C'est une décision de justice qui n'a pas eu tout l'écho qu'elle méritait : le 16 mai dernier, le Conseil d'État a pourtant annulé un décret de dissolution du GALE, le groupe antifasciste de Lyon. Ce décret avait été pris par Gérald Darmanin le 30 mars. Une variante locale de la mouvance antifa a donc été renvoyée à ses activités habituelles en toute impunité, donc, les juges ayant estimé que « si le groupement relaie, parfois avec une complaisance contestable, les violences commises à l'encontre des forces de l'ordre, la revendication par le groupement d'un discours très critique à l'égard de l'institution policière ne saurait caractériser, à elle seule, une provocation à des agissements violents ».

Les dispositions de la loi sur le séparatisme, qui vise les groupes appelant à des agissements violents à l'encontre des personnes ou des biens, ne concernent pas le GALE, ajoute l'institution. Ils seront nombreux à apprécier : les Lyonnais, témoins de leurs actions violentes en marge des manifestations non déclarées, les observateurs de la diffusion de leurs propos « radicaux et parfois brutaux », ceux qui ont découvert ou ont été la cible de leurs tags « On va se venger », publiés à la suite de l' d'une mosquée, les identitaires visés par des slogans du type « pour une bonne dissolution, une seule solution : vive la chaux vive », et l'ISSEP, école fondée par Marion Maréchal, victime de dégradations. D'autant que le GALE pourra empocher les 3.000 euros versés par le gouvernement condamné à lui rembourser ses frais de justice.

Pour une fois, une seule, dans l'histoire de l'extrême gauche française depuis le démantèlement du groupement terroriste Action directe, en 1982, le gouvernement décidait d'agir contre un mouvement antifa. On retrouvait là une ligne annoncée par le jeune Darmanin, version juillet 2020, à l'aube de sa prise de fonction au ministère de l'Intérieur, lorsqu'il jurait vouloir « stopper l'ensauvagement de la société ». L'époque des audaces, des bonnes résolutions et des grands mots, quitte à emprunter au vocabulaire « Laurent Obertone ».

« Il n'est pas possible, en France, de dissoudre des mouvements d'extrême gauche »

Si, sous le premier quinquennat d'Emmanuel Macron, 26 associations ont bien été dissoutes (13 d'entre elles parce que liées à l'islamisme, on se souvient des célèbres BarakaVity et CCIF, et 11 autres réputées « d'extrême droite », Génération identitaire, les Zouaves, l'Alvarium, Bastion social, Les Petits Reblochons, Cercle Frédéric Mistral...), curieusement, pas une d'entre elles ne relève de la mouvance antifasciste. Étonnant pour qui a connu les multiples épisodes de à l'époque des gilets jaunes, les dégradations de l'Arc de Triomphe, les nombreuses agressions de militants comme ceux de Reconquête aspergés d'essence, les vitrines brisées et les « démonstrations de force »en tout genre ?

Maître Thierry Bouclier, qui publie un passionnant ouvrage intitulé La Gauche ou le monopole de la violence : de 1789 à nos jours aux Éditions La Nouvelle Librairie, nous le confirme : « Il n'est pas possible en France de dissoudre des mouvements d'extrême gauche. » Il voit dans ce désaveu « caricatural » du gouvernement par le Conseil d'État deux explications possibles. Pas plus consolantes l'une que l'autre : première hypothèse, Gérald Darmanin, très conscient qu'il prend le risque d'un désaveu du Conseil d'État, a « volontairement bâclé le dossier ». Dans ce type d'affaire, on peut imaginer, selon Maître Bouclier, que « le gouvernement sait qu'il va être retoqué, il sait que son dossier est mal ficelé, mais il fait de l'esbroufe. Ou bien, et c'est la deuxième hypothèse, notre Conseil d'État est idéologiquement contaminé et c'est grave ! »

Gageons qu'il y a un peu des deux. Souvenons nous de « révoltée », autre groupement antifa célèbre pour ses violences en Pays de Loire. Il avait été annoncé comme bientôt dissout par Gérald Darmanin en janvier. Depuis, aucune procédure n'aura finalement été initiée sans que l'on sache vraiment pourquoi.

En quelques semaines quatre décisions gouvernementales ont ainsi été remises en cause par le Conseil d'État : outre la dissolution du GALE, deux associations pro-palestiniennes ont aussi été absoutes et, cerise sur le gâteau, le décret de fermeture de la mosquée de Pessac, « soupçonnée de diffuser une idéologie salafiste » a été annulé. Entre velléités et effets de manche, la perspective d'un « remake Darmanin 2 à l'Intérieur » ne fait décidément guère fantasmer...

3657 vues

24 mai 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

24 commentaires

  1. Dissoudre ? Si vous « dissolvez » un sucre dans un verre d’eau, il est toujours là ! De plus, plus agréable à boire !
    Avant de Dissoudre… on a Validé !
    Les Effets et la Cause… une fois de plus…

  2. Merci Madame d’avoir attiré notre attention sur cette décision de justice qu’aucun media mainstream ne relaie. Quand on compare cette décision à celle de dissoudre « génération identitaire » sans qu’aucun faits concrets n’existe à leur encontre je me dit que le « deux poids, deux mesures » accouchera de la tyrannie via la passivité des français inconscients. Les temps faciles que nous vivons ont bien créé des hommes faibles qui vont créer des temps difficiles. Le pire est à venir.

