Accueil Editoriaux Télévision : de l’importance d’avoir une télécommande
Editoriaux - Education - Médias - Télévision - 16 février 2020

Télévision : de l’importance d’avoir une télécommande

Triste semaine. Ces derniers jours, on sentait qu’un certain ronron s’était emparé des journaux : plus de pédophile à se mettre sous la dent, plus de catastrophe climatique due au réchauffement du même nom, juste un petit incendie en Corse vite maîtrisé et une brève tempête dans le Nord, plus de grévistes dans les rues, plus d’usagers en colère ou de commerçants ruinés, juste un peu de coronavirus, mais sans conviction, et un couple qui n’a pas encore touché ses indemnités des dernières inondations. Et l’on n’était pas encore au courant des grivoiseries de Griveaux. Bref, l’ennui ! Heureusement, grâce à ma télécommande, j’ai pu voir d’autres émissions.

Pour beaucoup de gens, la télévision est quelque chose d’horripilant, où des journalistes formatés, made in Sciences Po, déversent d’un air sérieux leur credo libéralo-socialisto-macronien bébête. Et ils ont raison. Mais on ne le dit pas assez, pour qui sait prendre de la distance, la télévision, dictionnaire grossissant de la bêtise de notre époque, nous offre aussi sans discontinuer un réservoir inépuisable de franche rigolade. Elle a un art de trouver l’introuvable et, quand tu penses que tout cela existe, que la réalité dépasse la fiction, on croit effectivement rêver ! Je m’en suis encore rendu compte cette semaine, grâce à un zapping express…

Zip-zap, un coup de télécommande et tu vois un écolobiobobo qui est allé passé son week-end dans une cabane accrochée à un arbre avec salle de bains et tout le confort moderne, et un cadre dans une cabane avec des loups qui passent derrière une vitre… Zip-zap, tu vois Hanouna, en gros plan, les yeux vitreux, la barbe éteinte, on dirait qu’il se réveille, il est en train de délivrer un message subliminal visuel et sonore… Zip-zap, une série américaine, ça tire de tous les cotés… Zip-zap, une série française, je t’aime, moi aussi je t’aime, non, ça ne va pas aller entre nous, oui je croyais t’aimer, Mike, mais tu comprends, finalement, j’ai réfléchi, c’est Vanessa que j’aime… Zip-zap, c’est Yann Barthès en pleine lutte contre le racisme, l’extrême droite et le fascisme… Zip-zap, un couple d’Américains et ses enfants découvrent leur piscine de rêve à 500.000 dollars. Oh my god! Oh, it’s wonderful, le tout avec traduction simultanée, y compris les cris et les chuchotements… Zip-zap, une émission sociologique où l’on aborde les problématiques actuelles. Ils ont tous fait leur choix… Pierrette et Lucien. Ils en avaient assez, de vivre à Lyon, ils ont fait le choix d’habiter un hameau isolé de Lozère. Et tu vois les deux anciens citadins, l’hiver sous la neige, avec une toque comme les Russes… « Ah ! On est bien, ici, on est bien ! »… Claudio et Pipo, ils vivent en couple, ils sont blancs, ils ont choisi d’adopter un petit enfant noir… Et tu vois le petit Noir qui ne sait plus qui est son papa ni sa maman, et pourquoi ils sont blancs, et lui, il est noir. Et les deux zozos : « Si si, on lui a expliqué, il a très bien compris… » Romain, il était agrégé de philosophie, il a choisi de devenir boulanger ! Suit un reportage où tu vois le prof de philo en train de remuer sa pâte et de disserter sur la forme de la baguette, le fond du pétrin et la portée de son acte ! « Là, je produis du sens ! » dit-il, face à la caméra, les mains pleines de farine. Jean-Bernard, il était une femme, il a fait le choix de devenir un homme, mais à présent, il regrette sa féminité… Chloë, elle était un homme, aujourd’hui elle est une femme, elle assume pleinement son choix… Bertha. Elle veut devenir une autruche, mais personne ne prend son choix au sérieux !

Et puis, soudain, tu reviens aux informations… Macron au mont Blanc, il va lutter contre la pollution, en faire une grande cause nationale ; oui, mais dans la vallée de l’Arve, il y a tellement de camions que plus personne ne peut respirer !

Ennuyeux, la télévision ? Non. Il faudrait même la décréter grande farce nationale…

À lire aussi

Et si on déconfinait la cérémonie des Molière !

Mais peu importent les nominés, sortis toujours du même moule à gaufre théâtral, l’importa…