Un peu moins d’un an après avoir choisi souverainement de quitter l’, les Britanniques se rendront à nouveau aux urnes le 8 juin prochain, cette fois-ci pour renouveler le Parlement.

Tandis que les observateurs admis dans le sérail médiatico-politique annonçaient un cataclysme pour le peuple rebelle, le Royaume-Uni se porte comme un charme. Et , qui dirige le gouvernement au pays de Sa Gracieuse Majesté, peut sourire puisqu’elle est annoncée gagnante du scrutin.

Si les expériences récentes nous ont appris à nous méfier des prédictions des , la nouvelle Dame de fer de la politique britannique ne devrait pas craindre l’élection anticipée. Le terme prévu était fixé à 2020, mais une large majorité de députés ont appuyé la demande de Theresa May de se confronter aux électeurs.

Celle-ci est actuellement créditée de près de 50 % des intentions de vote, chiffres plus jamais atteints depuis les années 1980 et la mainmise de Margaret Thatcher sur le pays. Concrètement, elle pourrait obtenir 150 députés de plus que les travaillistes, empêtrés dans la politique très à gauche d’un de plus en plus désavoué en interne.

Pourtant, celui-ci entend abattre ses dernières cartes en menant la sur le terrain , où la grogne se fait entendre, notamment chez les médecins et les infirmiers qui ont mené de nombreuses ces derniers mois, mais aussi chez les travailleurs dénonçant les « contrats 0 heure ».

Autre épine dans le pied, la question écossaise : si le pays du whisky et du monstre du Loch Ness avait rejeté son indépendance en septembre 2014, des velléités de réorganiser une telle consultation avaient surgi des brumes après le .

Les Liberal Democrats, pro-européens, ne semblent plus constituer une menace puisque le parti stagnerait à 11 % des intentions de vote.

Une victoire permettrait à Theresa May d’avoir les coudées franches, tant à l’intérieur de son parti qu’à l’extérieur de celui-ci, pour mener à bien les difficiles négociations de sortie de l’Union européenne. Surtout, elle pourrait remodeler le gouvernement à sa guise et évincer le très sulfureux Boris Johnson, plus tellement en odeur de sainteté.

Arrivée discrètement au 10 Downing Street, Theresa May pourrait y imprimer sa marque et devenir la nouvelle Dame de fer de la politique britannique.

23 avril 2017

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Les infirmiers belges tournent le dos au Premier ministre Sophie Wilmès

En filigrane, comme en France, on peut lire dans l’action menée la colère des professionne…