  3. Assez de ce « bébé-cadum » au Ministère de l’Intérieur ! ! ! (et même à n’importe quel poste ministériel d’ailleurs).
    Si on avait accès aux « coulisses puantes » de la politique, il y a fort à parier qu’on nous confirmerait l’imposition de ce personnage par Sarko chez la macronie.

  4. Je ne crois pas une seconde à la volonté réelle de la macronie et des magistrats gauchistes de mettre fin aux agissements des groupes d’extrême gauche, car ils servent grandement les intérêts de celle-ci.On l’a vu chaque samedi pendant 2 ans avec les gilets jaunes, et on le voit à chaque manifestation à Paris et ailleurs. Une indulgence suspecte et infâme met les blacks-blocks et autres anars à l’abri de graves poursuites. Par contre, la dissolution d’associations patriotes est vite expédiée.

  5. Je ne comprends pas le titre. Darmanin est justement celui qui a saisi la Justice. C’est donc bien celle-ci qui est en cause et qui protège les antifas. Comment douter d’ailleurs de ces auteurs du « mur des cons ».

  6. Cinq minutes pour dissoudre Génération identitaire qui n’a blessé personne, qui n’a rien détruit, les mosquées aux prêches haineux parfois fermées pour 3 mois, les mouvements violents et destructeurs d’extrême gauche protégés : voilà la justice et la sécurité des Français à la mode machiavélique !

    1. du grand capital ? Cela reste à démontrer, de l’état profond très certainement.

  7. « Pourquoi Darmanin tenait tant à obtenir le poste de ministre de l’intérieur si c’est pour ne rien faire ? lors du 1er quinquennat il avait même menacé de démissionner si il n’obtenait pas ce poste ;
    C’est de pire en pire l’insécurité est galopante (lisez Actu 17 et police réalité c’est édifiant).
    Darmanin, c’est l’homme crocodile  » grande gu…. et petits bras). On peut aussi le nommer Zébulon il saute sur tous les faits divers, se déplace partout, il fait du vent mais au-delà RIEN.

  8. Que M. DARMANIN remplisse pleinement sa fonction de ministre sous ce nouveau quinquennat et qu’il ne s’éparpille pas en se présentant aux législatives. On ne peut pas être au four et au moulin et faire du bon boulot. Pendant que les Français scrutent le fond de leur porte-monnaie et se demandent comment ils vont finir leur mois, ces politiques cumulent les mandats et s’en mettent plein les poches. Ils coûtent un pognon de dingue aux Français.

    1. « Scrutent le fond de leur porte-monnaie « ….et tous les campings de luxe & maison d’hôtes sont complets jusqu’à mi-septembre ???

  9. Tout le monde sait, ou devrait savoir, que les antifas, les black blocs, sont utilisés par les renseignements généraux pour aller affronter les militants de la droite nationale. Des militants antifa sont tenus pas la police, pour des histoires de délinquance, ou bien des agents de l’Etat sont infiltrés, et ainsi la police peut manipuler des groupes antifa pour les envoyer « casser du facho ». Les antifas sont utilisés comme une milice, qu’ils en aient conscience ou pas.

  10. Où l’on comprend bien que toute manifestation contre ce gouvernement sera désormais très difficile à se faire entendre. Ces mouvements de casseurs ne sont là que pour discréditer ceux qui oseront dénoncer les dérives de ce pouvoir. Ce ne peut donc être que démocratiquement, par les urnes, que l’on pourra s’opposer à la ligne dangereuse pour notre pays que veut suivre ce gouvernement. Les 12 et 19 prochains votons contre les destructeurs et ceux qui laissent faire.

    1. « démocratiquement, par les urnes »….pour avoir 58 % pour les actions du gouvernement ? Autant rester chez soi ou aller à la pêche!

  11. Mais, Darmanin est homme sans honneur , petit fils de Harki, il va à Alger sur ordre de Macron déposer une gerbe aux martyrs du FLN ! Donc rien à attendre de ce genre de personnage , tout comme son chef , deux éoliennes , ça brassent beaucoup d’air avec un faible rendement. Une fois de plus , ce gouvernement ne connait que la politique du pantalon sur les chevilles; et dire que les Français » veautent » pour des types comme ça . Désespérant .

    1. Une infime partie des français s’il vous plaît ! Ne nous mettez pas tous dans le même panier.

      1. exact! une infime, car 58% pour Macron est le résultat des tripatouillages du ministère de l’intérieur entre autres.

    2. sans honneur et sans fierté, en 2017 il n’avait pas de mots assez durs pour critiquer vertement macron et au 1er coup de sifflet de macron il l’a rejoint. Opportuniste

  12. Qui est surpris? Il s’agit d’un théâtre d’ombres joué par macron avec les soi-disant contrepouvoirs comme le Conseil Consti, le Conseil d’état, la Cour de cass…
    La réalité est que darmanin sous instructions de macron fait des moulinés pour dissoudre, sanctionner les mouvements d’extrême gauche et islamistes et les contrepouvoirs les annulent en accord avec macron. Depuis 5 ans, rien de nouveau… Au final, les sympathisants de droite (retraités, nantis etc.°) et ceux de gauche sont contents

    1. une fraction des retraités SVP! Malgré ce que vous semblez croire, beaucoup ont encore la tête sur les épaules et ont connu des jours meilleurs avec d’autres gouvernements. Votre possible jeunesse n’excuse pas le manque d’information.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter