Le dimanche 1er novembre, au Mée-sur-Seine (Seine-et-Marne), le tournage d’un clip de rap impliquant au moins une cinquantaine d’individus a dégénéré en « violence urbaines » et en attaque contre les forces de l’ordre lors de leur intervention, relate Le Parisien.

« Une pluie de mortiers »

Il est environ 18 heures lorsque les forces de l’ordre interviennent, allée de la Gare, et sont pris à partie par des « jeunes » cagoulés qui agressent les fonctionnaires en tirant des mortiers. « Les agents sont face à une cinquantaine de personnes et essuient une pluie de mortiers. »

« Un comité d’accueil »

Selon les syndicat Alliance 77, il y avait « des hurlements » et les jeunes gens criaient « Non au confinement, ici, on n’en veut pas ! »
« Ils avaient plein de sacs de mortiers, sortis de coffres de voiture », explique le responsable Christophe Gonzalez, qui s’interroge : « Clip de rap ou pas, un “comité d’accueil” avait été préparé pour les policiers qui sont de plus en plus confrontés à des violences du genre et la cible d’insultes, de menaces et jets de mortiers d’artifices. »

Des grenades de désencerclement pour dissiper la foule menaçante

Au cours de la soirée, les policier agressés et pris à partie ont dû faire usage de grenades de désencerclement pour dissiper la foule menaçante. La situation serait revenue au calme vers 21 h 15.

Une source proche de l’enquête précise : « Le clip de rap avait pour objectif de mettre en scène et de filmer des violences urbaines ! L’enquête permettra de déterminer si les protagonistes avaient ou non la volonté initiale d’y faire participer les policiers. » Les investigations, menées par les policiers de la sûreté urbaine de Melun Val de Seine, se poursuivent pour tenter d’identifier les protagonistes, mais du côté du rappeur et de son entourage.
Une personne interpellée et placée en garde à vue a été libéré au cours de la journée pour des raisons médicales.

3 novembre 2020

À lire aussi

Les micro-trottoirs de Boulevard Voltaire : La France au Mali ? “Il ne faut pas laisser les djihadistes l’emporter !”

Alors que des soldats français continuent de tomber au Mali, des voix s’élèvent en F…