Les manœuvres militaires chinoises autour de Taïwan s’intensifient depuis quelques jours. « Le 15 août, le Théâtre oriental de l'Armée populaire de libération chinoise a organisé une patrouille de préparation au combat interarmées multi-services et des exercices de combat dans la mer et l'espace aérien autour de Taïwan », déclare ainsi l’armée de la République populaire de Chine, dans un communiqué.

Il est dès lors légitime de se demander si l'on observe actuellement une situation semblable à celle de janvier-février 2022, lors des derniers jours précédant l’intervention russe en Ukraine. Les comparaisons à ce sujet ne manquent pas. Qu’en est-il vraiment ?

Premièrement, posons-nous la question de savoir si la Chine est vraiment prête à attaquer Taïwan ?

La République populaire de Chine n’est pas un pays belliqueux comme les États-Unis et la Russie. Même pendant une période de dictature particulièrement meurtrière, très peu de conflits armés ont été menés à l’extérieur du pays… si ce n’est contre Taïwan. Mais excepté la campagne de l’île de Dongshan qui, en 1953, mit fin à la contre-attaque des nationalistes sur la Chine continentale et quelques victoires ponctuelles telles que la bataille des îles Yijiangshan (1955) ou la bataille de l’archipel des Tachen (1955) qui permirent à la République populaire de Chine d’élargir son territoire, les conflits se sont généralement terminés par un statu quo. Il n’y a jamais vraiment eu de vainqueur : la République de Chine communément appelée « Taïwan » est restée indépendante et s’est même développée au point de devenir une puissance économique d’importance mondiale.

Aujourd’hui, la République populaire de Chine (RPC) dispose d’une armée de 2.183.000 hommes mais ne peut guère sous-estimer Taïwan qui, forte d’une armée de 293.000 actifs et 942.000 réservistes (plus du double de l’armée française), dispose d’un matériel de plus en plus sophistiqué : on estime le nombre de chars que l’armée de la RPC pourrait débarquer à un tiers du nombre de chars dont dispose Taïwan ; en outre, il serait aisé pour Taïwan d’affaiblir la Marine chinoise par des mines, des torpilles et des missiles. Il faut aussi rajouter que, si la RPC s’est dotée au cours des dernières années de nouveaux équipements militaires, elle a encore du retard à rattraper, notamment en ce qui concerne les moteurs d’aéronefs, les grands bombardiers stratégiques et les porte-avions avancés. Enfin, les Chinois, observant l’enlisement des Russes, pourtant initialement très sûrs d’eux en Ukraine, pourraient raisonnablement craindre un scénario similaire en cas d’invasion de Taïwan.

Il convient aussi de se demander si la République populaire de Chine osera déstabiliser un pays produisant 60 % des puces électroniques dans le monde (les États-Unis n’en produisent aujourd’hui que 12 % et l’Europe 10 %). En effet, son industrie dépend des importations de puces venant de Taïwan : des tentatives de développer une production en Chine se sont avérées insuffisantes. Selon le think tank « Asia Centre », les sanctions prises par la RPC sur l’économie taïwanaise sont très faibles, ne concernent que l’agroalimentaire et ne touchent pas l’industrie des puces « car l’industrie chinoise dépend des importations taiwanaises ». Ajoutons à cela que le dirigeant de l’entreprise Taiwan Semiconductor Manufacturing Company a averti qu’une invasion chinoise « rendrait les usines non opérationnelles ». En d’autres termes, c’est toute la production de puces qui serait paralysée. Les conséquences s’en ressentiraient dans le monde entier, à commencer par la Chine.

Les Chinois vont-ils prendre le risque ?

4258 vues

18 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

19 commentaires

  1. Dire que la Russie s’enlise en Ukraine me parait un peu osé. L’armée russe avance lentement pour ne pas détruire le pays et surtout faire le minimum de victimes civiles. Pour le reste, le but des russes se dessine et la partition de l’Ukraine reste inévitable.

  2. Bien sûr, il ne s’agirait pas d’agression contre un pays souverain, mais d’une opération de police interne comme on en a vu à Hong Kong. C’est pour cela que la théorie d’une Chine unique est fallacieuse. Qui revendiquerait encore l’appartenance à la Chine du Viet Nam, ce qui était pourtant une réalité historique avant l’instauration par un Jésuite de l’alphabet latin dans ce pays ?

    1. Il ne faut pas prendre ses désirs pour des réalités. Taïwan est une séquelle de la guerre civile chinoise de la seconde guerre mondiale. Son appellation officielle est d’ailleurs « République de Chine ». Elle n’est officiellement reconnue que par 14 pays, ce qui ne plaide guerre en faveur de son indépendance.

