Éric Zemmour a affirmé, sur CNews : « La France telle que nous l’avons connue est en danger de mort. » La cause de cette fin tragique est une immigration massive et incontrôlée qui dure depuis des décennies. Un Grand Remplacement serait en cours et les Français doivent réagir énergiquement pour sauver la France. Éric Zemmour considère que la France est menacée de libanisation. Certains ont été choqués par la violence de ses déclarations. Mais Éric Zemmour affirme que « la mort de la France mérite des propos violents ».

Cette parole libérée a permis de propulser Éric Zemmour dans le petit club des présidentiables alors qu’il n’est pas officiellement candidat. Des sondages le placent en seconde position derrière Emmanuel Macron. La possibilité d’un second tour Macron-Zemmour est devenue crédible. Il parcourt actuellement le pays pour faire la promotion de son dernier livre La France n’a pas dit son dernier mot. Éric Zemmour a ainsi réalisé la performance d’imposer son thème de campagne à une classe politique préférant vanter le vivre ensemble plutôt que s’attaquer aux problèmes liés à l’immigration.

Néanmoins, Emmanuel Macron n’a pas dit son dernier mot. Il est, lui aussi, en précampagne. Sa visite récente dans les quartiers chauds de Marseille avait surtout pour objectif de draguer la population d’origine étrangère. De même, la commémoration médiatisée des morts du 17 octobre 1961 a permis à Emmanuel Macron d’envoyer un message de sympathie à la communauté algérienne. Le dépôt de gerbe sur les bords de la Seine a évidemment une visée électorale.

Emmanuel Macron se positionne comme un chef de guerre luttant contre un virus étranger. Le chef de l’État a décidé d’augmenter les dépenses publiques quoi qu’il en coûte pour aider les Français. La dette publique atteint 120 % du PIB. Cette politique généreuse lui permet d’apparaître comme un homme protecteur. La vaccination gratuite et l’instauration d’un passe sanitaire sont perçues comme de bonnes initiatives par les Français. La pandémie est paradoxalement une alliée d’Emmanuel Macron favorisant sa réélection.

Toutefois, une autre thématique va s’imposer avant l’élection d’avril 2022. Il s’agit du pouvoir d’achat. L’augmentation des dépenses publiques a pour conséquence inévitable une réapparition de l’inflation. Les prix sont d’ores et déjà en train de monter. L’argent magique est une illusion et les Français vont bientôt être désillusionnés en constatant des fins de mois de plus en plus difficiles. Les candidats seront obligés de se positionner par rapport à ce problème prioritaire du pouvoir d'achat. Celui qui gagnera la présidentielle sera celui qui apportera la réponse la plus convaincante.

7 novembre 2021

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4.8 9 votes
Votre avis ?
77 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires