La presse de ces derniers jours nous apprend que les ONG qui ont pour mission d’apporter une assistance aux ont prévenu les autorités qu’on a décelé de très nombreux cas de gale parmi ceux qui résident actuellement à Paris après avoir été chassés de Calais.

57 cas de la maladie ont été relevés parmi les migrants accueillis dans des établissements. Pour ceux qui vivent dans la rue ou dans des campements de fortune, les chiffres sont beaucoup plus difficiles à estimer. Médecins sans a ouvert une clinique mobile à la porte de la Chapelle pour essayer de diagnostiquer et de traiter ceux qui en sont atteints. Malheureusement, ses capacités d’accueil sont limitées.

La gale est une infestation parasitaire très contagieuse, causée par un acarien. On estime que, dans le monde, environ 300 millions de nouveaux cas se déclarent chaque année (OMS). Tous les milieux socio-économiques sont touchés, mais les plus vulnérables sont, bien sûr, ceux qui vivent dans des logements insalubres, surpeuplés et dans la .

La contamination se produit soit par contact direct avec une personne infectée, soit par contact avec des vêtements ou de la literie souillés. Le sarcopte (l’acarien responsable de la gale) s’introduit sous la peau, y pond des œufs et se déplace en formant de petits sillons souvent visibles à l’œil nu. Cette infestation se traduit par un prurit très intense, accentué la nuit, qui peut entraîner des lésions de grattage facilement surinfectées, surtout lorsque les conditions d’hygiène générale ne sont pas respectées.

Il existe un traitement par voie orale et par voie cutanée qui, s’il est bien mené, permet de se débarrasser de ces hôtes indésirables, à condition de pouvoir traiter efficacement la population ou la en contact, et de désinfecter tous les vêtements ainsi que la literie. Ce protocole thérapeutique peut être réalisé pour la population vivant dans des centres d’hébergement, mais paraît illusoire pour ceux qui vivent dans la rue, qui vont presque automatiquement se réinfester.

Contrairement aux autres dermatoses, la gale, maladie très contagieuse, pose un véritable problème de publique. Même si les traitements peuvent se révéler efficaces pour les malades qui sont hébergés, il est probable que les ne viendront pas à bout de cette maladie pour ceux qui vivent dans la rue ou dans des campements de fortune, et le problème, de médical, devient social et politique.

Les responsables des ONG en charge des migrants ont déclaré à la presse que les autorités publiques avaient été prévenues il y a trois mois, mais que pour l’instant rien n’avait été fait.

Espérons qu’une fois passée la période électorale, le nouveau ministre de la Santé aura suffisamment d’influence sur ses collègues pour faire évoluer une situation qui dépasse largement le cadre médical et s’inscrit plus généralement dans celui des problèmes posés par l’ non contrôlée.

13 juin 2017

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Covid : il faut recentrer le discours sur l’essentiel

À l'échelon individuel, nous avons donc le choix, aujourd'hui, entre courir le risque d'at…