Lors d'un entretien accordé à Boulevard Voltaire , le 8 mars dernier, la jeune camerounaise Stella Kamnga, sympathique, chaleureuse et débarrassée de la chappe de plomb du politiquement correct ambiant, avait eu l'audace de dire son amour de la France. Elle avait même avoué le nom de sa candidate de coeur, une certaine Marine Le Pen. C'était son droit le plus strict. Stella Kamnga refuse d’être reléguée à la seule couleur de son épiderme ; pour résumer, ce n’est pas parce qu’on a la peau noire qu’on est forcément de gauche, bien au contraire.

Très logiquement, les brigades de la vertu et de la répression du vice lui tombent dessus. Le rappeur Booba qui vit et fait fortune aux États-Unis ressort la vidéo de Boulevard Voltaire ce 10 novembre pour tweeter : « Ennemie de l’Afrique. J’crois qu’elle a même ses papiers, cette idiote. » Et là, on ne voit pas très bien ce que cet Élie Yaffa (son nom à l’état civil), multimillionnaire né à Boulogne mais vivant aux États-Unis, ayant fait fortune dans le rap, le whisky et la fripe, connaît de l’Afrique noire et de ses complexités…

 

Entre temps, la dernière polémique en date de la donzelle, désormais sociétaire des « Grandes Gueules » de RMC, après être passée par CNews et Sud Radio, a fait florès. Stella a commenté les propositions d’Arnaud Montebourg visant à bloquer les transferts de liquidités entre Africains travaillant en et leurs familles des pays d’origine. Certes, le pétulant ludion du « Made in France » a eu tôt fait d’être effrayé par sa propre audace, faisant à la fois marche arrière et triple salto à l’envers.

Mais Stella Kamnga, elle, persiste et signe ce 8 novembre, dans l'émission « Les Grandes gueules » de RMC : « Il faut limiter les transferts d’argent des Africains en Europe vers l’Afrique ! » , lance-t-elle. Ses explications sont relayées par le site Life : « La diaspora africaine devrait arrêter d’envoyer de l’argent dans les pays d’où ils viennent. Pour la simple raison que cet argent contribue parfois à la moitié ou à plus de la moitié du PIB des pays en question. Cela favorise, je suis désolée de le dire, la paresse des familles qui ne veulent pas bosser". La jeune chroniqueuse n'hésite pas à s'appuyer sur sa connaissance de l'Afrique. "Je suis immigrée, je viens du Cameroun. Malheureusement, quand on vient de ces pays-là, ce qu’on attend de nous, justement, c’est de soutenir la famille au pays". Elle n'est pas contre mais elle veut limiter cette pente qu'elle estime malsaine. "Avant même qu’on ne parle de sanctions contre l’immigration ou quoi que ce soit, je suis pour le fait qu’il faille limiter les transferts de fonds partant de France pour l’Afrique », conclut-elle. Voilà qui a de quoi décoiffer ! Booba n'a pas aimé, donc.

« Après mon émission hier avec les "Grandes Gueules", les Africains l’ont eu mauvaise que je dise qu’il faille absolument supprimer les transferts d’argent de l’Occident vers l’Afrique. Donc, en retour, j’ai eu droit à toutes sortes de festivités, tout aussi inutiles et idiotes les unes que les autres ! Les gars, les menaces ne servent à rien ! », lance courageusement Stella Kamnga.

Notre pimprenelle, sur sa page Facebook, se présente ainsi : « Amoureuse de la France et femme de droite ». Elle découvre que cela peut coûter cher.

 

 

14822 vues

10 novembre 2021

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

Les commentaires sont fermés.