  3. La Chine récupérera Taïwan dans ??? x années mais elles le fera. Elle a le temps, comme elle a le temps pour nous faire payer sa colonisation par nous les occidentaux. La seule solution est l’arme atomique pour Taïwan, mais les américains ne lui donneront jamais donc Taïwan finira comme Hong Kong. Quand ?
    Pour le Vietnam, la Chine n’a jamais réussi de puis 2000 ans à le conquérir à cause du climat et du peuple peut-être aussi.
    Quant à la Russie on sait ce que j’en pense j’aurais fait la même chose que Poutine n’en déplaise à Vulcain, d’ailleurs peut-être serait-ce ma plus grande satisfaction de clore enfin le bec à ce bambin. Ce dernier nous a mis dans la m…. en s’alignant sur un intermittent du spectacle et veut que nous payions à sa place. Il ne manque pas d’air

  4. Eh pourquoi se gêner !!! Lui (bien entendu Poutine ) l’a bien fait contre toute mise en garde de nos « très respectueux occidentaux » , alors pourquoi pas moi … Quant aux américains ils feraient bien de la mettre en sourdine , ils ont durant des décennies déstabilisé le monde entier ( amérique centrale, latine, asie du Sud Est , pays arabes, etc…) créant des rancoeurs et rancunes pour des décennies voire siècles avenir…

  5. Comme le confirment la plupart des commentaires avisés, ce texte est tout à fait à côté de la plaque.

  6. La République populaire de Chine n’est pas un pays belliqueux comme les États-Unis et la Russie. Même pendant une période de dictature particulièrement meurtrière, très peu de conflits armés ont été menés à l’extérieur du pays…

    Ah bon ! et l’annexion du Tibet ?

  7. La Chine progresse en toute logique. Elle a commencé par prendre conscience qu’il lui fallait changer de logiciel. Une révolution culturelle. Ensuite, elle s’est inspirée de ce qui se faisait de mieux au monde. Elle a appliqué ce qu’elle a retenu. En priorité, développer son commerce qui lui a permis de prospérer, de sortir de l’ornière en s’inspirant des normes étrangères , du savoir faire étranger, en développant son industrie et son agriculture par nécessités. Le poids démographique a multiplié et soutenu ce progrès. Bien établie dans le domaine commercial, elle s’attaque à son armée, profite de ses avancées technologiques et industrielles pour s’équiper au mieux. Cette phase n’est pas achevée. Elle restera donc très réservée dans l’éventualité d’un engagement dans un conflit d’envergure. Il lui faut encore une décennie de préparation. La covid a retardé cette avancée. Toutefois, si provoquée, le poids de la population, hommes et femmes, pourrait compenser une faiblesse en matériel.

  8. Il serait temps Macron n’a plus rien à faire et plus personne ne veut de lui sauf les Français même si son ADN est la destruction du Pays ce qu’il fait avec grâce en augmentant les structures publique pour y coller ses copains et à fabriquer une Dette qui va nous mettre sous la tutelle des US ou d’un pays ou l’or noir coule à flots.

  9. Commençons par l’Ukraine… Vite! Une mise au point. Où voyez vous un enlisement des Russes en Ukraine? Tous les jours, les Alliés avancent et désespèrent un peu plus le clown Zelenski et ses partisans, dont les Etats-Unis de Biden… Du côté européen, les populations, soumises aux sanctions européennes en boomerang, commencent à se lasser de toutes les fausses nouvelles des media!
    Pour ce qui est de Taiwan, n’oublions pas le formidable attachement des Chinois à la Chine, qu’elle que soient les options politiques, et les soubressauts historiques ou économiques.
    Et pourquoi pas une option d’infiltration en douceur, à la Poutine en Crimée, suivit d’un referendum? Ceci me paraît le plus probable, et entraînerait une impossibilité pour les Américains d’intervenir, sans devenir l’agresseur…

  10. Les chinois face aux occidentaux appliquent un vieux principe: l’occident a l’heure, les Chinois ont le temps.

  11. Les USA ont bien envahi l’UE, eux, envahissement (en forme de colonisation) qui, d’ailleurs, se poursuit à un rythme effréné aujourd’hui, sous couvert de protection militaire au travers de l’OTAN. Alors, pourquoi d’autres « pays- puissances » n’envahiraient-ils pas (au sens de colonisation), eux également, d’autres « pays non puissances » ? Au lieu de voir la paille dans l’œil de son voisin, il serait temps de se débarrasser de la poutre de son propre œil.

  12. Mélange de genre. La Russie est allée porter secours à une province martyrisée. La Chine fera une agression.
    Dans les deux cas, les Etats-Unis de sleepy Joe Biden sont responsables.
    Pour l’Ukraine, ils ont colonisé le pays et y procèdent à des activités interdites sur leur territoire.
    Pour Taiwan, ils montré qu’ils n’étaient pas fiables dans leurs engagements .

  13. Vous oubliez la dérouillée infligée à l’armée de la rpc par le petit vietnam à la fin du 20 eme siècle et ils n’avaient qu’un pont à franchir.

  14. L’autonomie est un préalable à tout conflit, mais nos dirigeants Européens semblent l’ignorer.

  15. Il se pourrait bien aussi que Taïwan, non content de disposer d’une armée et d’une industrie fortes, soit un pays dirigé par des gens sérieux et travailleurs, et non par des clowns ….

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter