vraisemblablement que l’esprit de cette loi impose avant tout un devoir de discrétion dans la sphère publique. Or, nous parlons ici d’une occupation de l’espace public. »

6050 vues

16 mai 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

35 commentaires

  1. Cessons d’appeler « antifas » ces voyous terroristes d’extrême gauche, ce bras armé de « nupes », qui nous promet dss lendemains d’une violence inouie, ils l’ont annoncé voir Clémentine Autain.
    Il n’est plus acceptable qu’une poignée de hors la loi fasse régner ce climat de terreur.
    Qu’attendent les politiques aux affaires?
    Des morts il y an aura!

  2. Bien sûr, pas de police, personne pour garantir l’ordre dans le coin.

    Un jour, il faudra bien répondre à la violence par la violence et arrêter de reculer devant cette racaille islamogauchiste.

  3. Les antifas et les islamo-gauchistes en général (LFI) sont en fait les nouveaux fachos . Ils le démontrent à chacune de leurs actions . Ils ne tolèrent pas les opinions différentes de la leur . La seule solution , *hélas*** , est de leur rentrer dedans avec les mêmes « armes » qu’eux . Ça fera mal , mais il faut montrer à ces totalitaires , que la tolérance à leurs utopies a des limites .

  4. Il serait tellement plus simple de combattre le Burkini au non de « l’Hygiène » au lieu d’en faire une question politique et religieuse …
    Ces chiffons de « robes » polluent les piscines alors que les « normes » sont strictes…
    On se trompe d’angle d’attaque !

  5. Il faudra bien un jour prochain les raisonner avec les mêmes moyens ou disparaître…

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter