Le Shakespeare's Globe (The Globe, pour les intimes) est un théâtre de renommée mondiale ; y sont représentées notamment, vous vous en douteriez, des interprétations moult et variées des œuvres de l'illustre dramaturge. Il va de soi également qu'en ce lieu, et à l'instar de bien d'autres lieux de culte culturels progressistes, lesdites représentations ont cédé aux borborygmes des sirènes non genrées et, en tout honneur tout seigneur, celles du wokisme. Si vous avez aimé la vague de blackwashing, la réincarnation par des acteurs racisés des rôles de personnages blancs, la vague trans chez nos petites têtes blondes, celle des couples métissés à sens unique dans les séries et les publicités, vous allez adorer la vague des personnages historiques non genrés. Vous êtes prévenus, c'est du lourd.

Du très lourd, dans cette nouvelle production du Globe, titrée I, Joan, où notre sera non binaire, queer et affublée de pronoms « neutres », interprétée par un acteur non binaire, scénarisée par un non binaire, réalisée par un non binaire mais qui, parité du genre oblige, s'identifie plutôt comme une femme. Présenté de la sorte, il s'agit sans aucun doute d'un deuxième bûcher pour la pucelle d'Orléans, une quintuple condamnation de la part de la perfide Albion ; pis : la revanche du siège d'Orléans !

Cette interprétation se veut évidemment en concordance avec les « valeurs » de l'établissement, qui se définissent sans équivoque comme « pro-droits humains ». « Nous nous engageons à devenir une organisation inclusive et diversifiée, et apporter les changements nécessaires est au cœur de nos objectifs stratégiques pour l'organisation. Cela inclut devenir pro-trans, antiraciste et prendre des mesures positives, conscientes et intentionnelles contre toute forme de préjugé présent dans notre culture. » Ça laisse rêveur, le Festival d'Avignon et la propagande de France Télévisions peuvent aller se rhabiller.

Après avoir été un temps l'icône des féministes, voilà maintenant Jeanne icône des progressistes, un modèle queer se reflétant dans sa transgression des rôles de genre et son refus de se conformer aux diktats établis. Au grand dam de l'écrivain féministe Claire Heuchan, qui dénonce qu'« affirmer que n'était pas une femme est une logique similaire utilisée par l'Église pour la brûler vive sur le bûcher : l'idée que le port de vêtements masculins, le sens militaire, le leadership et l'autorité appartiennent exclusivement aux hommes ». Dès lors, pour de nombreuses petites filles qui subissent le joug d'une société sexiste dominée par les hommes avec des personnages historiques masculins, Jeanne était une possibilité exaltante de ce qu'une jeune fille pouvait accomplir contre ce système patriarcal. La réécrire comme n'étant pas une femme serait donc profondément offensant en éludant le fait qu'elle était foncièrement un « martyr féministe » plutôt qu'une queer, brûlée pour avoir osé transgresser un système patriarcal.

Crêpage de chignon jubilatoire en vue entre féministes et progressistes, Jeanne, accusée du crime d'hérésie, l'a été comme, de nos jours, beaucoup qui s'élèvent contre le totalitarisme LGBT. Mais au-delà de l'ineptie de ces palabres intersectionnelles, le combat sociétal révèle de plus en plus sa nature profondément métaphysique. Bien plus que le des anges, il devient de plus en plus urgent, au sein du marécage relativiste ambiant, de redéfinir la binarité entre le Bien et le Mal, la frontière entre ces deux entités devenant de plus en plus fluide.

10655 vues

17 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

32 commentaires

  1. « les c*ns, ça osent tout. C’est même à cela qu’on les reconnaît ».
    « Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose « 

  2. « Cela inclut devenir pro-trans, antiraciste et prendre des mesures positives, conscientes et intentionnelles contre toute forme de préjugé présent dans notre culture. » Donc si on comprend bien, le Globe était jusqu’à maintenant homophobe et raciste, bourré de préjugés et inconscient de ce qu’il faisait. Heureusement l’esprit saint du wokisme est descendu sur cette joyeuse farandole !

  3. Je voudrai savoir si en France il y a encore un homme politique courageux, pour donner un bon coup de pied au cul a ces adeptes de cette bêtise qui est le wokisme importé des USA par des imbéciles qui veulent détruire l’histoire de notre pays

    1. Elle l’était : à chaque étape, elle faisait quérir les « deux plus belles filles du pays » et les mettait dans son lit. C’est dans les documents.

  4. Impressionnant en effet. Noter que Jeanne n’a jamais été brûlée, étant demi-soeur de Charles VII et fille d’Isabeau de Bavière. Il serait temps de remettre toutes ces superstitions à la trappe.

    1. La mission de Sainte Jeanne d’Arc a toujours posé de nombreuses questions.
      Personnellement je continue à penser que cette jeune femme,s’inscrit dans la lignée des nombreuses jeunes femmes au destin extraordinaire,Ste Geneviève,la Vierge-Marie,Ste Marie-Madeleine,les héroînes de l’Ancien Testament.

  5. Au concours de celui qui sera le plus bête, le plus c.. même, difficile de départager les feministes et les wokistes. Pathétique !

  6. Le wokisme , cancel culture , mouvements LGBT et anti racistes vont finir de reduire à néant toutes les cultures occidentales
    On se reveillerea un jour a l appel du muezzin partout en Europe

    1. Exact, comment peut-on attendre des musulmans qu’ils intègrent une civilisation à ce point décadente?
      Au-delà de la reconnaissance, le but ultime de ces minorités hargneuses et outrageusement victimaires est la dé(con)struction de l’occident. Pas sûr qu’ils soient bénéficiaires lorsque l’objectif sera atteint.

      1. Pas de problèmes pour les musulmans d’intégrer une civilisation décadente, puisque le but c’est d’imposer la leur, ce qui sera d’autant plus facile.

    2. En effet , ils vont mettre tout le monde d’accord , surtout si les gens sensés ne reprennent pas les choses en main !

  7. au delà qu’il faille construire davantage de prison, le service de prise en charge des fadas devrait également
    augmenterle nombre de cellule ! La pluspart se ballandant dans nos rues, avec un couteau de cuisine dans la poche pour trucider au hasard n’importe quel occidental blanc, et maintenant détournant des personnages historiques pour nous les vendre  » travesti » de leur phantasmes imbéciles !Cette société décadente est nauséabonde et insupportable !

    1. Tuer la famille traditionnelle et la nation est le but de cette soi-disant élite rockfellerienne (Iquioussen explique çà très bien et c’est surtout çà ce qu’on lui reproche)

  8. La décadence sera la cause principale de la disparition de la société occidentale !! Nous allons vite nous en rendre compte rapidement, et c’ est tant mieux !!

  9. Elle n’a pas été brûlé pour avoir osé transgressé le système patriarcal ! Mais par la décision des représentants de l’Eglise inféodés au pouvoir anglais ! Petite mise au point !

  10. Près de 600 ans plus tard, la perfide Albion veut nous reconstituer le martyre de Jeanne à Rouen. Un vrai nouveau tir de Cauchon, en quelque sorte.

  11. Ainsi , jusqu’au bout , jusqu’à la fin du Grand Scénario de L’ Humanité sous le Ciel et les Étoiles , Jeanne d’ARC hantera donc toujours la Conscience de « l’ennemi Anglais » . C’est très bien ainsi …
    Décidément ce pays arrogant , qui se contente comme Hymne National s’il vous plaît (!) , d’une petite composition de Lulli pour notre grand Roi Louis XIV afin de l’aider à se guérir d’une fistule anale persistante et récidiviste , ne comprendra jamais rien au sens du mot  » GRANDEUR » .
    À part les Beatles , ils n’auront aucun argument à offrir à l’Éternel . Le  » moment » venu . Celui-là même qui approche .

  12. Je retiens surtout la dernière phrase du dernier paragraphe car il déplore la fluidité de nos valeurs dites occidentales. Le relativisme d’aujourd’hui gomme tout ce que notre civilisation a construit au cours des millénaires passés.

  13. « organisation inclusive et diversifiée » entre L-G-B-T-Q-+ ! On ne peut, effectivement, plus diversifié !

  14. Comment ça, la frontière entre le Bien et le Mal ?
    Avez-vous pensé au Bien non-binaire et au Mal transgenre ?
    Il y a le Bien qui fait mal et le Mâle qui fait du bien.
    Non Mais ……

  15. Cela fait longtemps que l’anglais tente régulièrement devfaire choire de leur piédestal nos héros nationaux. Quand ce n’est pas Jeanne d’Arc, c’est Napoléon. Assurons la perfide Albion de notre mépris le plus sincère.

    1. Vous êtes injuste. L’anglais moyen se fout royalement (c’est le cas de le dire) des élucubrations progressistes qui hantent leur pays, comme chez nous le nôtre!

      1. Eh bien, il ne devrait peut-être pas, s’en foutre, car il va se réveiller un jour comme nous, avec un « genre ». Bon ou mauvais, l’avenir le dira.

      2. La volonté anglaise de revoir à la baisse des héros français date de bien avant le progressisme.

    2. Pas besoin des anglais pour mettre à terre nos héros. Les français bobos/wokistes s’en chargent eux même. Inutile d’accuser les Anglais qui, pour la plupart, respectent la France et son Histoire.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter